Les sorties cinéma du 16 Novembre

Swagger

Ils sont collégiens, vivent dans les cités d’Aulnay et de Sevran. Ils sont plutôt défavorisés, et pourtant ils ont des rêves plein la tête.

Documentaire

D’Olivier Babinet, avec Aïssatou Dia et Mariyama Diallo

 Durée : 1h24

 Pointant sa caméra sur ces jeunes qu’on n’entend jamais hormis dans les reportages d’Enquête exclusive, Swagger et sa réalisation moderne et inventive dressent le portrait de 11 d’entre eux. Des jeunes comme les autres, pourtant pas comme les autres. Drôles dans leur vision du monde, touchants dans leurs ambitions, et loin d’être bêtes, ces gamins bourrés de “swag” mettent du baume au cœur et du boom aux clichés.

Note : 4/5

Polina, danser sa vie

Petite fille russe, Polina intègre l’école du Bolchoï. Le début d’un enseignement rude et exigeant qui fera d’elle une danseuse hors-pair, bien que trop technique à son goût.

Drame

De Valérie Müller et Angelin Preljocaj, avec Anastasia Shevtsova et Juliette Binoche

 Durée : 1h52

Polina, danser sa vie, c’est donc l’histoire d’une danseuse qui se cherche et dont les tribulations filmées avec autant de grâce que de réalisme nous font vivre de l’intérieur la naissance d’une danseuse-chorégraphe, avec des scènes d’une rare intensité pour peu qu’on apprécie la danse.

Note : 4/5

Iris

Femme d’un riche banquier, Iris (Charlotte Le Bon) convainc un garagiste endetté (Romain Duris) d’organiser son faux enlèvement et de partager la rançon.

Drame 

De Jalil Lespert, avec Romain Duris, Charlotte Le Bon, et Jalil Lespert

Durée : 1h39

Seulement voilà, de retour dans sa planque, Iris est morte. Un gros accroc à son plan, et le début d’emmerdes monumentales filmées par Jalil Lespert dans ce thriller qui se laisse voir, mais pour le moins tordu où certaines scènes sado-maso kitsch frisent le ridicule.

Note : 2/5

 

 

Le Petit locataire

À 49 ans, Nicole (Karin Viard) découvre qu’elle est enceinte.

Comédie

De Nadège Loiseau, avec Karin Viard et Philippe Rebbot

 Durée : 1h39

Avec un boulot de caissière au péage, un mari au chômage (Philippe Rebbot), sa fille, sa petite-fille et sa mère à la maison, la question se pose de garder ou non l’enfant. Un dilemme pas simple pour une comédie un peu simpliste parfois, mais qui alterne moments de légèreté et de gravité au sein de cette famille à laquelle on finit par s’attacher, grâce au talent toujours constant de Karin Viard et à la bonhomie lunaire de Philippe Rebbot.

Note : 3/5