La nouvelle folie du lin

L’image du lin a bien changé. Pendant longtemps, on a boudé cette matière qui froissait pour un rien, jusqu’à ce que cet effet autrefois maudit devienne recherché. Résultat, le tissu a envahi le monde de la déco et du design, la mode aime sa nonchalance, le linge de maison adore sa douceur. Ce vif intérêt va même plus loin, puisque le monde sportif et l’univers musical lui ont trouvé des atouts inédits. Explications.

On imagine que le lin est une plante exotique, mais il n’en est rien. Il pousse majoritairement sur nos terres, et l’Europe est la première productrice mondiale avec 80 % de la production. Cette fausse image est sans doute liée au fait que le lin est la fibre la plus ancienne connue, et que c’est dans l’Égypte des pharaons que son usage a commencé à se développer. Grâce à notre climat océanique, naturellement humide, il est donc aujourd’hui cultivé chez nous. Bonne nouvelle pour l’économie européenne et française notamment, on est quasiment sûr que cette production ne pourra pas être délocalisée grâce à la spécificité de notre environnement. Mais comment expliquer cette frénésie soudaine de la mode et de l’art de vivre en général pour le lin ? Plusieurs facteurs sont à mettre en parallèle. D’abord, son image verte proche de l’écologie est devenue un sacré atout à l’heure où l’on parle de plus en plus d’écoconception. Le lin européen est garanti sans OGM, il répond aux critères de développement durable et est totalement biodégradable, ne produisant aucun déchet car tout dans la plante est utilisé. Autres atouts, quand on parle du lin en tant que textile, son toucher ultra-doux, sa souplesse, son confort extrême sont devenus très recherchés par les consommateurs ; du coup, les marques et les distributeurs ont suivi. Le lin file parfaitement avec la tendance minimaliste qui s’ébauche déjà depuis quelques temps, ce “less is more” où, justement, on privilégie certes la simplicité, mais en recherchant des matières nobles et de qualité. Vous savez, l’effet tout mou de la fibre, qui donne cette touche de nonchalance et de chic à la fois : il n’y a que le lin pour permettre ce rendu, et la mode en raffole depuis plusieurs saisons. Noble, résistant, écolo et épuré, le lin a tout bon ! Burberry a été la marque pionnière du genre avec son mythique trench à la coolitude légendaire, créé par Thomas Burberry en 1880. Pour la petite histoire, l’idée lui est venue en observant l’allure et l’aspect pratique du “smock frock”, le vêtement de travail en lin souple porté par les agriculteurs du Surrey… Parmi les autres marques, il faut aussi noter l’esprit sportswear élégant de Lacoste, la touche ethno-bobo d’Isabel Marant, la green attitude de Stella McCartney, le raffinement maîtrisé chez Loewe, tout cela permis grâce au lin… La liste est longue des créateurs qui ne peuvent plus s’en passer dans leurs collections, que ce soit pour l’homme ou la femme d’ailleurs. Fini, la veste toute froissée qu’on regrettait d’avoir achetée, d’énormes progrès ont été fait sur le textile qui se laisse vivre désormais, et s’il froisse, c’est juste légèrement et pile dans l’air du temps. La maille de lin est devenue sans doute votre matière préférée l’été. Elle s’est si bien démocratisée que le tee-shirt en coton peut aller se rhabiller, notamment chez ceux dont il a pourtant fait les grandes heures, comme Petit Bateau.

Beau et durable

Dans l’univers de la déco, il a fait une apparition remarquée tout d’abord avec le linge de maison. Les voilages et les rideaux en lin séduisent, la matière révélant tout son potentiel et toute sa beauté en version brute, lavée ou stonewashed. On aime son effet également sur les housses de couettes, les coussins, les tapis, bref, tous les accessoires se sont emparés de cette matière si douce qu’elle donne immédiatement un sentiment de bien-être douillet à l’habitat, sensation recherchée finalement par tous. Et dans la chambre particulièrement. Les draps un peu rêches de nos grands-mères appartiennent définitivement au passé. Les nouveaux traitements développés par les fabricants apportent de la douceur à cette fibre textile, pour un sommeil tout en confort. Du coup, les hôtels ont adapté eux aussi leur déco chic à l’esprit home sweet home qu’offre le lin. Les Anglais, plutôt champions sur le terrain du papier peint, déclinent leur créativité débordante, comme chez Marvic par exemple, dans des imprimés fleuris que seuls les British maîtrisent. Côté design, la fibre de lin offre des perspectives d’écoconception non négligeables. Son rendu unique en fait une matière vivante avec ses irrégularités naturelles. Le style aujourd’hui n’a plus besoin de souffrir pour être “éco-friendly”, au regard de tout ce que les designers imaginent avec de la fibre de lin, des abats-jour sérigraphiés de Tamasyn Gambell aux magnifiques tapis démesurés en lin de Patricia Urquiola. Le lin s’intègre même dans la cuisine. Développée pour la collection Ecosmart d’Architec aux États-Unis, la gamme Poly Flax est désormais disponible en Europe. Saladiers, cuillères de service ou planches à découper sont réalisés dans un polymère 100 % recyclé et renforcé d’anas de lin (la tige centrale et brisée en petits fragments).

Du vélo à la guitare

Si l’art de vivre s’est entiché du lin, il y a d’autres domaines plus surprenants qui font également le pari de la fibre végétale. C’est le cas du monde sportif avec des équipements comme les skis, les planches de surf, les casques, mais aussi les vélos qui sont fabriqués aujourd’hui à partir de lin, venant en renfort de matières composites. Les atouts ne sont pas futiles : plus de légèreté, une meilleure absorption des vibrations, une plus grande solidité, rien que ça ! En effet, en incorporant le tissu de lin dans le cœur du composite, on obtient une matière extrêmement solide, légère et qui absorbe parfaitement les chocs. Les utilisations semblent même illimitées : coques de bateau, aviation… Même le monde de l’automobile semble s’y intéresser de très près. Encore plus surprenant, l’univers de la musique voit aussi un fort potentiel dans le lin, avec la possibilité de fabriquer des instruments comme les guitares par exemple ! L’acoustique serait des plus intéressantes grâce notamment à sa capacité à amortir les vibrations. Quand la matière textile la plus ancienne est peut-être celle qui a le plus d’avenir (durable), l’affaire est à suivre…