La FIAC Hors les murs en 5 lieux

La Nuit Blanche a lancé le coup d’envoi d’un mois d’octobre chargé en festivités artistiques ! La Foire Internationale d’Art Contemporain célèbre cette année sa 42ème édition du 22 au 25 octobre, et comme tous les ans, vous n’allez plus savoir où donner de la tête !

A NOUS PARIS et Artsper vous proposent un parcours Hors les Murs, loin de la foule et au plus près des œuvres. Découvrez notre sélection des 5 lieux incontournables de cette nouvelle édition de la FIAC. 
 

1. Jardin des Tuileries 

Lieux emblématique de la Fiac Hors Les Murs depuis 2006, le Jardin des Tuileries reste l’un des grands incontournables. Chaque année, il propose un parcours d’œuvres extérieures alliant installations, sculptures, performances et œuvres sonores en interaction avec les visiteurs et accompagnées d’un service de médiation assuré par les élèves de l’Ecole du Louvre. Cette année 18 artistes contemporains investissent ce cadre exceptionnel de leurs œuvres, parmi lesquels nous recommandons particulièrement :

– Untitled 13 (Watchers), de David Altmejd, un artiste montréalais, dont les sculptures inspirées de formes humaines abordent le thème du corps comme lieu de transformation avec une attention toute particulière accordée aux textures et aux matériaux.

– Sans crier gare, d’Eric Hattan, un artiste suisse qui offre à l’occasion de la Fiac une nouvelle version de son installation sonore rassemblant et projetant les cris d’une dizaine de personnes anonymes et condamnées à l’incompréhension. Ces cris sont délivrés par des haut-parleurs suspendus dans la végétation du jardin et surprennent le visiteur.

– Yure, de Kengo Kuma, un architecte japonais contemporain qui travaille avec des matériaux naturels tels que le bambou, les bois traditionnels japonais, ou encore le papier et le textile. Pour l’événement l’artiste propose un projet de petites maisons nomades s’intégrant parfaitement dans le paysage des Tuileries et réconciliant art et architecture.

– Gonflable, contrepoids, transmission scooter électrique, lustres à pampilles, collecteur tournant, chaîne de moto, vingt-quatre volts de Vivien Roubaud, un artiste français qui extrait les propriétés cachées des « objets qui nous font vivre ». L’artiste utilise des lustres à pampilles emprisonnés dans une sphère de jeu transparente qu’il soumet à une force centrifuge, créant ainsi des effets sonores et visuels uniques. 

 

 

2. Jardin des Plantes et Muséum National d’Histoire Naturelle 

Intégré au parcours Hors Les murs depuis 2011, le Jardin des Plantes et le Muséum National d’Histoire Naturelle proposent une sélection d’œuvres aussi bien en intérieur qu’en extérieur, en lien avec la nature et l’environnement dans le contexte de la COP21. Pour l’édition de cette année, 19 artistes et œuvres seront mis à l’honneur, parmi lesquelles nous vous recommandons tout particulièrement :

Still Library de Gilles Barbier, représentant une bibliothèque, avec étagères, meubles et piles de livres envahie par une végétation luxuriante, à l’image de l’archipel du Vanatu, dans lequel l’artiste est né. L’œuvre confronte deux temporalités : celle de la lecture et celle de la nature. Une métaphore du temps qui passe ou de son effet sur le corps et l’esprit.

Underground Flowers de Yang Jiechang, artiste chinois qui présente dans le cadre de ce parcours un ensemble de 270 boîtes en bois rangées sur des étagères contenant chacune un os en porcelaine à taille humaine aux motifs fleuris bleus sur fond blanc. Ces ossements rappellent notamment la vitalité des floraisons de vie et de l’esprit qui en émane.

Boxoplasmose d’Henrique Oliveira, un artiste brésilien qui réalise des oeuvres à mi-chemin entre peinture, architecture et sculpture et travaille avec le bois de « tapumes », qui provient de sa ville natale Sao Paulo. Pour ce parcours Hors-les-murs, sa sculpture anthropomorphe associe forme géométrique et organique, et envahit l’espace comme si la nature reprenait ses droits.

Sans titre de Vincent Mauger, qui représente un fragment de météorite à la forme organique crée à partir de l’assemblage de matériaux simples. 

 

 

3. Place Vendôme

Pour la 4ème année, la FIAC renouvelle sa collaboration avec le Comité Vendôme pour accueillir une œuvre monumentale le temps de la foire. Cette année, l’artiste américain Dan Graham présentera deux pavillons : Two Nodes, constitué de deux espaces cylindriques en verre semi-réfléchissant dans lesquels le public peut entrer. Grâce à des dispositifs optiques, les surfaces de verre reflètent les silhouettes des spectateurs à 360 degrés à l’intérieur et à l’extérieur. Les jeux de réflexion évoluent en permanence, ce qui rend la structure mouvante au fil du passage des visiteurs. 
Le second pavillon, Passage Intime est un étroit passage concave que les visiteurs peuvent traverser en voyant leur corps se déformer tout en étant l’objet du regard des autres. L’œuvre est inspirée du Pavillon de Barcelone de Mies Van Der Rohe et des passages couverts parisiens du XIXème siècle. 

 

 

4. Berge de Seine – rive gauche

« Sound by the River » est un parcours d’œuvres sonores le long des Berges de Seine axées sur l’enregistrement et l’écoute de notre environnement. Six artistes ont été sollicités pour l’occasion, parmi lesquels nous vous recommandons : 

Les Prédictions de Saul Wahl, Roi d’une nuit et ancêtre de la Chalet Society : un authentique chalet suisse en bois dans lequel on peut venir entendre les prophéties de Saul Wahl, roi de Pologne pour une nuit en 1586.

Tentvillage-Revisited du Studio Dré Wapenaar, une installation qui combine architecture, design et sculpture pour former une « sculpture totale » prenant des allures de tentes.

 

 

5. Petit Palais 

Pour son édition 2015, la Fiac Hors Les Murs investi également le Petit Palais avec quatre œuvres de Liz Glynn et une performance de Rashid Johnson  présentées sur le parvis et dans le jardin du musée.

Sweet Wall, d’Alla Kaprow, réinventé par Rashid Johson, Shea Wall est une performance qui aura lieu à l’entrée du Petit Palais le mercredi 21 octobre à partir de 9h. Pour l’occasion, l’artiste accompagné d’étudiants des Beaux-Arts construira un mur de parpaings et de blocs de beurre de karité. 

Liz Glynn présentera trois sculptures de bronze, résultat d’une performance de l’artiste réalisée à partir de moulages des sculptures de Rodin au LACMA. L’œuvre interroge notamment le thème moderne de l’appropriation.