L’Archipel, un centre culturel solidaire dans un ancien couvent

Direction le quartier de la place Clichy où a émergé un “archipel” hors norme.

Une fois franchie la façade historique, le tableau est impressionnant : une large nef d’un blanc immaculé se déploie devant nous, avec une chapelle et des alcôves en balcon tout autour. Mais pas de recueillement ici, « le lieu qui date du XIXe n’a probablement jamais été sacralisé », nous explique Audrey Decrock, membre d’Aurore, une association aidant à l’insertion des personnes en grande difficulté. La Nef est un îlot au milieu d’un vaste bâtiment dans lequel l’association a installé depuis 2012 un Centre d’hébergement d’urgence accueillant des femmes, seules ou avec enfants. Des locaux labyrinthiques de 600 m2 qui ont renfermé autrefois un hôtel diplomatique, puis plus tard l’Institut national de la propriété industrielle.

« Depuis l’ouverture du centre, la Nef servait à ranger les poussettes. On s’est dit que c’était dommage de ne pas mieux utiliser ce lieu exceptionnel et c’est comme ça que le projet Archipel est né en janvier dernier, détaille Audrey. Notre objectif est de favoriser la mixité sociale à travers la culture en faisant se rencontrer les habitants du quartier et les hébergés, souvent en marge. » Outre le Café de l’Archipel qui propose vendredi et samedi des formules légères à base de produits locaux et de saison, on y vient surtout le week-end pour faire vivre une bibliothèque interactive de plus de 8 000 ouvrages, prendre un cours de yoga ou déguster un bon brunch. Parfois aussi, la maison organise des événements comme des conférences autour de l’économie sociale et solidaire ou des concerts… dans des hamacs.

Car les mots d’ordre sont l’innovation et l’engagement collectif, nous souffle-t-on. Que ce soit au Trop Shop (un espace d’échange de services ouvert à tous) ou dans les bureaux de coworking, chaque îlien – employé de l’association, entrepreneur responsable ou simple visiteur – œuvre à sa petite échelle pour “changer les choses”, comme on dit. Un beau projet donc, qui, en sommeil cet été, revient en cette rentrée avec un agenda encore plus garni.

www.larchipel.paris