5 idées de lieux insolites à visiter en Île-de-France

L’histoire de l’absinthe à Auvers-sur-Oise

Crédit photo : musée de l’absinthe

 

C’est dans cette commune du Val-d’Oise que Marie-Claude Delahaye décide de fonder le musée de l’absinthe : « Ça a été une évidence. J’ai découvert l’absinthe dans une brocante, en achetant une petite cuillère à absinthe. Puis j’ai commencé une collection et en découvrant Auvers-sur-Oise, je me suis dit que s’il devait y avoir un musée de la sorte ce serait ici. Après tout, c’est dans cette ville qu’est mort Vincent Van Gogh, un grand consommateur d’absinthe comme beaucoup de peintres impressionnistes », souligne-t-elle. La visite démarre avec le jardin à absinthe où l’on en apprend plus sur les vertus médicinales de la plante, puis sur la fabrication de l’alcool « qui rend fou », comme on le disait à l’époque.

A l’étage, une salle entière rappelle l’ambiance des cafés de la fin du XIXe siècle avec des lithographies originales faisant la promotion de la « Fée Verte ». Une pièce est également consacrée aux méfaits de la boisson qui mèneront à son interdiction en 1915, avant qu’elle ne revienne dans les boutiques en 2010. Tout au long de la visite, des œuvres originales de peintres, des affiches, des objets liés à l’univers de cet alcool informent le visiteur. Le clou du spectacle ? Une sculpture réalisée par César à partir de cuillères d’absinthe. Le musée est ouvert exclusivement le week-end et en semaine sur rendez-vous pour les groupes. Comptez 5 euros l’entrée en individuelle et 4 euros par personne pour les groupes.

 

Le jardin zen de Rueil-Malmaison

Parc de l’Amitié © Office de Tourisme de Rueil-Malmaison

 

Inspiration. Expiration. Pour ouvrir l’ensemble de ses chakras dans un cadre adapté, rien de mieux que le jardin zen de Rueil-Malmaison, dans les hauts-de-Seine. Situé au cœur du parc de l’Amitié, l’espace japonisant se compose d’un premier jardin de 2 500 m² puis d’une série d’autres terrains consacrés aux senteurs ou encore à la méditation. Le petit pont de bois rouge, au-dessus d’un cours d’eau, transporte le visiteur jusqu’au Japon en un rien de temps. Houppes fleuries, plantes vivaces et autres surprises de la nature se font une place parmi les roches plates et la cascade du parc dont la superficie s’élève à 1,5 hectare. L’entrée y est libre et le lieu ouvre ses portes de 7h30 à 20h entre mai et septembre puis de 7h30 à 19h d’octobre à avril.

 

Derrière les aéroports franciliens

Crédit photo : Free-Photo pour Pixabay

 

Tous en avion ! Où plutôt dans les coulisses des aéroports d’Île-de-France. Quelques offices du tourisme, comme celui d’Orly ou de Roissy Charles-de-Gaulle, proposent de visiter les aéroports et d’en découvrir les secrets. Une exploration de deux heures en moyenne, encadrée par un guide, pour devenir incollable sur l’univers aéroportuaire et admirer depuis de nombreux points le décollage des avions. Coût de la visite ? 5 euros depuis le site internet #ExploreParis.

 

Le musée Fragonard de Maisons-Alfort

Crédit photo : Pkobel pour wikimedia commons

 

C’est dans le parc de l’École Nationale Vétérinaire de Maisons-Alfort, dans le Val-de-Marne, que se situe l’un des plus vieux musées de France. Créé en 1766, il est l’héritier du cabinet de curiosités du fondateur de l’école, Claude Bourgelat. Cyclopes, sirènes, veaux à deux têtes figurent parmi les quelques anomalies de la nature découvertes au fil du temps par les scientifiques.

A ne pas louper, les « Écorchés » d’Honoré Fragonard. Des préparations anatomiques d’animaux divers (singe, cheval…) mais également d’être humain, à la frontière entre l’art, l’horreur et la science (voir l’Homme à la mandibule). Âmes sensibles s’abstenir. Tarif : 8 € pour les adultes et gratuit pour les moins de 26 ans. Le musée est ouvert tous les jours sauf au mois d’août.

 

Visiter le centre d’entraînement hippique de Grosbois

Crédit photo : Annca pour Pixabay

 

Les amoureux de l’équitation et des châteaux seront ravis. Le domaine de Grosbois, dans le Val-de-marne, qui accueille depuis 1962 les trotteurs de l’hippodrome de Vincennes, est aussi ouvert au public, sous conditions de réservation. Le centre d’entraînement reçoit jusqu’à 1 500 chevaux. Près de 80 entraîneurs y travaillent au quotidien. Un musée du trot, consacré aux sommités des courses hippiques est également à visiter. Sans oublier le château de Grosbois lui-même, l’une des nombreuses demeures en Île-de-France de Louis XIII. Le prix total d’un ticket combinant l’ensemble de ces découvertes est de 15 euros.