City breaks : un tour autour de Paris

Si la vie culturelle parisienne, d’une incroyable richesse, suffit amplement à alimenter au quotidien notre soif d’art et de nouveautés, une envie d’ailleurs, parfois, se fait jour. S’échapper quelques heures de l’ivresse de la capitale et, au rythme de la marche, découvrir autre chose, respirer un air différent… Autour de Paris, le choix est vaste : de nombreuses villes, que l’on peut rallier rapidement en train, peuvent même se visiter à la journée.

Rouen

Amazonia © asisi

À voir les Buttes Chaumont bondées le week-end dès que le soleil pointe le bout de son nez, on se prend parfois à rêver d’une nature plus sauvage… Et si la végétation luxuriante de la forêt amazonienne nous attendait, toute proche, à 1h10 de Paris ? L’idée semble folle, et pourtant le Panorama XXL de Rouen propose cette échappée originale, grâce à une impressionnante immersion au cœur d’une œuvre contemporaine, dans une rotonde de 35 mètres de hauteur. Depuis différentes plateformes d’observation, on expérimente en images et en sons une plongée dans la forêt amazonienne, rythmée par les variations d’éclairage donnant l’illusion du passage des heures. On assiste alors à un spectacle intéressant et singulier, sur le modèle des premiers panoramas (l’ancêtre du cinéma) : l’occasion de vivre, dans le temps et l’espace, un rapport différent aux images !

N’oublions pas que Rouen, surnommée ville aux cent clochers par Victor Hugo, célèbre pour sa cathédrale, offre également des balades plein de charme dans ses rues anciennes, à la découverte de son patrimoine. Des maisons à pans de bois au célèbre Gros-Horloge, en passant par l’abbatiale Saint-Ouen et la place du Vieux-Marché (où Jeanne d’Arc fut brûlée vive…), il y a beaucoup à voir. Au cours de notre visite, on ne manque pas de saluer le fameux chat momifié de l’aître Saint-Maclou, qui sommeille sereinement dans sa vitrine…

Pour le déjeuner, on se laisse tenter par un magret de canard au cidre, une escalope de veau au camembert, un suprême de poulet à la normande ou encore un parmentier de boudin noir aux deux pommes. Et, avant de reprendre le train, on pense à faire le plein des spécialités sucrées de la ville : larmes de Jeanne d’Arc, cadrans du Gros-Horloge ou autres pavés rouennais…

 

Troyes

Marre de se ruiner en shopping ? Pour y remédier, on prend la direction de Troyes : deux grands centres de magasins d’usine sont situés à la périphérie de la ville, et accessibles rapidement en bus. De quoi faire quelques bonnes affaires, à seulement une heure et demie de train de Paris.

On en profite pour fouler des pieds les ruelles pavées du plus grand ensemble de maisons à colombages qui subsiste de nos jours en France. Cathédrale Saint-Pierre-Saint-Paul (avec ses vitraux du XIIIe au XIXe siècle, sur 1500 m2), basilique Saint-Urbain, église Saint-Madeleine (et son célèbre jubé)… La ville de Troyes n’est pas en reste non plus en ce qui concerne les monuments religieux, et offre une agréable balade le long du canal de la Haute-Seine, ponctué de sculptures contemporaines.

Une sympathique échappée hors de Paris dont on pourra rapporter, entre autres souvenirs gustatifs, une bouteille de la fameuse prunelle de Troyes (liqueur), ou encore quelque andouillette – la spécialité – ou fromage régional, dénichés au très animé marché des halles.

