4 conseils pour visiter la Biennale de Lyon

La Biennale de Lyon fait partie des rendez-vous artistiques les plus palpitants de l’année. Jusqu’au 7 janvier 2018, on en profite pour faire de cette 14e édition une exception.

 

Trois lieux, deux jours, une ville

 

Biennale de Lyon : AITKEN Doug, Sonic Fountain II, 2013-2017 © Doug Aitken Courtesy 303 Gallery New York, Galerie Eva Presenhuber Zurich, Victoire Miro Gallery London, and Regen Projects Los Angeles © Blaise Adilon
AITKEN Doug, Sonic Fountain II, 2013-2017 © Doug Aitken Courtesy 303 Gallery New York, Galerie Eva Presenhuber Zurich, Victoire Miro Gallery London, and Regen Projects Los Angeles © Blaise Adilon

 

Intitulée avec poésie par la commissaire Emma Lavigne Les Mondes flottants, la Biennale se répartit sur trois espaces d’exposition. On commence par le macLYON, musée d’art contemporain situé dans un écrin de verdure absolument divin, le parc de la Tête d’Or. Une petite balade sous les arbres dorés par l’automne est du meilleur augure, introduisant par un souffle d’air frais cette vaste exposition d’art contemporain connectée à la nature. Puis, direction le sud de la presqu’île de Lyon avec un passage par la place Antonin Poncet où dialoguent deux œuvres monumentales, avant de courir à la Sucrière, friche industrielle reconvertie en lieu d’art. Cette balade vous fera passer de quartiers neufs en ruelles du Vieux Lyon ; idéal pour comprendre la vivacité de la ville.

macLYON, 81 quai Charles de Gaulle.
Sucrière, 49-50 quai Rambaud.

 

 

Se laisser guider

 

Biennale de Lyon : ALMARCEGUI Lara ©
© Lara  Almarcegui 

 

Soixante-dix artistes venus du monde entier, un propos ultra-actuel, des thématiques philosophiques : le cru 2017 de la Biennale de Lyon vaut son pesant d’or, et pour en comprendre tous les enjeux, on n’hésite pas à participer aux visites guidées. À noter, celle du 15 décembre à 18h30 à la Sucrière. Ici, ce n’est pas un simple médiateur mais un auteur dramaturge – le grand David Wahl-, qui s’occupe de vous proposer un parcours singulier à travers les œuvres. Si vous êtes curieux des techniques de l’art contemporain, un guide dévoile tout des coulisses du montage de l’exposition au macLYON le 15 décembre à 18h.

 

 

Regarder autour 

 

Biennale de Lyon Quartier Confluence ©
© Quartier Confluence 

 

La Sucrière se trouve dans un quartier flambant neuf de Lyon : célèbre pour son musée des Confluences (à ne pas manquer), il accueille également un centre commercial, un énorme cinéma, de nombreux restaurants et des architectures innovantes, voire carrément futuristes, qui respectent l’environnement. Prévoyez deux heures de balade (si vous aimez vous laisser guider, la Biennale propose des visites du quartier ; prochaines dates les 3 décembre et 7 janvier). L’ensemble est sympathique à souhait, notamment quand le soir arrive. On ira par exemple au Sucre écouter des concerts pointus et faire la fête jusqu’au petit matin.

Musée des Confluences, 86 quai Perrache.
Le Sucre, 50 quai Rambaud.

 

 

S’échapper de la Biennale

 

Biennale de Lyon : Fred Deux, Quand la lune boit de l'eau (détail) 2010, mine de plomb et encres, 102 × 66 cm. Galerie Alain Margaron © ADAGP, Paris 2017. Courtoisie photo © Galerie Alain Margaron
Fred Deux, Quand la lune boit de l’eau (détail) 2010, mine de plomb et encres, 102 × 66 cm. Galerie Alain Margaron © ADAGP, Paris 2017. Courtoisie photo © Galerie Alain Margaron

 

Si vous avez encore faim d’art après avoir visité les trois parties de la Biennale (oui, c’est possible), courrez au musée des Beaux-Arts de Lyon admirer la sublime rétrospective consacrée à Fred Deux (1924-2015), un artiste français amateur de dessins ultra-précis, chargés de lignes emmêlées, dont les motifs sont plus ou moins abstraits et organiques. Un véritable délice pour les yeux ! Et si vous avez envie de quelque chose de plus classique et de plus local, rendez-vous au musée des Tissus qui a frôlé la fermeture il y a peu. Dans ce lieu rescapé et précieux, on admire des vêtements, des chapeaux et des pièces de tissus chargés d’histoire.

Musée des Beaux-Arts, 20 place des Terreaux : Fred Deux jusqu’au 8 janvier 2018.
Musée des Tissus et des Arts décoratifs, 34 Rue de la Charité.