5 acteurs qui ont brillamment réussi leur passage derrière la caméra

Touche-à-tout et gourmands de nouveaux challenges, certains acteurs n’hésitent pas à quitter le feu des projecteurs pour se retrouver derrière la caméra. Et dans le cas de ces 5 comédiens incontournables, la casquette de réalisateur leur sied à merveille !

 

Ryan Gosling avec Lost River

Acteur bancable par excellence, Ryan Gosling s’offre un petit kiff avec ce passage derrière la caméra plutôt inattendu. Et il en profite pour nous offrir une bombe visuelle, à mi-chemin entre David Lynch et Gaspar Noé. Le compagnon d’Eva Mendes, qui joue également dans le film, a d’ailleurs subtilisé le directeur de la photo attitré du réalisateur français, le bien-nommé Benoît Debie. Ceci explique donc cela…

 

Ben Affleck avec Gone Baby Gone, The Town, Argo et Live by night

Si les performances de l’ami Affleck ne sont pas exceptionnelles face caméra, le monsieur se rattrape plutôt bien derrière la caméra. La preuve avec ces quatre films loin d’être parfaits mais qui remplissent parfaitement leur rôle de divertissement. Mention spéciale chez A Nous Paris pour The Town, fiction de braquage au casting aussi hypnotique que la mise en scène est délicieusement nerveuse.

 

Paul Dano avec Wildlife – Une saison ardente

Il est l’un de meilleurs acteurs de sa génération. Ses performances dans There will be blood, Youth ou encore Prisoners sont là pour l’attester. Et comme si cela ne lui suffisait pas, Paul Dano est également un réalisateur hors-pair. Preuve en est, ce drame avec Jake Gyllenhaal et Carey Mulligan, aussi puissant dans la forme que dans le fond, est un vrai petit bijou.

 

Jonah Hill avec 90’s

Dans la même veine, Jonah Hill est un touche-à-tout insatiable. Devant la caméra, il brille dans des rôles tantôt comiques, tantôt dramatiques. Derrière la caméra, il épate récemment avec 90’s, une comédie dramatique au fort accent autobiographique. Un premier essai plus que concluant qui nous donne envie de le voir plus souvent avec cette casquette de réal’ vissée sur la tête.

 

Gilles Lellouche avec Zéro un, Narco, Les Infidèles et Le Grand Bain

Et du côté de l’Hexagone alors ? Personne ? Si, nous avons Gilles Lellouche. Si ses trois premières réalisations ne sont pas impérissables dans notre esprit, c’est une autre paire de manches avec Le Grand Bain. Casting 12 étoiles savoureux, punchlines poilantes, rythme infernal et BO du tonnerre, le frenchy réalise une des comédies les plus succulentes de ces 10 dernières années. A des années-lumière des créations sans saveur d’un certain Dany Boon. Si, si, il faut le dire.