La SNCF lance un concours de graffitis

Graffer des lieux publics légalement, c’est désormais possible.

La compagnie ferriviaire a récemment appelé les graffeurs qui le souhaitent à participer à son concours « Sites artistiques ferroviaires » dans le but de réhabiliter des anciens sites ferroviaires à l’abandon. 16 sites au total – dont des arches, des viaducs, et des chateaux d’eau – seront mis à disposition aux participants pour laisser libre court à leur créativité. 

L’initiative a été prise par la branche immobilière de la SNCF, qui depuis sa création en septembre 2014, se charge de l’optimisation et de la réhabilitation d’anciens sites de la compagnie.

Le concours a cependant été l’objet d’une vive polémique en raison du cahier des charges qui précise que les graffeurs devront payer un redevance pour l’occupation des lieux, qu’ils ne bénéficieront d’aucune aide financière et qu’ils devront même céder les droits d’auteurs de leurs oeuvres gratuitement à l’entreprise. La SNCF a ensuite expliqué dans un communiqué que « la propriété des œuvres réalisées, restait bien évidemment celle des artistes à la condition que celles-ci puissent être détachables du bien immobilier lui-même mis à disposition. La clause portant sur les droits et œuvres futurs visant uniquement à ne pas remettre en cause un projet ultérieur de démolition, réhabilitation ou valorisation du bien mis à disposition ».