Où sortir à Paris : les clubs du moment

Pour faire la fête, Paris regorge plus de spots que le visage d’un adolescent. Et comme avec les boutons fleurissant sur la tronche des millennials, on n’est jamais à l’abri de voir un ou plusieurs nouveaux venus apparaître et occuper l’espace pour une durée plus ou moins longue. Pour faire le point (noir), A Nous Paris s’attarde sur quatre de ces nouveaux spots nocturnes susceptibles de devenir vos prochains QG (si ce n’est pas déjà fait pour certains) : 824 heures, Communion, The KEY Paris et T7.

 


824 heures, la fête libérée

 

nuit : 824h
L’une des rares photos de l’intérieur du 824 heures (© Luc de Lagontrie)

 

Gérée par les équipes du Badaboum, du Panic Room et du Camion Bazar, en partenariat avec A Nous Paris, la nouvelle adresse d’Oberkampf fait dans le conceptuel : un closing fixé au 28 avril 2018, pas de photo autorisée, ni d’info sur les DJ’s. Une opacité assumée par Aurelien Delaeter, son chef d’orchestre. « Jouer incognito permet aux DJ’s de ne pas être en « représentation » : ils passent juste la musique qu’ils veulent, de la techno, du rap, de la funk… Et nous voulons aussi que les gens viennent en soirée pour se lâcher et oublier leur semaine, leur vie, leur patron… Pas pour parader sur les réseaux sociaux. Il faut retrouver notre liberté d’antan. » Un joli programme.

824 heures
114, rue Oberkampf, 11e.

Plus d’informations sur la page Facebook.

 


 

Communion, la vie après la n(o)uba

 

nuit : Communion
© Communion

 

Depuis mai 2017, le Nüba, niché sur le toit de la Cité de la Mode et du Design, s’est mué en Communion. De quoi laisser entendre que ce lieu serait uniquement réservé aux enfants de chœur ? Pas vraiment si l’on se fie au pédigrée de l’union sacrée derrière cette nouvelle identité, à savoir les équipes du festival corsico-hype Calvi on The Rocks et de l’agence Uzik. Communion s’inscrit ainsi dans la continuité de son prédécesseur, alternant événements chill et soirées hip-hop ou house accueillant aussi bien des newcomers que des DJ’s plus expérimentés.

Communion
36, quai d’Austerlitz, 13e.

Plus d’informations sur son site Internet et Facebook.

 


 

The KEY Paris, affaire à suivre

 

nuit : The Key
© The Key

 

Adieu Le Milliardaire et son hip-hop bas du front : le 8 boulevard de la Madeleine laisse désormais sa place à The KEY Paris, un tout nouveau club avec l’agence Gia Sai aux manettes. La « clé » compte jouer la carte de la musique électronique chaque week-end en misant sur une prog’ très « Ibiza ». Ainsi, le lancement du club en novembre promettait d’aligner Damian Lazarus, Oxia et DJ W!ld avant d’être finalement repoussé (et la soirée délocalisée au Yoyo). Il faudra donc attendre encore quelques jours pour voir si le lieu a réellement de quoi devenir « the most underground hotspot of Paris ».

The Key
8, boulevard de la Madeleine, 7e.
Plus d’informations sur son site Internet et Facebook.

 


 

T7, rooftop over the top

 

nuit
© T7

 

La Porte de Versailles accueillait de belles soirées house et techno du temps de feu l’Electric, le club situé sous le toit du septième et dernier pavillon du Parc des Expos. Reprenant l’endroit (et sa vue panoramique démentielle) tout en le designant à sa sauce, le T7 compte bien faire de même. Ouverte en décembre après deux ans de travaux, cette déclinaison clubbing du Terminal 7 propose trois soirées par mois pensées par Tree of Life, trio d’experts de la nuit comptant Fred Agostini (soirées cultes Respect is Burning, ex-Wanderlust), Tibo’z (soirées Strictly House) et Julie Ways (Zig Zag, Yoyo, La Clairière).

T7
Paris Expo Porte de Versailles Pavillon 7, 1, Place de la Porte de Versailles, 15e.

Plus d’informations sur Facebook.

 


Ils ont aussi profité de 2017 pour apparaître (et même disparaître)

 

Ground Control
Après avoir migré avec succès du 18e au 12e, le coin détente qu’est Ground Control a fait une petite pause pour mieux revenir ce mois de décembre avec pas mal de nouveautés.
81, rue du Charolais, 12e.
Plus d’informations sur son site Internet et Facebook.

Sacré Club
RIP petit ange de la nuit parti trop tôt. Le Sacré Club comptait tout casser à Montmartre avant de dire stop. Cela dit, gardez l’œil ouvert sur les réseaux sociaux : un retour est toujours possible.
Plus d’informations sur Facebook.

Le Vanity
Paris avait-elle besoin d’un nouveau club hip-hop dit « de luxe » pour écouler des bouteilles de champ’ ? A priori, oui.
25, rue de richelieu, 7e.
Plus d’informations sur Facebook.

MOB Hotel

Depuis les anciens locaux de General Electric à Saint-Ouen, cet hôtel avant-gardiste propose aussi des événements arty et musicaux.
4-6, rue Gambetta, 93400 Saint-Ouen
Plus d’informations sur son site Internet et Facebook.

La Seine Musicale
Un impressionnant fourre-tout culturel et design basé sur l’Île Seguin, capable d’abriter des expositions et conférences comme le festival électronique Chorus ou la der des ders de Michel Sardou.
Ile Seguin, 92100 Boulogne-Billancourt
Plus d’informations sur son site Internet et Facebook.

Le Society
Un club à la déco classieuse pour faire la fête sur plusieurs étages avec des DJ’s de qualité. Sauf qu’après un opening très apprécié en mars dernier, le Society n’a malheureusement pas encore rouvert ses portes. A défaut d’y croire, on peut toujours espérer.
14, rue Cadet, 9e.
Plus d’informations sur Facebook

Garage
L’ex-Grand Rivage a organisé de beaux événements cette année. Comme il hiberne, il faudra attendre mars 2018 pour y guincher de plus belle.
34, quai d’Austerlitz, 13e.
Plus d’informations sur Facebook.

Le Boum Boum
Une esthétique guindée, une ambiance et un lieu stylisés, une programmation musicale plutôt variée… le Boum Boum a de sérieux atouts pour attirer le chaland du chic 8e arrondissement.
37 avenue de Friedland, 8e.
Plus d’informations sur Facebook

Le Génie d’Alex
C’est bientôt la fin (programmée) pour ce centre culturel alternatif et éphémère qui sera remplacé par un club flambant neuf en 2018.
Port des Champs-Elysées, Pont Alexandre III, rive droite, 8e.
Plus d’informations sur son site Internet et Facebook.

L’Aérosol
Ce spot culturel associant musique et street-art atteindra aussi sa date de péremption en début d’année 2018. Dommage pour ceux qui n’ont pas encore pu s’y rendre !
54, rue de l’évangile, 18e.
Plus d’informations sur son site Internet et Facebook.

Le Pachamama
Il faut du culot pour remplacer l’institution Barrio Latino. Le problème, c’est qu’il faut aussi un peu de talent…
46, rue du Faubourg Saint-Antoine, 12e.
Plus d’informations sur son site Internet et Facebook.

Le Hangar Bagnolet
Du vide-grenier à l’event house, techno ou trance, ce squat artistique sait très bien occuper vos journées comme vos nuits.
12, avenue de Raspail, 93170 Bagnolet
Plus d’informations sur Facebook.