La boutique sans argent : un concept écolo et solidaire

Lancée en 2013, la boutique sans argent du 12e arrondissement est la seule adresse de ce genre à Paris. Elle a pour modèle le premier magasin gratuit en France installé à Mulhouse depuis 2009, qui est directement inspiré des centaines de boutiques fondées sur la gratuité et l’économie du don en Allemagne. Nous avons rencontré Debora Fischkandl, 32 ans, présidente et co-fondatrice de l’association, mais aussi les bénévoles et les participants lors d’une après-midi très sympathique en immersion dans la boutique sans argent !

La boutique sans argent : une économie non monétaire qui n’est pas fondée sur le troc mais sur la gratuité

 

Après la création des statuts de l’association en 2013, la première expérimentation de lieu pour la boutique sans argent se fait en 2015 dans un local de 20 mètres carrés dans l’ancienne gare de Reuilly. En 2017, face au succès de la boutique sans argent et à l’affluence des dons, l’association déménage au 2 rue Edouard Robert, tout proche du métro Daumesnil dans un espace plus vaste. La nouvelle adresse, lieu de vie permanent avec un café, ouvert au public du mardi au samedi tous les après-midis, regroupe 30 bénévoles en tout et en moyenne 4 bénévoles par après-midi. La preuve que l’économie du don fonctionne !

« C’est ce qui est le plus surprenant c’est qu’il n’y a pas d’obligation de réciprocité  ! Nous sommes dans une logique de partage !  » explique Debora Fischkandl, 32 ans, présidente et co-fondatrice de l’association.

Lucille, 29 ans, seule salariée à temps partiel de l’association, en charge de l’animation et de la participation citoyenne depuis 4 ans, confirme également l’étonnement des gens face au concept de gratuité  : « Les gens sont toujours étonnés du concept sans argent !  L’intitulé  de la boutique sans argent laisse tout le monde bouche-bée ! On n’a du mal à concevoir qu’un tel projet puisse exister car ce n’est pas dans les mœurs, on est trop habitué à passer à la caisse ! « 

Jeannine, vient pour la première fois accompagnée de sa fille et son petit-fils, elle a entendu parler de la boutique par bouches à oreilles, mais comme elle avait du mal à croire à la gratuité elle est venue vérifier par elle-même: « Je n’ai pas cru quand on m’a dit que c’était gratuit, je cherche des vêtements d’enfants pour ma famille ici et en Guadeloupe, je suis surprise de voir que les choses sont en très bon état.  » témoigne t-elle.

Alyaé, 26 ans, mannequin, habite Bordeaux, de passage à Paris, elle vient faire un don pour la deuxième fois :  » Je travaille dans la mode et j’ai souvent des vêtements et des chaussures de marques. Je préfère donner à la boutique sans argent en direct car je me suis aperçue que quand on donne dans les bennes en fait il y a un énorme business derrière. C’est important de donner des choses en bon état. J’aime l’idée de boutique, le concept que les gens peuvent venir faire du shopping comme tout le monde sans dépenser d’argent. » 

la boutique sans argent
Le café de la boutique sans argent. Photo : Claire Nini

 

Même si la boutique est fondée sur le concept du gratuit, le modèle économique est 1/4 financier et 3/4 non financier. Elle a pû se pérenniser grâce à des soutiens privés comme la Fondation de France, ou des soutiens publics comme la Mairie de Paris. La boutique a des charges et un loyer à payer mais  aussi des factures d’électricité ou d’internet. Les charges fixes du local représentent 800 euros mensuels. Le café est payant mais à prix libre, chaque visiteur qui consomme un café ou un thé glisse en toute discrétion quelques pièces ou billets dans une tirelire posée sur le comptoir. Certaines créations artistiques réalisées par les bénévoles comme des jolis attrapes-rêves sont vendus à 5 euros, prix symbolique pour aider les actions de l’association.

La boutique sans argent : une circulation de 500 objets par jour et 100 000 à l’année

la boutique sans argent
Vue de la boutique sans argent. Photo : Claire Nini

 

La boutique sans argent propose de récupérer des petits objets : des vêtements, des livres, des magazines, des jeux pour enfants, de la déco, de la vaisselle.  Tout le monde est le bienvenu sans justificatif de situation sociale.

La présidente de l’association est fière des statistiques de cette boutique au concept original :  » Nous avons une moyenne de 110 personnes dans l’après midi entre les visiteurs et les donateurs et 500 objets par après midi qui circulent dans la boutique, ce qui est complètement fou ! « . 

Le concept de la boutique nous incite à réfléchir à notre façon de consommer :  » L’un de nos enjeux est de donner la possibilité aux personnes de réfléchir à ce que signifie le fait de posséder un objet c’est pour cela que nous fixons la limite à 5 objets à emporter par jour et par personne. » explique Debora.

