7 bandes dessinées féministes à mettre entre toutes les mains

Des bandes dessinées féministes qui parlent de clitoris, de règles, de femmes au destin incroyable, de sexualité, de twerk… Des bandes dessinées qui n’ont pas peur du féminisme, qui n’ont pas honte d’illustrer les règles avec autre chose qu’un colorant… bleu.  Voici sept bandes dessinées formidables écrites par des autrices (et des auteurs) douées, courageuses et parfois très drôles. 

1. Camel Joe de Claire Duplan

Camel Joe bandes dessinées féministes

 

« Que les harceleurs, dragueurs et autres relous se le tiennent pour dit, Camel Joe va leur pourrir la vie. » Cette bande dessinée absolument géniale raconte l’histoire d’une illustratrice passionnée nommée Constance. Saoulée par la résurgence d’actes sexistes dans son quotidien, Constance imaginé Camel Joe, une justicière vêtue d’un legging panthère. Sa objectif ? « niquer » le patriarcat. Dans cette BD corrosive, il est question de cycle menstruel, d’épilation, d’orgasme féminin et de mains au cul. Claire Duplan est drôle, acide et punk jusqu’au crayonné.

Camel Joe de Claire Duplan aux éditions Rue de l’échiquier 

 

2. L’Origine du monde de Liv Strömquist

l'origine du monde bandes dessinées féministes
© Liv Strömquist

 

L’Origine du monde, mais aussi Les sentiments du Prince Charles ou encore I’m every woman… Liv Strömquist est une génie. Toute sa bibliographie vaut d’ailleurs la peine d’être lue, relue et annotée. Il faut dire que  la dessinatrice Suédoise ne prend pas des pincettes pour nous parler de patriarcat, de misogynie séculaire et de violences conjugales. Son trait parfois jugé peu soigné ne parasite jamais l’essence de ses propos, très documentés. Une chose est sûre, Liv Strömquist fait couler dans ses romans graphiques une sève radioactive. Un livre essentiel, tous genres confondus.

L’Origine du monde de Liv Strömquist aux éditions Rackham 

 

3. Libres ! d’Ovidie et Diglee

Libres bandes dessinées féministes

 

Derrière ce manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels, deux grandes féministes. Au texte, Ovidie, journaliste, autrice et réalisatrice de pornos féministes et au dessin, Diglee, illustratrice, autrice de bande dessinée et romancière. Ensemble, elles ont écrit et dessiné Libres ! un ouvrage hybride entre l’essai et la BD de 125 pages. Un essai graphique (en somme) et impudique où il est question de sexualités féminines au sens large et sans culpabilisation. On y parle, entre autres, de corps avec ou sans cellulite, de sodomie consentie et d’orientations sexuelles.

Libres ! d’Ovidie et Diglee aux éditions Tapas :-*

 

4. DesSeins d’Olivier Pont

Des seins bandes dessinées féministes

 

Chloé, Alison, Mathilde, Fleur… Sept héroïnes qui brûlent leur soutien-gorge, refusent l’hétéronormalité, s’érigent contre la société et souhaitent vivre leur vie comme elles l’entendent. Des histoires très courtes (une quinzaine de planches) remplies de courage, de rêves, de rébellion. Le trait est voluptueux, les histoires courtes et bien agencées. Une bd qui se dévore en quelques minutes à peine.

DesSeins d’Olivier Pont aux éditions Dargaud 

 

5. Culottées et 6. Dures à cuire

dures à cuire bandes dessinées féministes

 

Culottées de Pénélope Bagieu et Dures à cuire de Till Lukat. Un sujet, deux styles différents. Chacune à leur manière, Pénélope Bagieu et Till Lukat célèbrent les femmes spoliées par la société patriarcale. Penny Guggenheim, Mae Jemison, Hedy Lamarr… Des portraits de femmes astronautes, activistes, militantes, pirates, avocates ou encore inventrices qui ont marqué leur époque mais qui furent oubliées consciemment par l’Histoire. Une vague histoire de chromosomes XX.

Culottées de Pénélope Bagieu aux éditions Gallimard 
Dures à cuire de Till Lukat aux éditions Cambourakis

 

 

7. Les Filles de Salem de Thomas Gilbert

les filles de salem bandes dessinées féministes

 

Si vous n’avez pas encore lu Sorcières de Mona Chollet, ne perdez pas une minute de plus. L’excellent essai de la journaliste pourra vous donner de nombreuses clefs pour comprendre la bande dessinée de Thomas Gilbert : Les Filles de Salem. L’histoire du procès des sorcières de Salem qui aboutit en 1692 à l’exécution de vingt-cinq personnes. L’œuvre de Thomas Gilbert s’inspire de cet épisode célèbre pour raconter le sort d’Abigail Hobbs, une adolescente aux longs cheveux ébène accusée de sorcellerie par sa propre famille et condamnée à mort…  200 pages qui dénoncent le puritanisme et la misogynie d’une société patriarcale fanatique. Le dessin est à la fois terrifiant et sensible et les couleurs parfaitement maîtrisées.

Les Filles de Salem de Thomas Gilbert aux éditions Dargaud