Un été très actif

Envie de rentrer de vacances bronzé, sans pour autant lézarder toute la journée ? Et si vous quittiez votre serviette de plage quelques instants pour pratiquer les sports tendances de l’été ? Représentés aux Natural Games, le plus grand rassemblement de sports outdoor à Millau en juin dernier, la slackline, le parapente ou le bloc vont à coup sûr vous dépayser.

La slackline

(C) Gregory Alric / www.gregalric.com

Vous avez déjà tous vu ces hordes de funambules pique-niqueurs dans les parcs aux beaux jours marcher sur un ruban tendu entre deux arbres à 30 cm du sol ? Vous n’avez jamais osé franchir le pas ? Laissez-vous tenter ! « Ça se fait à tous les âges », nous explique Julien Millot, spécialiste et designer chez slack.fr. « On débute sur une toute petite distance au sol avec une sangle assez bien tendue pour qu’elle ne bouge pas trop. Il faut essayer de marcher droit, légèrement fléchi, les bras en l’air, souple, et essayer de s’amuser. Et surtout ne pas s’arrêter au premier échec. » Si un sportif lambda peut espérer parcourir 7 à 10 mètres en une demi-journée, les plus aguerris se diversifient avec des sauts acrobatiques (la jump line), des parcours sur de grandes longueurs (la long line), des traversées au-dessus de l’eau (la water line) ou au-dessus du vide (la high line). Bref, avec près de 40 000 pratiquants en France, la slackline est LE sport de l’été qui, en plus de vous faire travailler l’équilibre, le gainage musculaire et la concentration, va, d’après Julien Millot, permettre des rencontres. « Dès qu’on tend une slackline dans un parc, les gens viennent nous voir et nous demandent s’ils peuvent essayer. »

En pratique : Kit Cruise débutant de 15 m prêt à l’emploi : 40 € sur slack.fr. Kit expert : de 600 à 700 € selon la longueur.

Le parapente

(C) Gregory Alric / www.gregalric.com

Vous les admirez quand ils virevoltent au-dessus de vos têtes sans jamais avoir l’idée de vous élancer ? Sachez que goûter à ce plaisir suspendu est possible à tout âge, et que son apprentissage s’avère très facile, comme nous le confirme Léo Besombes, moniteur de parapente et fondateur de la structure Tête à l’envAIR à Millau : « Pour commencer le parapente, un stage classique, c’est une semaine. Souvent le matin pour avoir des conditions de vent calme, et éviter les turbulences. On apprend d’abord à gonfler sa voile, à la lever au-dessus de sa tête, et à courir sur du plat. C’est ce qu’on appelle souvent l’étape de la pente école. Après, ça dépend du feeling, mais au bout d’une semaine tu peux commencer à faire ton premier vol tout seul, guidé par une radio, sans même être passé par un baptême en biplace. Ensuite, pour être autonome, il y a des stages de perfectionnement, et après il faut compter une bonne année de pratique pour être à l’aise dans toutes les conditions. »

En pratique : Baptême biplace de 20 mn : de 80 à 100 €. 1 h de vol : 150 €. Baptême voltige : de 100 à 130 €. Stage semaine : entre 375 et 500 €. Équipement neuf : 3000 € env., d’occasion : 600 € env.

Le bloc

(C) Gregory Alric / www.gregalric.com

Vous n’avez peut-être jamais entendu parler du bloc ? Il suffisait pourtant de voir les milliers de personnes assister à la finale de cette discipline aux Natural Games de Millau le 27 juin dernier pour se convaincre de l’intérêt que suscitent ces hommes-araignées gravissant des blocs de pierre et enchaînant sans tomber des parcours techniques avec un minimum d’essais. Un sport finalement très ludique, innovant et assez facile d’accès comme nous l’a démontré Fanny Gibert, championne de France 2015 de Bloc : « Ce n’est pas très haut, entre 2 et 3 m, il n’y a pas d’âge, beaucoup d’enfants grimpent, et il y a des clubs un peu partout en France qui ont souvent une structure dédiée en intérieur. » Amusant et sportif, demandant moins d’investissement que l’escalade pure et dure, le bloc est l’activité idéale à pratiquer sur votre lieu de vacances, dès qu’il y a une paroi à proximité, souligne la championne de France : « Il y a des topos qu’on peut obtenir dans les offices de tourisme, où tous les passages sont référencés. Et c’est parti ! Il suffit d’avoir un crash pad (un matelas de protection), avec deux ou trois copains pour se parer. C’est-à-dire quelqu’un en bas qui te surveille et te repousse sur le matelas si jamais tu tombes à côté. Et il n’y a pas moyen d’être assuré avec un baudrier. Ce n’est vraiment pas dangereux si on est vigilant sur la sécurité. »

En pratique : Matelas crash pad : de 45 à 280 €. Chaussons d’escalade : de 30 et 60 €.

Sur l’eau

Bien sûr, pour tous ceux qui ne trouveraient pas un flanc de montagne à escalader ou d’où s’élancer, pour ceux qui n’auraient pas deux arbres pour tendre leur slackline, ou tout simplement pour les inconditionnels de la mer, il reste le kite-surf accroché à une voile ou le stand-up paddle debout sur sa planche avec sa pagaie. Une activité d’ailleurs très en vogue cet été encore, notamment grâce à la démocratisation des boards gonflables facilement transportables. En tous cas, quel que soit le sport choisi, n’oubliez pas que l’important c’est de participer !_

 

Prochains Natural Games fin juin 2016, à Millau. www.naturalgames.fr.