8 lieux de l’art contemporain extra-muros

La capitale regorge d’offres culturelles en tous genres et il est temps de laisser de côté nos préjugés banlieusards pour aller regarder un peu ce qu’il se passe extra-muros ! Après tout, c’est bien plus original d’aller voir de l’art dans le « 9-4 » !

Artsper et A Nous Paris vous proposent huit lieux de l’art contemporain faisant partie du «Réseau tram»

1. Crédac

© H.Giansily 

Le Crédac, ouvert depuis 1987, est le centre d’art contemporain d’Ivry-sur-Seine, récemment installé dans le bâtiment tout en vitres de la Manufacture des œillets qui bénéficie de plus de 400m2 d’exposition. La mission de ce lieu est d’être un espace de partage et d’expérimentation artistique pour les artistes et le public. Le Crédac expose des artistes confirmés comme des artistes émergents français et étrangers. Débats, rencontres, et ateliers en tous genres sont également au programme. Actuellement l’exposition « Tout le monde » rassemble 22 artistes internationaux jusqu’au 6 décembre dont le dénominateur commun est de réaliser des œuvres en contexte, fragiles voire précaires. L’exposition se veut un « herbier » poétique à la portée de « tout le monde » : une exposition qui prône le calme, l’immobilité, voire une certaine forme de banalité.

 

2. CPIF 

Le CPIF est le Centre Photographique d’île de France ouvert depuis 1989 dans une ancienne ferme briarde de Pontault-Combault en Seine-et-Marne. Ouvert sur toutes les formes artistiques liées à l’image fixes ou animées, il accueille des artistes émergents et confirmés de tous horizons au cours des trois à quatre expositions annuelles et/ou de son programme d’artiste en résidence. Du 19 septembre au 31 octobre,  le CPIF présente l’exposition « Keskonféici » de Marc Pataut, un photographe français spécialisé dans l’enquête documentaire aux accents politiques et éthiques. L’exposition présente le résultat d’un projet mené sur trois ans en collaboration avec l’association de prévention La Brèche, son équipe spécialisée et une dizaine de jeunes la fréquentant.

 

3. Les laboratoires d’Aubervilliers 

Les Laboratoires d’Aubervilliers, comme leur nom l’indique, se sont donnés pour mission depuis leur ouverture en 1993 de donner leur place aux démarches artistiques expérimentales et minoritaires. Ouvert sur des domaines artistiques variés -art visuel, danse, performance, théâtre ou encore littérature- les Laboratoires sont un lieu de recherche, de création et d’expérimentation. Tout au long de l’année, ils organisent expositions, spectacles, ateliers, et résidences dans une volonté affichée de créer des échanges avec la ville et ses habitants.

 

4. Maison d’art Bernard Anthonioz 

Créée en 2006 par la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques, la Maison d’art Bernard Anthonioz est dédiée à la création contemporaine et fait partie d’un ensemble constitué par la Maison Nationale des Artistes, et les deux ateliers Le Hameau et la Cité Guy Loë, situés dans un parc de six hectares à Nogent-sur-Marne. Consacrée à la promotion de projets expérimentaux, la Maison d’art Bernard Anthonioz organise quatre à cinq expositions par an en partenariat avec de grands musées comme le Jeu de Paume ou le MAC/VAL. Elle présente principalement des artistes dans le champ de la photographie et du graphisme. En ce moment et jusqu’au 18 octobre se tient l’exposition « Gitane à la guitare » présentant les œuvre de Bastien Aubry et Dimitri Broquard, un duo d’artistes qui travaille à la croisée de l’artisanat, du design, du graphisme et des arts plastiques : un parcours dans un monde où les objets sont dysfonctionnels, et où les formes sortent du cadre.

 

5. Maison des Arts de Malakoff 

L’histoire de la Maison des Arts de Malakoff est multiséculaire et royale. Repérée par André Malraux, alors ministre de la culture, c’est à son initiative que ce lieu a été acquis par le conseil municipal de la ville de Malakoff en 1993 et reconverti en maison des arts. Devenue depuis un espace d’exposition de 400m2, la Maison des arts de Malakoff accueille environ cinq expositions par an consacrées à la création contemporaine dans ses aspects les plus divers. Du 23 septembre au 15 novembre, la Maison des Arts présente « Réenchantement » de Taroop & Glabel, la première exposition monographique du collectif d’artistes spécialisé dans l’action-réaction humoristique face à la mesquinerie environnante : une oeuvre faite d’aphorismes, de jeux de mot, de dessins ou encore de sculptures. 

 

6. Synesthesie 

Synesthésie est une association créée en 1995 à Saint-Denis et qui se veut une interface entre artistes, publics et technologies au service de l’expérimentation artistique. L’association, membre du Réseau des Arts Numériques (RAN), est particulièrement engagée dans les débats et les réflexions sur les enjeux de société à l’ère du numérique. Synesthésie se définit comme un laboratoire d’observation et de création autour de la place de la technologie dans notre monde moderne. Elle est centrée sur la découverte et la promotion de jeunes talents dans le domaine de l’innovation technologique en France et à l’étranger. 

 

7. La Terrasse

La toute jeune Terrasse (ouverte en 2014) est un projet né de la volonté de déployer la vie culturelle de Nanterre au-delà du centre ancien. Il s’agit d’un espace multidisciplinaire dédié à l’art contemporain –peinture, photographie, sculpture, gravure, vidéo, installation, et performance-, aussi bien lieu de rencontres, et d’expositions, que de recherches. Composée de trois espaces (une salle polyvalente faisant office de galerie, une vitrine et un toit-terrasse), la Terrasse se donne pour mission de créer des interactions entre l’art, la recherche universitaire, le monde du travail et la vie quotidienne. 

 

8. Khiasma

Ouvert en 2004 dans la commune des Lilas, Khiasma est un lieu de production et de diffusion artistique dédié aux arts visuels, à la performance artistique et à la littérature vivante autour du lien entre l’art et les pratiques sociales. La recherche artistique et l’accueil d’artistes en résidence est au cœur de son activité. Khiasma soutient des artistes émergents grâce à une politique de diffusion et de production centré sur des commandes d’œuvres. Khiasma participe à des festivals artistiques chaque année comme le Festival Relectures ou encore Le Cinéma du réel