Que faire à Paris quand il ne fait pas beau ?

Qui dit temps estival ne dit pas forcément soleil au zénith. Rassurez-vous, ces six idées de sorties vont aideront à supporter la pluie sans avoir à passer vos journées devant Netflix.

Traverser le Passage des Panoramas

©jmdigne CC BY-SA 2.0 Flickr

 

Quand il ne fait pas beau à Paris, on flâne le long des passages couverts, ces chemins de traverse historiques de la capitale. A l’instar d’un touriste en escale, on redécouvre le Passage des Panoramas, ouvert en 1799. Ses restaurants oscillant entre spécialités japonaises et bistrot à la française, ses magasins pour philatélistes, son imposante verrière gorgée de lumière, ses sols carrelés aux nuances anciennes… S’y promener l’espace d’une excursion au boulevard Montmartre, c’est voyager à travers les siècles pendant que l’averse bat son plein.

Le Passage des Panoramas 
13 Boulevard Montmartre, 9e

 

Se permettre « un dimanche à Paris »

Un dimanche à Paris - chocolat-salon de the
©Daniel Fazio on Unsplash

 

Le dimanche à Paris, quand zoner sur les quais de Seine revient à esquiver les flaques d’eau, l’on peut très bien chiller toute la journée devant Netflix. Ou alors, prendre son courage à deux mains et se rendre dans ce chic salon de thé et concept store du sixième arrondissement. L’occasion de poser ses lèvres sur un onctueux chocolat chaud fait maison (« l’art de vivre autour du chocolat » souffle le slogan du resto) tout en ponctuant ses gorgées par de délicieuses viennoiseries. L’établissement propose même des cours de pâtisserie !

Un Dimanche à Paris
6-8 cours du Commerce Saint-André, 6e 

 

Etre galant au Musée de la Vie Romantique

© Musée de la Vie Romantique

 

Si un café en terrasse s’avère impossible, optez plutôt pour l’option musée. Celui de la Vie Romantique est gratuit pour tout ce qui est expositions permanentes – vous n’avez donc aucune raison de refuser l’invitation. Par-delà cour et jardin, ce panoptique du courant romantique vous ramène dans la France du XIXe siècle, époque de Chopin, Delacroix, Charles Dickens et George Sand. De précieux objets intimes, toiles et portraits de l’écrivaine sont d’ailleurs disposés au rez de chaussée. L’écrin de verdure apaisant qui surplombe le Musée convient tout à fait à cette impression d’harmonie et de grâce en suspens.

Musée de la vie romantique
16 rue Chaptal, 9e

 

Sympathiser avec Shakespeare (and co)

©Hannah Swithinbank CC BY-NC-ND 2.0

 

Quoi de mieux que de parcourir les rayonnages de livres quand le ciel est grisâtre ? Paname a beau regorger de lieux de pèlerinage pour bibliophiles, on ne se lasse pas de conseiller l’indé’ Shakespeare and Co, antre pour érudits et néophytes de la culture anglophone. On s’y rend pour savourer les albums pour enfants british, redécouvrir la prose d’Hemingway (visiteur fidèle de la librairie centenaire), les auteurs de la beat generation et les grands noms de la littérature d’aujourd’hui. Le Café Shakespeare and Company est aussi là pour vous rebooster à l’heure du tea time. Une librairie atypique pour amateurs de versions originales.

Shakespeare & Co 
37 rue de la Bûcherie, 5e

 

Se faire une toile au Champo

Cinéma le Champo
©trash world CC BY-NC-ND 2.0 Flickr

 

Quand le soleil se sauve, on se réfugie dans les salles obscures. Mais les multiplexes gorgés de blockbusters et de pop corn nous épuisent. Alors, on vient acheter son ticket au Champo (alias Le Champollion), cinéma d’art et d’essai plus humble que La Géode et le Louxor. Histoire d’encourager les salles indépendantes, tout en aiguisant au passage sa cinéphilie : l’exigeante programmation du Champo nous balade de Jacques Tati à Quentin Tarantino et d’Eric Rohmer aux frères Coen. Le must pour les étudiants et chercheurs d’emploi, bénéficiant d’un tarif spécial de sept euros. Cette année, le cinéma célèbre ses 80 ans d’existence, alors profitez en.

Le Champo – Espace Jacques-Tati
51 rue des Écoles, 5e

 

Se réchauffer au Bar à Soupes

 

S’il fait un temps de chien, c’est qu’il est grand temps de noyer son chagrin dans un potage bien brûlant. Rendez-vous est donné dans ce bar de la rue de Charonne et sa variété de six soupes quotidiennes – faites-maison bien sûr. Ces saveurs où s’enlacent carottes, gingembre, poireaux, curry, épinards, lentilles, châtaignes, aubergines, caressent notre palais et nous rappellent la poésie du potager. L’été, les soupes froides tendance gaspacho sont légion. Loin des mixtures épaisses de grand-mère, ces soupes-là se boivent comme du petit lait. Si vous n’êtes pas rassasié, le super healthy Soup&Juice sera toujours là pour contrer votre spleen.

Le Bar à Soupes
33 rue de Charonne, 11e