A.Voir

10 artistes contemporains à suivre sur Instagram

« C’est trop instagramable ! ». Voici ce que l’on peut entendre aujourd’hui aux détours des allées des foires d’art contemporain et dans les musées. Le réseau social Instagram, basé sur l’image, a changé notre manière de voir l’art et de le véhiculer. Les artistes contemporains s’en servent comme musée aux murs illimités. A Nous Paris vous a sélectionné 10 nouveaux comptes à follow rien que pour vos yeux.

 

Tomeu Coll

 

Slider l’instagram du photographe Tomeu Coll, c’est capter des instants de vie, la réalité dans ce qu’elle a de plus réaliste. Ce photographe-reporter parcourt des zones inconnues et oubliées – Russie, Ukraine, USA, Espagne… et place sur le devant de la scène l’humanité et la marginalité. Les scènes peuvent être violentes, dérangeantes, énigmatiques et offrent un panorama sur de vastes étendues. Sa photographie ne laisse pas indifférent tant elle transpire la vérité.

 

Jochen Gerner

 

View this post on Instagram

Fauve(tte) #ink

A post shared by Jochen Gerner (@jochengerner) on

Jochen Gerner est un acharné de travail et ce n’est pas son compte instagram qui dira le contraire. Avec un à deux dessins offerts chaque jour aux yeux de ses followers, l’artiste questionne le statut de l’image, questionnement qui indirectement fait écho à l’utilisation d’Instagram. Minutieux et précis, l’artiste dessine son propre vocabulaire : pictogrammes, lignes graphiques, tracés, aplats de peinture… et révèle à ses lecteurs/regardeurs, avec toujours un trait d’humour, ce qu’ils ne voient pas. Il n’hésite pas à tourner en dérision la photographie de classe du gouvernement pour le magazine Journal des arts, à collaborer avec son fils pour des dessins à 4 mains, et à recouvrir d’encre de Chine la célèbre bande dessinée Tintin en Amérique, pour en souligner la violence.

 

Luke Jerram

 

La Terre, planète du système solaire et son unique satellite naturel, la Lune, parcourent le monde avec l’artiste Luke Jerram. Sur son compte Instagram, elles semblent avoir le don d’ubiquité ou avoir été clonées par les scientifiques les plus expérimentés. Au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, à la cathédrale et église Saint-Georges de Doncaster, à la piscine olympique de Pékin… Elles sont en représentation permanentes. Pas besoin d’être astronaute ou chercheur pour être aussi proche de sa globalité et admirer cratères, mers, déserts et continents…

 

Kanghee Kim

 

View this post on Instagram

2018

A post shared by KangHee Kim (@tinycactus) on

L’artiste Kanghee Kim introduit ses followers dans un entre-deux. Fenêtres, hublots, portes, miroirs et reflets transparaissent un autre monde. Ses images surréalistes et oniriques amènent au voyage, donnent envie de franchir la frontière et d’introduire cet univers bienfaisant. Une ouverture sur un mur plein, une diffraction à la surface de l’eau, un halo de lumière dévoilent une nouvelle vie, contrepoint de la réalité quotidienne. Comme par magie, en un claquement de doigts et sous vos yeux, nuages, palmiers, mers embellissent des lieux communs plus ternes. Il ne reste plus qu’à faire comme Alice au pays des merveilles et à franchir la porte.

 

Elsa Leydier

 

View this post on Instagram

🌺

A post shared by Elsa Leydier (@elsitasereia) on

La photographe Elsa Leydier nous plonge au cœur d’un Instagram aux couleurs du monde : Brésil, Colombie, France, USA… Elle souligne la beauté des paysages, la luxuriance de la nature, relève un détail avec son œil photographique, confronte les points de vue et capte la population locale. Son idée ? Questionner la représentation des territoires, l’image véhiculée d’un pays et d’une région. À contre-courant d’une pensée négative sur de nombreux pays et notamment sur le continent sud-américain, elle glorifie la beauté des habitants, de la faune et de la flore, synonyme de force et d’ancrage.

