10 choses que vous ignoriez à propos de James Bond

You know the name. You know the number ! Vous connaissez son nom, vous connaissez son numéro. Mais connaissez-vous vraiment tous les secrets de l’agent secret le moins secret du monde. Pour le savoir, et à l’occasion de la sortie de 007 Spectre la semaine prochaine, voici 10 choses que vous ignoriez, peut-être, à propos de James Bond.

1/Il est né en Jamaïque

Loin des bureaux feutrés du MI6 à Londres, James Bond est né sur l’île de la Jamaïque le 15 janvier 1952 à 9 heures, heure locale, précisément. Le lieu où le journaliste britannique Ian Fleming, qui fut espion pendant la Seconde Guerre mondiale, possédait une maison de vacances baptisée Goldeneye. Ça vous rappelle quelque chose ?

2/Il aurait dû s’appeler autrement

Cherchant un nom simple qui, dit-on, siffle comme une balle, Ian Fleming, passionné par les oiseaux, eut le déclic en lisant un ouvrage d’ornithologie intitulé Birds of the West Indies écrit par un certain James Bond ! Un nom meilleur que celui retrouvé plus tard sur un des manuscrits de Casino Royal, le tout premier livre, sur lequel figurait le nom de James Secretan. « Mon nom est Secretan, James Secretan », ça le fait moins !

3/Il a failli ne jamais faire de cinéma

Difficile à croire aujourd’hui, mais James Bond a failli ne jamais voir le jour au cinéma. Malgré le succès littéraire et une adaptation télévisée de Casino Royal en 1954, Alfred Hitchcock, approché à l’époque, a refusé d’acheter les droits et Cary Grant de jouer le rôle de 007. Faute de budget suffisant pour payer un acteur connu, un concours est lancé en 1961 pour trouver celui qui incarnera l’espion. Un casting remporté parmi 600 candidats par un certain Sean Connery, jeune comédien qui ne s’était alors fait remarquer que pour être lamentablement tombé à l’eau lors de la scène du débarquement dans Le jour le plus long. James Bond 007 contre Dr. No allait voir le jour.

4/Il a été privé de gin

Tout le monde connaît la fameuse Vodka Martini secouée, mais pas agitée, chère à 007. Mais saviez-vous qu’à l’origine dans le livre Casino Royal, James Bond se fait servir un Vesper Martini, soit un mélange de gin, de vodka et de Lillet blanc. Or, alors que l’alcoolier Smirnoff faisait partie des sponsors du premier film, le fabricant de vodka refusa toute mention faite au gin, changeant à jamais les habitudes de comptoir de Bond.

5/Il est alcoolique

Vodka Martini donc, vin Rothschild, whisky Macallan, champagnes Taittinger, Bollinger ou évidemment Dom Pérignon, James Bond aime bien lever le coude. À tel point qu’au cours de ses 14 aventures littéraires, il aurait consommé 101 whiskys, 35 sakés, 30 coupes de champagne et 19 Vodka Martini, soit une boisson toutes les 7 pages. L’équivalent de 13 verres par jour en moyenne! Pas étonnant qu’il démolisse ses Aston Martin. Plus étonnant qu’il tienne encore debout.

6/M était le surnom de la mère de Ian Fleming

Alors que pour créer M, le directeur des services secrets de sa Majesté, Fleming s’est beaucoup inspiré de l’amiral John Henry Godfrey, son supérieur au service de renseignement pendant la Seconde Guerre mondiale, son biographe révèle que M tire sa psychologie de la mère de l’écrivain. Surnommée également M, la femme stricte et exigeante inspirait la crainte. Ce qui explique les rapports maternels entre Bond et M, notamment depuis l’arrivée de Judi Dench dans le rôle.

7/L’or peut tuer

On se souvient tous de la scène de Goldfinger, où la secrétaire du méchant est retrouvée morte couverte de peinture d’or. Une scène culte qui aurait bien pu être fatale à l’actrice. Enduite d’une mixture dorée (de l’or véritable ayant coûté trop cher) résistante à la chaleur des projecteurs, l’actrice Shirley Eaton doit son salut à une partie non maquillée de son corps, au niveau du nombril, qui a permis à sa peau de respirer.

8/Le chat de Blofeld a disparu

Lors de l’explosion finale du repère de Blofeld dans On ne vit que deux fois, le bruit fut tellement puissant que le chat blanc du méchant prit peur et s’échappa du studio. On ne le retrouva que deux jours plus tard. Et, sans trop en révéler, il serait peut-être de retour dans 007 Spectre…

9/C’est un serial killer

James Bond a un permis de tuer, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’hésite pas à s’en servir. De Dr No à Casino Royal, on a dénombré pas moins de 352 personnes auxquelles l’agent 007 a ôté la vie !

10/Une voiture ne suffit pas

Rien à voir avec l’alcool mais plus avec le désir des producteurs de 007 Spectre de rendre leur nouveau film encore plus spectaculaire, les cascades du dernier opus auront coûté la vie à pas moins de 7 Aston Martin ! Soit la modique somme de 32 millions de dollars, et pas mal de pincements au cœur pour tous les fans de voitures et de Bond, heureux de voir leur héros retrouver sa marque fétiche. Mais vous l’aurez compris, quand on aime l’espion qu’on aimait, on ne compte pas !

A lire :

L’encyclopédie James Bond, de Guillaume Evin. Éditions Hugo Image, 24,95 €.

Le petit livre de James Bond, de Philippe Lombard. First Editions, 2,99 €.

A voir :

007 Spectre, de Sam Mendes, avec Daniel Craig, Christoph Waltz et Léa Seydoux. Action. Sortie le 11 novembre.