3 belles expos d’artistes femmes à voir

Vous avez adoré Berthe Morisot au musée d’Orsay et Sally Mann au Jeu de Paume ? L’automne lui aussi apporte son lot d’expositions d’artistes femmes. Avec trois belles découvertes. 

Anna Boghiguian aux Beaux-Arts

Vue de l’atelier d’Anna Boghiguian aux Beaux-Arts de Paris, 2019 © DR

 

Invitée par le Festival d’Automne à investir la cour vitrée du Palais des Beaux-Arts de Paris, l’artiste arménienne Anna Boghiguian (née en 1946) propose une installation ludique et monumentale : deux plateaux de jeux d’échecs géants, avec personnages. Les soixante-quatorze pièces ont été conçues et peintes in situ par l’artiste, et représentent des personnalités célèbres comme Chávez, Gandhi et la reine Victoria, ainsi que des poètes, des policiers, des manifestants. L’idée ? Réfléchir aux enjeux politiques du monde, en conviant ensuite le public à jouer à son tour aux échecs tout autour de l’installation. Étonnant.


Du 11 octobre au 24 novembre 2019
Dans la cour vitrée du Palais des Beaux-Arts

 

Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Photograph by Kerry Ryan McFate © Kiki Smith, courtesy Pace Gallery

 

Oh, joie ! Bien trop rare en France, l’artiste américaine Kiki Smith (née en 1954) est enfin au coeur d’une grande rétrospective, la toute première, au sein de la Monnaie de Paris. Quarante années de création y sont passées en revue à travers une centaine d’oeuvres – sculptures, peintures, dessins, mais aussi tapisseries et porcelaines. On y (re)découvre une artiste aux visions rêveuses et habitées, qui décline son univers reconnaissable au premier coup d’oeil sur toutes sortes de supports. Claque assurée.


Du 18 octobre 2019 au 9 février 2020
À la Monnaie de Paris 

 

Dorothy Iannone au Centre Pompidou

© Georges Meguerditchian – Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © Dorothy Iannone

 

Elle aussi américaine, elle aussi figurative, elle aussi rêveuse, l’artiste Dorothy Iannone (née en 1933) se découvre en parallèle à Kiki Smith, qu’elle évoque par bien des points. Le Centre Pompidou lui consacre une exposition, concentrée notamment sur les soixante-neuf dessins de The Story of Bern (1970) et le retable Follow Me (1977), deux travaux extrêmement ambitieux qui disent l’amour de l’artiste pour le dessin, les couleurs, le mysticisme, l’exubérance. Un travail riche, narratif et jouissif.


Du 25 septembre 2019 au 6 janvier 2020
Au Centre Pompidou