 

Tours

Le Jeu de Paume, lieu d’art parisien… mais pas que ! Cette institution propose chaque année plusieurs expositions photographiques au Château de Tours. C’est d’ailleurs dans cette ville que trône le Monstre de Xavier Veilhan (place du Grand-Marché) et, surtout, qu’ouvrira à l’automne 2016 le nouveau bâtiment du Centre de création contemporaine Olivier Debré, avec pas moins de quatre espaces d’exposition répartis sur 4500 m2 ! Ainsi, à seulement 1h15 de la capitale, la ville étudiante de Tours semble plus que jamais ouverte aux arts. Niveau patrimoine, qu’il s’agisse de la dynamique place Plumereau, pleine de charme avec ses maisons à pignons et pans de bois, ou de la rue, typique et très vivante, du Grand-Marché, le vieux Tours est riche en jolies découvertes. En cherchant un peu, on rencontre même un certain Fritz, éléphant de 7 tonnes naturalisé ! (Un indice, pour le trouver : il aime profiter de l’ombre d’un majestueux cèdre bicentenaire…).

Pour rapporter quelques choses à boire et à manger, on se dirige là encore du côté des halles qui proposent d’immanquables produits du terroir, des vins de Loire aux poires tapées

 

Dijon

© Par Twibo2 — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=29083413

Si nombre de lieux d’art de la capitale sont l’œuvre d’architectes renommés, tels que Frank Gehry (Fondation Vuitton, Cinémathèque française) ou Jean Nouvel (Institut du monde arabe, musée du Quai Branly), le Consortium, centre d’art dijonnais, n’a pas, lui non plus, à rougir de sa paternité. Son architecte n’est autre que Shigeru Ban, auteur du Centre Pompidou Metz et lauréat du prix Pritzker en 2014. Les expositions d’art contemporain présentées au cœur de ce très beau bâtiment moderne, alliées à celles du FRAC Bourgogne, valent résolument le déplacement.

D’autant que, à 1h40 de Paris, la ville de Dijon offre une escapade atypique, bercée par le charme de ses maisons à colombages. Palais des Ducs de Bourgogne, cathédrale Saint-Bénigne, Hôtel de Vogüé… Au fil de notre visite (en suivant, ou non, les chouettes matérialisées au sol), on passe saluer les gargouilles de l’église Notre-Dame, ainsi que l’ours blanc du sculpteur Pompon dans le joli jardin Darcy.

Enfin, pour nos achats gourmands, direction les halles, au cœur de Dijon. Et puis bien sûr, tout un choix de boutiques s’offrent à nous pour rapporter vins de Bourgogne, pots de moutarde (Fallot ou Maille, bien que cette dernière tient désormais boutique à Paris) ou autres nonnettes (à base de pain d’épices).

 

Lille

© Thinkstock

Direction Lille (à 1h10 en train), pour découvrir une ville en mouvement permanent et plus que jamais ouverte à la création contemporaine. Outre les belles expositions de la Gare Saint-Sauveur ou du Tri Postal, et après avoir été Capitale européenne de la culture en 2004, la ville organise tous les trois ans de réjouissantes manifestations d’art contemporain (dans le cadre de lille3000), qui sont l’occasion de grandes fêtes populaires. Début 2016, elle a même accueilli la foire d’art contemporain art up !, un nouveau rendez-vous qui animera désormais chaque année le Grand Palais de Lille.

La cité offre également de belles balades architecturales : le Vieux Lille, la Grand-Place, la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille (sa façade de marbre translucide et son portail de bronze)… On découvre aussi le charme d’une promenade romantique le long de la Deûle, dans le parc de la Citadelle. Un mystérieux bras d’or accroché à un balcon, un monument en hommage aux pigeons morts pour la France, des décrottoirs à chaussures d’un autre temps incrustés dans certaines façades… Lille regorge de secrets.

Pour déjeuner, pourquoi ne pas opter pour un estaminet à l’ancienne ? Les spécialités de poulet au maroilles, potjevleesch, carbonnade flamande, welsh… nous tendent les bras. Sans oublier de goûter aux Merveilleux (petits gâteaux meringués à la crème et au chocolat), ni de rapporter quelques gaufres fourrées de chez Meert pour nos gentils collègues.