Poussez la porte de 4 étonnantes maisons d’artistes

Si bon nombre d’artistes ont opté pour l’effervescence parisienne pour stimuler leur créativité, d’autres ont préféré le calme d’un refuge plus champêtre, ailleurs en Île-de-France. Du 16e à Milly-la-Forêt, en passant par Montmartre, on vous fait découvrir quatre maisons d’artistes hors-normes. Poussez la porte et entrez dans leur intimité…

Rosa Bonheur, Thomery (77)

atelier maison de Rosa Bonheur
L’atelier champêtre de Rosa Bonheur ©Renaud Camus via Flickr

 

Longtemps oubliée, Rosa Bonheur jouit aujour’hui d’une notoriété grandissante. La faute à la guinguette des Buttes Chaumont ? Peut-être. Quoi qu’il en soit, la bonne nouvelle c’est que cette peintre animalière de talent, en avance sur son temps, libre et indépendante, s’impose depuis quelques années comme une icone féministe du XIXe siècle. Pour plonger de plein-pied dans l’univers de l’artiste, quoi de mieux que de découvrir son atelier dans son charmant château de Thomery, en Seine-et-Marne ? Tout est encore là : sa blouse brodée, son chapeau, ses bottines, ses palettes, ses croquis… Au mur, les animaux empaillés témoignent encore de sa passion pour les bêtes dont elle immortalisait les silhouettes avec talent du bout de son pinceau. On découvre également la salle des esquisses où elle recevait ses modèles, son bureau, le parc, mais aussi et surtout sa chambre dans laquelle vous pourrez même passer la nuit !

 

Château de Rosa Bonheur

12 rue Rosa Bonheur

77810 Thomery

Visites sur réservation

Plus d’infos

 

Jean Cocteau, Milly-la-Forêt (91)

maison de jean cocteau milly la foret
Le refuge de Jean Cocteau ©n e o g e j o via Flickr

 

« C’est la maison qui m’attendait. J’en habite le refuge, loin des sonnettes du Palais-Royal. Elle me donne l’exemple de l’absurde entêtement magnifique des végétaux. J’y retrouve les souvenirs de campagnes anciennes où je rêvais de Paris comme je rêvais plus tard, à Paris, de prendre la fuite. » C’est à Milly-la-Forêt que Jean Cocteau a trouvé son petit coin de paradis, loin du vacarme parisien, où il vécut jusqu’à sa mort en 1947. Dans la maison-musée on retrouve l’atmosphère mythologique et baroque chère à cet artiste protéiforme, poète, graphiste, dessinateur, dramaturge et cinéaste. Outre la maison et ses pièces restées en l’état – meublées et décorées – on profite du cadre bucolique de ses jardins entouré par les canaux d’irrigation et les douves du château voisin de la Bonde.

 

Maison Cocteau

15 rue du Lau 

91490 Milly-la-Forêt

Plus d’infos 

 

Boris Vian, Cité Véron (18e)

appartement Boris Vian cité Véron
Derrière les ailes du Moulin, l’appartement de Boris Vian ©Charlón via Flickr

 

Dans cet appartement parisien, on n’entre pas comme dans un moulin. Pour avoir la chance de découvrir la demeure de l’écrivain, poète et musicien, il vous faudra non seulement réserver, mais aussi vous fendre de quelques mots à l’attention de Madame Nicole Bertolt, mandataire pour l’œuvre et directrice du patrimoine de Boris Vian, afin de partager votre motivation pour cette visite. Les heureux élus pourront passer la porte de l’appartement, situé dans la Cité Véron, petite impasse nichée derrière le Moulin Rouge. On y découvre un appartement, à l’image de l’artiste loufoque, qu’il a lui-même agencé. Pièce maîtresse incontestable : la baignoire  qui s’étale sur deux pièces. La salle de bain était en effet trop petite pour y loger une baignoire, qu’à cela ne tienne, Boris Vian a fait une ouverture dans la cloison lui permettant de prendre son bain la tête dans la chambre et les pieds dans la salle de bains !

 

Appartement de Boris Vian

6 bis Cité Véron

Visites sur réservation

Plus d’infos

 

Le Corbusier, 16e

appartement Le Corbusier Molitor
L’appartement révé de Le Corbusier ©Jean-Pierre Dalbéra via Flickr

 

A quoi peut ressembler l’appartement d’un architecte renommé comme Le Corbusier ? Depuis 2018, vous pouvez-vous faire une idée en passant la porte de son appartement parisien. Après une rénovation qui a duré deux ans, le duplex a finalement retrouvé son état de 1965, année de sa mort. L’appartement est situé aux 7e et 8e étages de l’immeuble Molitor, qu’il a conçu et construit entre 1931 et 1934 avec son cousin Pierre Jeanneret. Véritable manifeste de sa pensée architecturale, il réunit plusieurs des critères chers à Le Corbusier  : toit-terrasse, façade vitrée et plan libre qui lui permettaient, de relier, selon ses besoins et ses envies, son logement à son atelier par un système de  larges portes en bois posées sur pivots. Des principes architecturaux qu’il a largement diffusé à travers son oeuvre.

Appartement Le Corbusier

 24, rue Nungesser et Coli, 16e

Plus d’infos 

 

Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !