Le règne de la fausse fourrure

Venus du Japon, les Tsum Tsum sont un vrai phénomène de société. Dotées d’un air de famille certain avec des personnages de dessins animés célèbres, ces petites bêtes évidemment kawaï sont nées dans un jeu mobile et ont rejoint le monde réel pour réveiller notre vieil esprit de collectionnite. En contrepartie, ces boules de poil régressives nous rassurent et font le ménage. Si, si.

Régulièrement débarquent sur le marché de petites mascottes, plus ou moins mignonnes, vouées à devenir un temps culte, ou même à passer définitivement à la postérité. Nées au pays d’Hello Kitty, ces peluches, les Tsum Tsum, semblent avoir une belle carrière mondiale devant elles, plus que le jeu mobile qui les a engendrées, Disney Tsum Tsum, développé par la messagerie instantanée LINE, pourtant carton intégral au Japon (des dizaines de millions de téléchargements). Qu’importe au fond, puisque une fois le cap du virtuel franchi (fin 2013), ces petites figurines qui sont, vous l’aurez compris, des avatars des personnages incontournables ou plus méconnus des dessins animés Disney, ont vite dépassé les frontières de leur pays d’origine pour séduire les Etats-Unis, puis aujourd’hui l’Europe. 

Partout, les fans se battent pour trouver les derniers modèles disponibles en grand, moyen ou petit format (les plus adorables), afin d’agrandir leur collection, ou plutôt leur… pyramide. Car « Tsum Tsum » signifie « empiler empiler » en japonais. Du coup, tout le monde, et pas que les plus petits, empile, mais aussi balade ses figurines. « Elles ont la particularité d’être à la fois mignonnes, attachantes et nomades car elles tiennent dans la main, s’emportent au bureau ou à l’école en se glissant dans les sacs, explique Franck Mathais, directeur du département consommation de l’enseigne La Grande Récré qui les commercialise depuis mi-février. C’est un objet transgénérationnel et universel qui s’annonce comme un gros succès de ce début d’année. » 

D’autant que ces animaux de compagnie pas trop encombrants (pour peu qu’on n’en accumule pas des quantités) savent aussi se rendre utiles : avec leur ventre plat à la texture “fibre”, ils sont champions pour nettoyer les écrans d’ordis ou de téléphones, ou même les lunettes. Pas si bête._