5 spectacles de danse à voir en juin à Paris

Car le mois de juin est le mois de la fête de la musique… Et que la musique donne souvent envie de danser, voici une petite sélection estivale de spectacles de danse à voir en juin à Paris pour commencer l’été en beauté. Olé !

 

Spectacle La Fiesta d’Israel Galvan

à la Villette du 5 au 11 juin 2018

Homme sur un banc pour le spectacle de danse La Fiesta d'Israel Galvan
Spectacle La Fiesta d’Israel Galvan, création 2017. Photo : Jean-Louis Duzert

 

On ne présente plus Israel Galvan, le maestro andalou du flamenco. Après avoir fait sensation avec La Fiesta (création 2017) au Festival d’Avignon l’été dernier, il revient à la Villette dans le cadre d’une programmation hors les murs du Théâtre de la Ville. Ici, c’est le thème de la fête qui est revisité avec cinq danseurs et trois musiciens. Israel est tombé dans la danse flamenco quand il était petit, fils du danseur José Galvan et de la danseuse Eugenia de los Reyes, le chorégraphe n’a pas fini de séduire les foules dans une danse sensuelle et électrique.

Grande Halle de la Villette
221 avenue Jean Jaurès, 19e
Plein tarif : 32 euros, tarif réduit : 26 euros

 

La Villette

 

 

Spectacle Radio Vinci Park de Théo Mercier et François Chaignaud

à l’Espace périphérique de la Villette du 6 au 8 juin 2018

Homme sur une moto
Radio Vinci Park. Photo : Erwan Fichou

 

Dans la pénombre d’un hangar de l’espace périphérique de la Villette, résonne Radio Vinci Park (la radio des parkings et des ascenseurs !). Les ondes radiophoniques se mêlent aux sons baroques du clavecin de Marie-Laure Brébant et aux vrombissements de la moto de Cyril Bourny qui viennent mettre la touche finale à  cette joyeuse cacophonie. Le tout est orchestré par le chorégraphe et danseur François Chaignaud dans une esthétique pensée par le plasticien Théo Mercier.

Espace périphérique
221 avenue Jean-Jaurès, 19e
Plein tarif : 15  euros, tarif réduit : 12 euros

 

Soirée des chorégraphes 2018

au Carreau du Temple le 7 juin 2018

Un homme en train de danser
Smaïl Kanouté – Les Actes du désert de Smaïl Kanouté – Création 2018 – La Compagnie Vivons Incubateur des chorégraphes 2018. Photo © Henri Coutant

 

lls s’appellent  Noémie Belin (cie Carbone), Zdenka Brungot-Svitekova, Valentina Cortese, Smaïl Kanouté (cie Vivons), Victor Le, Elsa Lyczko (cie Les Yeux d’Elsa), Clémence Pavageau (cie Diversens), Tristan Pradelle (cie transhumances) et Marie Simon (cie Les Cils). Ils sont les visages de la promotion 2018 de l’incubateur de chorégraphes de la Fabrique de la Danse (programme de formation et d’accompagnement). Ce soir, la dernière étape de leur formation n’est pas des moindres : la présentation au public d’un extrait de leur création, sous la direction artistique de Christine Bastin. Retenez bien ces noms, ils sont les chorégraphes de demain !

Le Carreau du Temple
4 rue Eugène Spuller, 3e
Plein tarif  12€ / réduit 8€ 

 

Le Carreau du Temple

 

Spectacle Mother’s Milk de la Kibbutz Contemporary Dance Company

au Théâtre de Paris du 13 au 17 juin 2018

Danseurs sur scène
KCDC Mother’s Milk. Photo: Eyal Hirsch

 

Dans le cadre de la saison France-Israël 2018, le chorégraphe israélien Rami Be’er, actuel directeur artistique de la Kibbutz Contemporary Dance Company (KCDC), offre au public parisien six représentations exceptionnelles du spectacle Mother’s Milk. Soutenue par 19 danseurs et interprètes internationaux, cette pièce est un hymne à l’amour de Rami Be’er pour ses parents et pour sa famille. Ces derniers vivent dans le Kibbutz Ga’aton au nord du pays, lieu même de travail et de vie communautaire de la compagnie KCDC.

Théâtre de Paris
15 rue blanche, 9e
Tarifs : de 18 à 63 euros selon les catégories

 

Spectacle JIDUST (poussière d’eau) de Smaïl Kanouté (Cie Vivons)

au Palais de la Porte Dorée le 16 juin 2018 dans le cadre du festival June Events

Personne faisant de grands mouvements
JIDUST de Smaïl Kanouté – Création 2018 – La Compagnie Vivons. Copyright photo: Antonin Fourneau

 

Pour cette création 2018 en solo, le danseur et chorégraphe Smaïl Kanouté a collaboré avec l’artiste Antonin Fourneau qui a conçu un mur d’eau : le Waterlight Graffiti. Constitué de milliers de LED, le mur s’illumine quand les LED sont touchées par l’eau. S’engage alors une danse aquatique et numérique. Le prolongement des mouvements de l’interprète s’inscrit sur le mur d’eau puis s’efface. Graphiste de formation, Smaïl Kanouté est fasciné par la question des écritures éphémères et des traces…

Palais de la Porte Dorée
293 Avenue Daumesnil, 12e
Tarif plein 12€ / tarif réduit 9€