On a testé la Panik Room : l’escape game flippant nouvelle génération

À Paris, ce ne sont pas les escape game qui manquent. Ils ont fleuri un peu partout ces dernières années. Mais le dernier venu a quelque chose de bien différent des autres. On a donc testé la Panik Room, la première enquête paranormale guidée à distance. Résultat : une immersion totale dans le jeu et des coups de flippe en équipe.

Devenez chasseur de fantômes dans une maison hantée

Panik room
© Panik Room

 

Direction le 1er arrondissement, en plein cœur de Paris, pour pousser la porte d’un bel immeuble. Mais derrière, s’y trouve une maison hantée, et nous devenons en un instant des chasseurs de fantômes. Notre mission : enquêter sur place et exorciser les lieux. Le ton est donné et grâce à une vidéo d’introduction, nous découvrons l’Affaire du Manoir Deveaux. La tension monte entre les participants qui sont rassemblés dans une salle : la panik room. Tour à tour, nous allons devoir descendre dans le manoir hanté pour enquêter sur les derniers occupants et ramenez des reliques pour découvrir le terrible drame qui s’y est passé.

Mais attention, interdiction d’explorer la maison à plusieurs ou avec une lampe torche à la cool. Ici, on y va solo et surtout les yeux bandés. C’est armé d’un casque, où sont fixées une GoPro et une lampe, et d’un talkie walkie (notre seul lien avec nos potes à l’étage) qu’on se balade. Eux seuls voient ce que l’on filme en direct, ils sont nos yeux. C’est donc par tranche de 10 minutes (avant que la batterie de la caméra nous délaisse) que nous devons parcourir la maison à la recherche d’indices qui pourront aider à résoudre l’enquête. Mais pour réussir, la cohésion de groupe est primordiale et le sang froid aussi. Car ce n’est pas de tout repos et ce qu’il faut savoir, c’est que la liaison n’est que dans un sens. La personne en exploration est seule avec elle-même (et les esprits qui rôdent près d’elle) et ne peut pas communiquer avec les autres.

La première enquête paranormale guidée à distance

Panik room
© Panik Room

 

Si les missions ne sont pas très compliquées, la difficulté du jeu repose bien évidemment sur le fait de garder son calme. Bien entendu, lorsqu’on pénètre solo dans la maison hantée, on a le cœur qui bat. Le fait de ne rien voir n’aide pas et nous pouvons seulement compter sur la voix de nos amis pour nous tenir compagnie. Le reste : bruits assourdissants, voix flippantes et autres stratagèmes sont nombreux pour nous faire paniquer. Pour durcir la partie, lorsque les esprits sont présents dans la même pièce, des interférences perturbent la retransmission de la vidéo et la seule issue possible est de guider son ami dans la direction opposée sans qu’il panique. Une chose est sûre : qu’on soit en bas ou dans la panik room, on sursaute souvent. Les fous rires face aux situations sont nombreux pour ceux qui découvrent via la vidéo ce à quoi est confronté notre explorateur.

Au final, deux heures complètes qui nous mettent à mal (l’une des participantes demande à abandonner car la tension au sous-sol est trop forte pour elle…).  Avec plus de 100m2 de terrain, la maison à explorer est grande et bien décorée. Très gros travail des créateurs pour nous transposer avec brio dans cette ambiance de l’ancien temps où les pièces à explorer sont nombreuses et le décor creepy poussé à l’extrême (animaux empaillés, jouets cassés et même un corps pendu…). La trame se suit avec plaisir jusqu’à un final assez drôle qui réserve aussi son lot de surprises.

A la fin, la possibilité de venir découvrir le jeu en pleine lumière permet de bien voir toutes les astuces du décor. Et pour les plus courageux, l’option vidéo est aussi possible avec le son pour revivre les passages de chacun et voir les réactions en live.

En résumé : une expérience vraiment vibrante (à vivre en équipe de 3 à 6 participants) qui nous fait autant peur que rire. Qu’on soit en bas ou devant la télé en train de guider notre meilleur pote, on prend notre pied. Le bon plan à l’approche d’Halloween.

Panik Room
38 rue Croix des Petits Champs, Paris 1e
Plus d’infos