Suite numéro 7

Avant, il n’y a pas si longtemps que ça, les chambres d’hôtel étaient surtout le lieu de rendez-vous des amants. Aujourd’hui, il s’y passe toutes sortes de happenings, des concerts privés aux démonstrations culinaires, qui ravissent les happy few à la recherche de surprises. Do disturb !

La jeune relève du rock en live qui se produit devant quelques chanceux des suites de palaces parisiens, voilà comment a débuté il y a deux ans les événements baptisés “Suite n°7”. Très vite, ces happenings organisés dans toute la France ont pris de l’ampleur, et aujourd’hui, ces rendez-vous mensuels à la programmation musicale de qualité attirent de plus en plus de monde. Victime de son succès, la dernière fois, c’est dans le hall de l’hôtel Régina que Rosie Lowe a dû brancher ses claviers.

Derrière ces soirées où les jeunes gens n’hésitent pas à se faire prendre en photo un oreiller dans une main et un verre dans l’autre, affalés sur un lit ou simulant une bataille de polochons : l’idée sexy que le rock est né dans une chambre d’hôtel, cette dernière étant donc considérée comme un endroit grandement inspirant, ou en tout cas, dans lequel il se passe forcément des choses passionnantes. Depuis 2012, Jamie Lidell s’est produit à l’hôtel de Sers, Balthazar au Shangri La, Chateau Marmont (le groupe !) à l’hôtel Napoléon, La Femme au Plaza Athénée, Alela Diane au Grand Hôtel de Bordeaux, etc. Un concept inédit développé discrètement mais sûrement pour Jack Daniel’s. Pour tenter de gagner la clé (une invitation) qui vous permettra de pénétrer dans la Suite n°7, il suffit de répondre sur Facebook à une question tournant autour de l’histoire du rock.

Ces derniers jours, c’est le Fooding qui a organisé l’un de ses fameux “Priceless Soupers”, dont l’objectif est de rendre accessible une table très courue. Cette fois, on ne sait pas trop si c’est vraiment cela puisque seulement 28 convives ont pu participer à cet exceptionnel dîner en chambre. Pour planter le décor, les casseroles mijotaient tout près d’un lit avec six convives maximum, et d’une table tout de même dressée spécialement pour l’occasion. Rendez-vous avait été pris le 30 mars dernier dans trois chambres du Grand Hôtel Pigalle qui vient juste d’ouvrir, avec Arnaud Lahau (Miles à Bordeaux), Mathieu Rostaing-Tayard (le café Sillon à Lyon) et Mathieu Perez (Les Percherons à Céret) derrière ces fourneaux d’un soir.

Cette année, le Fooding a donc décidé de chambouler les habitudes des cuisiniers. Certains s’y sont prêtés avec joie puisque Mathieu Perez a cuisiné en peignoir et santiags ! Deux services se sont succédé. Certaines chambres, plutôt studieuses, écoutaient attentivement les conseils du chef alors que d’autres ont été plus dissipées, terminant la soirée par la classique bataille de polochons. La nuit n’était pas comprise dans le dîner, on se dit que c’est presque dommage !

Prochaine Suite n°7 le 12 mai avec Theophilus London à l’Hôtel Hermitage Gantois à Lille.

Plus d’infos sur www.suiten7.com.

Prochain Priceless Souper le 21 avril chez Il Brigante, pour un menu pizzanomique à quatre mains.

Plus d’infos sur : www.lefooding.com.