Parenthèse cosmique dans la ville

Trouver les bonnes ondes. Reprendre ses esprits. Se connecter aux bons lieux. Croire en son étoile ou aux cartes… pour faire face à la brutalité du monde, on plonge dans l’univers cosmique nouvelle génération.


 © Bar à Méditer  

À Vancouver ouvrait en juin dernier en plein cœur du quartier hipstérisé de Gastown, The Good Spirit, une boutique dédiée aux arts divinatoires arrangée aux bons goûts de Savannah Olsen. Ni cabinet de voyance, ni Psychic new-yorkais, l’adresse rafraîchit l’esprit hippie 70 en faisant parler tarot, mediumnité et cristaux aux nouvelles générations. « La culture hippie avait besoin d’être remise au goût du jour, explique la fondatrice, changer d’approche sur le monde spirituel en le rendant plus accessible permet d’attirer la curiosité et d’aller plus en profondeur. » Derrière la table d’hôtes servant aux tirages pour qui veut, les étagères posent lanternes pyramidales en laiton à côté de jeux de cartes illustrés par quelques artistes, des pierres, de la sauge à faire fumer, quelques tapis de yoga et sélection de livres pros en développement personnel ou cuisine cosmique.

Cuisine cosmique


©  DR

Qu’on y croie ou pas, le livre de recettes The Moon Juice écrit par la chef originaire de L.A., Amanda Chantal Bacon, également fondatrice de la marque de jus de fruits Moon Juice, joue l’esprit holistique en cuisine, et la recette marche. Au menu, des jus de fruits green, des boissons lactées et snacks proposant potions de protéines pour booster le système immunitaire ou rajeunir la qualité de la peau, mais aussi élixirs funky (tester le Brain Dust) censés améliorer sous un packaging branché nos performances intellectuelles ou sexuelles. Un registre Food méditationnel que Café Gratitude, avec ses six adresses “organic” entre L.A., Venice et Newport Beach, travaille depuis quelques années aussi, le restaurant proposant depuis 2015 à sa clientèle des produits 100% bio selon un menu où chaque plat s’associe à un trait de personnalité – entier, glorieux, généreux, éclectique…– et chaque commande est accompagnée d’une question métaphysique à laquelle vous prendrez le temps de réfléchir – ou de sourire – pendant le repas.
Paris n’en est pas encore là, même si l’on trouve bien un magasin dédié à la culture amérindienne dans le 11e (Native Delicatessen), un spécialiste des pierres énergétiques pas loin (La Roche Mère), une Mexicaine adoratrice de bondieuseries dans le 18e (Tiendas Esquipulas) et même des pâtisseries cosmiques (Café Michalak).

Shoots de méditation

Depuis quelques semaines, on trouve aussi le premier bar à méditations de la capitale. Quartier Opéra, ce “bar” monté par Christine Barois, psychiatre et psychothérapeute pratiquant la méditation depuis dix ans, formée par le ponte en la matière Christophe André (vous trouverez le numéro de Psychologies qui lui est consacré dans la salle d’attente), organise depuis fin février des shoots de méditation de pleine conscience. À la carte, séances chronométrées faisant baisser le stress « travaillant sur la respiration, reconnectant avec sa nature, ou sa sexualité », des programmes de cures de méditation ciblant dépressions, troubles alimentaires et tensions et une salle en accès libre en cas d’urgence méditationnelle.
La méditation en ville, l’idée vient d’intéresser aussi le Mob Hotel de Saint-Ouen. L’établissement récemment ouvert, tient en plus de sa terrasse et des séances de cinéma sous casque, une vraie salle de méditation sur son rooftop, ouverte aux cours les dimanches. Si la ville vous épuise, la cabine de méditation du splendide Domaine des Étangs à quelques heures de Paris devrait faire l’affaire. Au bord des étangs de ce château du XVIIIe habillé par la décoratrice Isabelle Stanislas, pause contemplative et spirituelle possible, l’intérieur peuplé d’œuvres d’art aux inspirations cosmiques voulues par la propriétaire Garance Primat, produisant à peu près les mêmes effets.

Des bonnes ondes partout

Pour s’entourer de bons esprits, un détour par la Galerie du Club Sensible ouverte par Alice Mitterrand dans le 11e permettra d’apprécier et d’acheter à prix honnête les œuvres d’illustrateurs, graphistes ou sculpteurs ayant en commun la rêverie, la poésie et les histoires extraordinaires. Parmi eux, la Rennaise Agathe Halais livre sur papier son carnet de fortune-teller détournant le fameux jeu de tarot en réinterprétant les figures de noir et blanc. Un art divinatoire qu’elle met au service de l’Atelier Barbe à papier et des Graveuses de bonne aventure”, duo invitant dans les festivals comme à la fête foraine à tourner la roue pour découvrir les secrets de l’avenir. Pour la touche poétique, on pensera aussi à l’Atelier Nota, rue Ramey dans le 18e, qui, outre la meilleure papeterie tchèque, japonaise ou française sélectionnée, s’offre les céramiques Dodo Toucan de Sarah Théron, toutes dédiées aux bons esprits, du soir, de la lune, de la source, du vent… pour vous assurer une rentrée bercée par les meilleures ondes.