Nuit Blanche, demandez le programme

Nuit Blanche, cette manifestation unique qui rassemble des milliers de visiteurs dans une déambulation autour de l’art contemporain, dévoilera ce samedi, les projets et installations de sa 14è édition. Une édition légitimement tournée vers la Conférence Mondiale sur le climat qui se tiendra bientôt à Paris et qui donnera l’occasion de s’interroger autrement sur la ville et sur ses enjeux de demain.

Au fil de deux parcours officiels – au nord-ouest et au nord-est de Paris – réunis par une « Tangente » (de la Recyclerie à la Halle Pajol), à Aubervilliers, pour une première incursion au-delà du périph’ ou encore à l’Hôtel de Ville, point de rencontre de l’événement , on découvrira ce que la trentaine d’artistes internationaux, invités par le directeur artistique José-Manuel Gonçalvès, aura imaginé. En parallèle, les initiatives « Off », celles des mairies, musées, galeries et autres lieux divers investiront toute la capitale. Petite sélection très hétéroclite.

Hôtel de Ville, une installation monumentale éphémère de Zhenchen Liu

Ice monument -® Photo Zhenchen Liu

270 blocs de glace, symbolisant autant de pays du monde, fondront peu à peu au fil de la nuit, laissant leurs couleurs se mélanger, pour évoquer notre avenir incertain.

Viaduc des arts (avenue Daumesnil), un anniversaire musical

En même temps que la Nuit Blanche, le Viaduc des Arts célèbre ses vingt ans de création, via une déambulation artistique et sonore (piano classique, DJ sets électro, fado, etc.), de voûte en voûte.

Centre National de la Danse (Pantin), danser le slow

Slowclub CND (C) Vanessa Garcin

Dans le cadre de son week-end OUVERTURE, qui offre entre autres, nombre de performances en accès libre, le CND, propose pour Nuit Blanche, à l’initiative de Michel Reilhac, le slowclub. Soit le grand retour du slow, pour une session de six heures tout de même, où chacun sera invité à danser, non sans avoir précisé au moyen d’une gommette collée sur son front, s’il préfère danser avec un homme ou une femme (ou peu importe). De quoi créer du lien.

Parvis de la Gare du Nord, une œuvre pérenne de Leandro Erlich.

Dans le cadre du projet « Les Œuvres d’art investissent la rue », réalisé grâce au Budget Participatif de la Ville de Paris, l’artiste argentin propose une installation à ciel ouvert, vouée à perdurer, « Maison fond », un petit immeuble parisien comme en train de fondre sous l’effet du réchauffement climatique.

Le Hasard Ludique (18è), du « neuf » à voir et à entendre

Do you feel 9  (C) Julien Ribot

Avant que l’ancienne gare Saint-Ouen ne soit définitivement transformée en lien culturel fin 2016, le Hasard Ludique continue à multiplier les propositions. Pour Nuit Blanche, il a confié les manettes du lieu à Cyclops, que beaucoup connaissent mieux sous le nom de Julien Ribot, musicien, mais aussi artiste contemporain. Son projet « Do you feel 9 ? » s’annonce comme une performance visuelle et sonore, avec dessins, mapping vidéo et concerts.

Centre sportif Pajol (18è), ce que dure la « Rose »

La plasticienne belge Ann Veronica Janssens propose une étoile qui ne vit que grâce aux faisceux lumineux qui éclairent une brume en suspension. Fragile et délicat.

Mairie du 18è, le Projet Fantôme d’Etienne Saglio

Projet Fantôme -® photo Etienne Saglio

Une forme fantomatique, qui semble être une âme errante venue d’un autre monde, s’anime au son de la trompette du grand musicien jazz Eric Truffaz.

Square Claude Bernard (18è), les signaux d’alarme de Encore Heureux

Les espèces animales et végétales disparaissent à une vitesse inégalée depuis des millions d’années. Le collectif d’architectes Encore Heureux nous met en garde avant l’extinction totale, au moyen de girophares qui forment une enseigne lumineuse animée.

Hôtel des ventes Drouot (9è), de l’art tombé du ciel

DROUOT – OVV TESSIER-SARROU – 05 10 15 – Mc Dermott & Mc Gough – Héliogravure

Exposition d’œuvres d’art surprenantes à Drouot, avec notamment, la collection de météorites de Pierre Delpuech. De « L’art tombé du ciel ».

La Rotonde – Place Stalingrad (19è), une scène pour Cabaret Contemporain

Les cinq musiciens dont le défi est de produire de la musique électronique en partant d’instruments acoustiques propose un « All Night Concert », hommage au spécialiste du genre, Terry Riley.

Petite Ceinture (Tunnel au niveau de la rue Belliard, 18è), les peintures pariétales abstraites de Michel Blazy

®Michel Blazy Courtesy Art Concept 

L’artiste, qui s’est rendu célèbre avec ses œuvres éphémères faites à partir de matériaux périssables du quotidien, investit un tunnel désaffecté de l’ancien chemin de fer de la Petite Ceinture. Là, des formes organiques envahissent les parois, la matière se métamorphose…

Canal de l’Ourcq – Canal Saint-Martin (19è), fresques street-art engagées

Des pointures du genre, comme Koralie ou Da Cruz, présentent sous l’égide de CARE France, des fresques qui illustrent les conséquences des changements climatiques sur les droits humains fondamentaux (manque d’eau potable, sous-alimentation, habitat précaire…)

Nuit Blanche, le samedi 3 octobre, de 19h au matin (et jusqu’au 4, pour certains événements). www.nuitblanche.paris.