Le running autrement : la plus célèbre des courses à obstacles

On le sait, le running est une vraie tendance qui rassemble aujourd’hui 20 % des Français. Mais si on s’entraîne pour soi, c’est aussi désormais souvent en vue de se mesurer à d’autres compétiteurs. Du coup, les courses se multiplient, mais plus forcément de la manière la plus tradi qui soit. A l’instar de la Reebok Spartan Race dont la dernière édition s’est tenue non loin de Paris le 4 juin dernier, on y participe pour se dépasser, mais pas seulement.

En matière de courses, chacun son trip. On peut ainsi se lancer en mode « Noctambule », évoluer dans la mousse (« The Bubble Day »), prendre le départ déguisé, ou encore se balancer des poudres de couleur (« Color Run ») ; le but de toutes ces compétitions étant surtout, en plus de la performance sportive, d’avoir l’impression de participer à une grosse fête. 

Dans un genre a priori plus sérieux, puisque la discipline a été initiée par un groupe formé d’athlètes d’endurance, d’alpinistes et d’anciens militaires américains, il existe aussi la Reebok Spartan Race. Ultra-populaire dans le monde, cette course, prévue sur trois distances – la Sprint (6km) la Super (13km) et la Beast (21km) -, et qui multiplie les obstacles à franchir, est apparue pour la première fois chez nous en 2013 et les pionniers frenchies de cette épopée mythique ont pu découvrir une expérience finalement aussi physique que ludique, où il était également question d’entraide et de partage. 

Les 4 juin et 5 juin dernier, s’est tenue, en région parisienne, une édition très remarquée de cette compétition désormais très « courue », à l’occasion de laquelle nombre de pointures espéraient décrocher leur qualification pour les Mondiaux (qui auront lieu en Californie début octobre). Là, sur la base nautique de Jablines, les candidats au titre, en mode « Sprint » ou « Super », lancés par vagues de 200 personnes, ont donc aligné 32 obstacles, dénivelés, étendues d’eau ou de boue et autres gages (les « Burpees ») en cas d’échec. Si, à l’issue de la Race, Laury Thilleman, ambassadrice Reebok, a eu l’excellente surprise de remporter sa qualification pour les Mondiaux, le champion de boxe Brahim Asloum, nouveau venu surpris par l’intensité de l’effort nécessaire, a avoué s’être totalement dépassé.

Tous les compétiteurs, en tout cas, ont pu se rendre compte des vertus d’un bon entrainement et, du coup, pour ceux qui auraient vraiment trop souffert, envisager une grosse remise en forme en vue de la prochaine Reebok Spartan Race. Aussi, si une escapade à la montagne vous tente, une nouvelle session est prévue les 2 et 3 juillet à Morzine, mais dans une version « Beast » de 20km cette fois. Comme toujours, des cours préparatoires et gratuits sont prévus, mais le challenge risque bien d’être de taille. Pas de quoi vous faire peur cependant, avec toutes ces séances de running du week-end que vous avez dans les jambes, vous êtes forcément de la graine de gagnant.