Les sorties cinéma du 1er février

Jackie

Une semaine après l’assassinat de son mari John, Jackie Kennedy (Natalie Portman) est interrogée par un auteur sur ce drame.

Biopic  ♡♡♡♡♡

De Pablo Larraín, avec Natalie Portman, Peter Sarsgaard, et Greta Gerwig

 Durée : 1h40 

L’occasion de confidences intimes et, pour le réalisateur Pablo Larraín (Neruda), d’un nouveau biopic au ton si particulier. Celui de l’évocation et de l’introspection, plus que du récit, qui permet d’évoquer le deuil, l’angoisse de l’après, les coulisses des funérailles historiques qu’elle a dû gérer. Et si le film lancine certes un peu, il cisèle, grâce au talent de Natalie Portman, le portait fascinant d’une femme passée de Première Dame à chef d’État.

 

Sahara

Serpent du désert, Ajar (Omar Sy) et son copain Scorpion rêvent de se la couler douce dans l’oasis.

Animation  ♡♡♡

De Pierre Coré, avec les voix d’Omar Sy, Franck Gastambide et Louane 

Durée : 1h26 

Pendant ce temps, Eva (Louane), fille du roi de l’oasis, rêve de vivre dans le désert. Des rêves croisés qui nous entraînent dans une aventure au cœur du Sahara, avec un manque de souffle parfois mais des personnages sympathiques portés notamment par la verve intarissable de Vincent Lacoste en serpent traîné de force dans le désert.

Cruel

Employé dans une usine de recyclage, et s’occupant de son père invalide dans son pavillon de la banlieue de Toulouse, Pierre Tardieu est un type normal. À ceci près qu’il enferme des gens dans sa cave pour les tuer.

Thriller  ♡♡♡

D’Éric Cherrière, avec Jean-Jacques Lelté et Magali Moreau

 Durée : 1h48

Un Dexter à la française dont le quotidien nous est décrit de manière clinique dans ce thriller qui aborde le sujet du serial killer sous l’angle du film d’auteur, pour un résultat aussi intrigant que glaçant, salué par le Grand prix au Festival du film policier de Cognac.

Gimme Danger

Si vous ne connaissez pas James Osterberg, vous n’ignorez sûrement pas son nom de scène : Iggy Pop, l’icône rock increvable, chanteur des Stooges, groupe incassable dont le destin aussi chaotique qu’envoûtant nous est ici conté par Jim Jarmusch en personne.