 

Fabien Mérelle

 

Avec son compte Instagram, Fabien Mérelle nous livre ses dessins, ses sculptures et parfois les coulisses de ses créations, à savoir l’acte créateur ou l’installation de ses œuvres. Autobiographiques ou fictionnelles, l’artiste, sa compagne et ses enfants sont mis en scène dans des histoires où la faune et la flore sont omniprésentes. Fabien Mérelle vole avec les flamants roses, se retrouve dans un bestiaire, affronte les grands espaces en voilier ou à pied… Une photographie nous indique un convoi exceptionnel. C’est l’installation vertigineuse d’un éléphant sur son dos, avec sa sculpture À l’origine lors de l’événement Un été au Havre. En bref, un compte Instagram qui dépeint de multiples histoires, de voyages et de rêves.

 

Maria Moldes

 

Maria Moldes est photographe et son Instagram est une pépite pour les fans de plages, coups de soleil, vernis à ongles peu discrets, brushings impeccables… L’influence de l’artiste Martin Parr semble évidente et même très proche tant par l’esthétique que par le sujet. Ses photographies sentent le sable chaud et la crème solaire et donneraient une vague envie d’être à nouveau en été. Par contre, pas sûr de vouloir côtoyer poubelles, dentier en brasse coulée et poupée gonflable qui sent le plastique chaud…

 

Mrzyk & Moriceau

 

View this post on Instagram

🗯 #tintin

A post shared by Mrzyk & Moriceau (@mrzyk_moriceau) on

Un dessin/Un smile. Le compte Instagram de Petra Mrzyk & Jean-François Moriceau déclenche un sourire quotidien. Ces deux dessinateurs détournent avec humour le quotidien et ses situations. Les testicules de monsieur sont bien au chaud dans une tasse de thé, un canard se voit affublé d’un faux bec, un toast saute de grille-pain en grille-pain.  Avec un style reconnaissable entre tous (noir et blanc ou couleurs criardes, sobre ou à profusion), la société entière est tournée en dérision. Grotesques et drôles, ces dessins ne laissent pas indifférent le grand public et le monde de la musique. Cette année, Il réalise le clip du célèbre morceau Stop du groupe Justice. Un matin morose ? Un coup de mou ? Direction l’univers loufoque de Mrzyk & Moriceau.

 

Chiharu Shiota

 

View this post on Instagram

On Tuesday, I was in London, attending the private view of my exhibition “Me Somewhere Else” at @blainsouthern Blain in London, UK. In my installation, my bronze feet stand grounded in the centre of the room, connecting me to earth but my mind remains somewhere else. I want to express my emotions with my art because I often carry feelings that are difficult to explain. The exhibition is now officially open, make sure to visit! —— Exhibition Dates:
Nov 28, 2018 – Jan 19, 2019 —— For more information visit:
https://www.blainsouthern.com/exhibitions/me-somewhere-else —— #opening #exhibition #MeSomewhereElse #BlainSouthern #Gallery #London #UK #contemporaryart #artist #art #installation #earth #feet #sculpture #bodyandmind #connection #redweb #universe #Japan #Berlin #installation #installationartist #November2018

A post shared by Chiharu Shiota (@chiharushiota) on

Pelotes, fils rouges, fils noirs, pelotes, fils blancs, pelotes… Chiharu Shiota envahit le web et Instagram d’une toile géante qui ne cesse de se développer. Regarder son compte, c’est comme plonger dans les méandres d’une toile d’araignée géante, araignée qui aurait traversé les moindres recoins du monde en emprisonnant et libérant tout sur son passage. Dans un centre d’art, une foire, une église, une galerie, à Malte, Belgrade, Londres, Paris… L’artiste, à travers ses installations, tisse un fil historique, onirique, temporel et mémoriel.

 

Mikael Christian Strobek

 

Comme dans un musée, Mikael Christian Strobek expose ses peintures, sculptures et installations sur son Instagram. Le réseau social devient white cube, sans fioriture, pour montrer son oeuvre de la manière la plus directe possible. Sur un écran de téléphone ses œuvres prennent une autre dimension. La tridimensionnalité se simplifie et donne quelque chose de nouveau et d’intéressant, à l’inverse et en adéquation avec ses idées premières : perception et mouvement. Ici on ne tourne pas autour mais on se confronte aux aplats et lignes de leur géométrie.