Festival : Paris en toutes lettres

Quelle autre ville au monde que notre belle capitale représente le mieux la littérature et sa riche histoire ? Et on n’est pas chauvins…

Créé en 2009, Paris en toutes lettres revient écrire de nouvelles pages de son si nécessaire festival, en mêlant toujours aussi bien les arts et avec un seul chef d’orchestre : le verbe. Centralisée autour de la Maison de la Poésie et dispatchée dans une quinzaine de lieux de la capitale, cette huitième édition mettra l’accent sur les rapports entre musique et littérature, entre le son et le mot, avec notamment une part belle faite au rap, qui sera mis en avant par l’événement Proses avec le rappeur S. Pri Noir.

Une conférence Hip-hop et écriture, en compagnie de la romancière Faïza Guene, étudiera les liens que le genre entretient avec le cinquième art. Au programme de cette nouvelle édition, des siestes acoustiques – et littéraires donc – à la Mairie du 4e, une lecture-projection par Marie Darrieussecq, une « tentative de résumer A la recherche du temps perdu de Marcel Proust en une heure » par Véronique Aubouy – un projet forcément audacieux –, la playlist idéale de l’artiste Sophie Calle, qui a sélectionné titres de livres et chansons qui ont marqué sa vie, un hommage à la chanteuse Barbara par le réalisateur Mathieu Amalric à La Philharmonie, une conférence Ce que je sais de la mort, ce que je sais de l’amour avec Philippe Katerine – qui est aussi le titre de son dernier livre – et des lectures musicales de Mathias Malzieu (Dyonisos) et de Pierre Guénard (Radio Elvis).

Sans oublier une Nuit de la poésie à l’Institut du monde arabe avec la chanteuse Camélia Jordana, des «chuchotements poétiques » et des improvisations au oud – sorte de guitare aux cordes pincées emblématiques des pays arabes – et l’habituel Bal littéraire du festival qui se tiendra à la Gaîté Lyrique…