Monsieur Foulani, un donateur régulier habitant de Créteil organise des collectes auprès de ses voisins dans son immeuble qui déposent des sacs devant sa porte d’appartement et vient personnellement apporter ces dons tous les mardis en métro. « J’ai connu la boutique par le biais des Nouveaux Robinson qui liste les associations qui agissent pour la gratuité. Je collecte auprès de mes voisins et j’amène depuis Créteil en métro tout ce qui est valable, des vêtements, du petit électroménager. Depuis que je connais la boutique je consomme moins et je fais tout pour moins consommer. Je peux prendre des livres et les ramener la semaine suivante. »

La conscience écologique est donc encouragée par la boutique sans argent. En effet, plus de 100 000 objets à l’année  trouvent une nouvelle vie, donc c’est aussi un projet écologique car sinon ces objets auraient sans doute étaient jetés pour la plupart. Pierre Yves, habitant du quartier témoigne : « Comme il n’y a pas beaucoup de places dans nos appartements parisiens, on cherche toujours à se débarrasser de  petites choses, mais ça fend toujours le cœur de devoir jeter des choses qui peuvent servir à d’autres. J’aime l’idée que ces choses repartent dans un circuit. » Pas question pour autant pour ce père de famille de remplir son sac en retour, il vient surtout donner et ne prend des choses uniquement quand il en a véritablement besoin !

Nadine, 70 ans, retraitée, bénévole depuis 4 ans vient deux fois par semaine à la Boutique sans argent, cela correspond à ses valeurs humaines et écolos : «  le projet m’a tellement emballé et ça correspondait à quelque chose que j’avais en moi depuis longtemps car je réfléchis à l’écologie depuis mai 68. J’ai foncé et j’ai rejoint l’équipe comme bénévole. Ce projet est important car il  évite cet énorme gaspillage et incite les gens à réfléchir à leur consommation, on peut échanger pleins de choses, on en a tous pleins nos placards ! On a tous pendant des décennies consommé de façon excessive, il faut maintenant consommer de façon consciente ! Je milite auprès de mes petits enfants qui sont aussi des écolos convaincus et qui sont fiers de leur mamie ! « 

La boutique sans argent : une grande famille de bénévoles qui crée du lien social localement au quotidien

 

Loin des clichés d’un Paris anonyme où l’on se croise sans se parler, ici dans cette adresse hors du commun : se crée chaque jour du lien social dans un lieu propice à la générosité, où s’ installe un climat de confiance et où se tissent des amitiés.

Gabrielle, étudiante en anthropologie, s’intéresse à l’économie du don, elle est en stage à la Boutique sans argent pour valider sa licence et coordonne tous les premiers samedis du mois des ateliers d’upcycling.  » C’est un lieu très intéressant  qui brasse toutes sortes de personnes. « 

Myriam bénévole une fois par semaine depuis 2016 est aujourd’hui en visite à la boutique comme cliente :  » Quand je ne suis pas bénévole je viens à la boutique comme participante. J’ai des problèmes psychologiques et je préfère venir ici rigoler avec mes copines que d’aller chez le psy ! Je me sens ici comme dans une famille ! « 

Samia, bénévole depuis 3 ans, a également découvert la boutique lorsqu’elle était installée à son ancienne adresse à la gare de Reuilly :  » La boutique sans argent c’est comme une famille, j’aime blaguer avec tout le monde et ça me permet d’oublier mes soucis car je suis SDF et je vis dans un foyer avec mon fils de 18 ans. Dès que je rentre ici je suis une autre personne et je me sens bien. 

Jacqueline, fait le déplacement depuis la Défense et regrette qu’il n’y ait qu’une adresse de ce genre à Paris. Elle a une petite retraite et elle est heureuse de pouvoir s’habiller gratuitement, cet après-midi là elle trouve un beau manteau pour l’hiver. Elle retrouve des copines qu’elle s’est fait à la boutique :  » Tout le monde est très gentil, donc ça crée des liens ! « 

la boutique sans argent
La boutique sans argent est bien fournie en vêtements. Photo : Claire Nini

 

La boutique sans argent crée du lien social également avec les artistes du quartier ! Catherine directrice artistique et metteure en scène de la Compagnie de théâtre Sol Lucet Omnibus vient régulièrement et trouve des trésors pour habiller ses comédiens : « La boutique sans argent nous fournit des vêtements et nos couturières les retravaillent ! Nous sommes en partenariat avec la boutique sans argent qui nous met des costumes de côté ! C’est génial comme échange : écologique et solidaire !  » s’enthousiasme t-elle. Elle repartira ce jour là avec un chapeau en fourrure, un boa en plumes et des gants de velours ! De quoi habiller un nouveau personnage de théâtre qu’il ne reste plus qu’à créer.

Des perspectives de développement en banlieue pour la boutique sans argent :

Du 15 juin au 28 juillet 2019 à Bobigny, la boutique sans argent sera présente dans la maison du Parc de la Bergère tous les samedis et dimanches, lieu expérimental dans le cadre du festival l’été du canal.

Si l’expérience est concluante, une implantation définitive est envisageable à Est Ensemble !

Aujourd’hui une trentaine de boutiques sans argent se sont développées en France : Lille, Rennes, Nanterre, Pierrefitte, Bordeaux, Toulouse, Nîmes …

Longue vie à ce concept que l’on demande qu’à voir se multiplier à Paris et en banlieue ! Nous avons mieux que de l’argent à échanger : du temps, des sourires et de l’amitié !

 

La boutique sans argent  – Magasin Gratuit 

Adresse permanente : 2 rue Edouard Robert, 12

Ouvert de 14h à 18h les mardis, mercredis et vendredis 

de 14h à 20h le jeudi, de 12h à 18h le samedi 

Fermé chaque premier samedi du mois

www.laboutiquesansargent.org

et adresse éphémère d’été : Parc de la Bergère – Bobigny 

ouverte du 15 juin au 28 juillet les samedis et dimanches de 10h à 19h 


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !