8 expositions à découvrir au mois de juin

Tous les arts seront mis à l’honneur en juin à Paris. Entre peinture, sculpture, architecture, vidéo, photographie… ne manquez pas le lancement de ces nouvelles expositions !

 

Carte blanche à Kim Chong-Hak

Au musée national des arts asiatiques – Guimet

rivière, papillons, herbes hautes. Carte blanche à Kim Chong-Hak. Expositions juin Paris.
©2018 Kim Chong-hak

 

En confiant cette 6e carte blanche au peintre sud-coréen Kim Chong-Hak, le musée Guimet nous permet de découvrir le travail d’un artiste contemporain qui s’approprie, avec originalité, son héritage pictural. Si le sujet de ses toiles relève de la pure tradition coréenne (peindre les saisons, les paysages, la nature dans toute sa profusion), il s’en démarque grâce à son style. Délaissant le culte du monochrome, il affirme son goût pour les couleurs tandis que son art, renouant avec une dimension figurative, s’éloigne de l’abstraction. Le leitmotiv de ses œuvres ? Le motif de l’arbre en fleur, à admirer sans modération du 6 juin au 1er octobre.

Musée national des arts asiatiques – Guimet
6 place d’Iéna, Paris 16e
Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h
Plein tarif : 11,50 €, tarif réduit : 8, 50 €

 

Zao Wou-Ki : L’espace est silence

Au Musée d’Art Moderne

Peinture abstraite, hommage à Claude Monet. Zao Wou-Ki : L’espace est silence. Expositions juin Paris.
© ADAGP, Paris, 2018, crédit photographique : Jean-Louis Losi

 

Autre contrée, autre style : l’artiste chinois Zao Wou-ki s’était, au contraire, épris d’une expression abstraite dès les années 50. C’est la première grande rétrospective qui lui est consacrée en France depuis son décès en 2013. Voyageur tiraillé entre sa terre natale, la France et les Etats-Unis, esthète passionné de peinture, de musique et de poésie, il cultive dans son art une synesthésie qui lui vaudra d’inspirer à Michaux cet oracle fulgurant : « L’espace est silence ». L’exposition, mettant en valeur immenses triptyques à l’huile et gigantesques encres de Chine sur papier, invite plus largement à une réflexion sur le grand format avec une quarantaine d’œuvres dont certaines n’ont encore jamais été exposées. C’est inédit, et c’est du 1er juin au 6 janvier 2019 !

Musée d’Art Moderne
11 avenue du Président Wilson, Paris 16e
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Plein tarif: 12 €, tarif réduit : 10 €

 

L’Envol

À la maison rouge

Un homme s'élance dans les airs devant des enfants ahuris. L’Envol. Expositions juin Paris.
© Eikoh Hosoe. Courtesy galerie Jean-Kenta Gauthier, Paris

 

Derrière sa quête d’un espace toujours plus vaste, Zao Wou-Ki cachait peut-être ce fantasme proprement humain mis en scène à la maison rouge : celui de s’envoler. Quelle plus belle métaphore pour cette fondation qui fermera ses portes en octobre pour partir vers de nouveaux horizons ? L’envol y sera effleuré à travers le prisme de l’hédonisme et du militantisme, car c’est une utopie que partagent les rêveurs de sensations vertigineuses et les aventureux en quête d’émancipation. L’exposition, regroupant des œuvres d’art moderne, contemporain, brut, ethnographique et populaire, rapproche toutes les figures humaines : du poète au scientifique, de l’artiste sous LSD au savant fou, du danseur à l’aviateur. Voltigez jusqu’à elle du 16 juin au 28 octobre !

Maison rouge
10 boulevard de la bastille, Paris 12e
Ouvert tous les jours sauf le lundi et le mardi de 11h à 19h
Plein tarif : 10 €, tarif réduit : 7 €

 

Les Impressionnistes à Londres : Artistes français en exil, 1870-1904

Au Petit Palais

Le Parlement de Londres sous la brume. Les Impressionnistes à Londres : Artistes français en exil, 1870-1904. Expositions juin Paris.
© 2017. The Art Institute of Chicago, Art Ressource, N Y, Florence Scala

 

Un peu d’histoire franco-anglaise avec une exposition qui s’installe au Petit Palais après son passage à la Tate Britain. Si les relations avec nos voisins d’outre-Manche ont toujours été passionnelles, vous découvrirez que le domaine artistique n’échappe pas à la règle. Dès 1870, Londres devient terre d’exil pour ces artistes qui fuient les atrocités de la guerre franco-allemande et de la Commune : Monet, Pissaro, Tissot… L’exposition montre bien comment les deux pays se sont mutuellement nourris de cette situation : si la période anglaise exerça une influence nouvelle sur l’art français, la présence de nos artistes leur apporta un souffle de modernité. Entre rencontres décisives et déclics d’inspiration, l’expérience londonienne aura un impact sur le destin et l’œuvre picturale de ces déracinés. Du 21 juin au 14 octobre.

Petit Palais
Avenue Winston Churchill, Paris 8e
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Plein tarif : 13 €, tarif réduit : 11 €

 

Terres de riz

Au musée national des arts asiatiques – Guimet

Photographie d'un paysage de rizières. Terre de riz. Expositions juin Paris
© MNAAG, Paris / droits réservés

 

Pour une plongée dans une autre civilisation, rendez-vous au Musée Guimet : après l’art guerrier des Daimyos, le MNAAG met en lumière l’art agricole lié à la culture du riz, qui connaît son apogée en Chine et au Japon au XIX et XXème siècles. À travers des photographies qui ont figé l’univers des exploitations céréalières, les scènes du quotidien et la splendeur des rizières, mais aussi une sélection d’objets liés au rituel de la consommation du riz (baguettes, bols impériaux, ustensiles), vous serez sensibilisés à la dimension tantôt pragmatique, tantôt poétique d’une culture culinaire, entre art et artisanat. Du 6 juin au 8 octobre.

Musée national des arts asiatiques – Guimet
6 place d’Iéna, Paris 16e
Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h
Plein tarif : 11,50 €, tarif réduit : 8,50 €

 

Bouchra Khalili, Blackboard

Au Jeu de Paume

Capture d'écran d'une vidéo avec sous-titre. Bouchra Khalili, Blackboard. Expositions juin paris.
© Bouchra Khalili et Galerie Polaris, Paris

 

L’art comme espace civique, telle est la conception défendue par l’artiste franco-marocaine mise à l’honneur au Jeu de Paume. Mobilisant différents médiums (photo, vidéo, sérigraphie), la plasticienne prend pour ancrage le réel et l’histoire qui se construit à vue pour proposer une remise en cause idéologique : en mettant en scène des opprimés qui performent leur stratégie de résistance face à l’arbitraire du pouvoir, l’artiste poursuit sa réflexion sur la question de l’égalité radicale. L’articulation des récits individuels à l’histoire collective dans ses œuvres met en scène les liens qui se tissent entre subjectivité et prise de position civique. L’exposition présentera, de manière inédite, une sélection d’œuvres de ces 10 dernières années ainsi que son nouveau film, Twenty-Two hours, consacré à l’engagement de Jean Genet auprès des Black Panthers. À découvrir à partir du 5 juin et jusqu’au 23 septembre.

Jeu de paume
1 place de la Concorde, Paris 8e
Ouvert le mardi de 11h à 21h, puis du mercredi au dimanche de 11h à 19h
Plein tarif : 10 €, tarif réduit : 7,50 €

 

Gordon Matta-Clark, Anarchitecte

Au Jeu de Paume

Photographie d'un bâtiment vu de coupe . Gordon Matta-Clark, Anarchitecte. Expositions juin paris
© 2018 The Estate of Gordon Matta-Clark / ADAGP, Paris

 

L’idée, pour l’artiste, de se réapproprier des objets de pensée semble être au cœur du projet du Jeu de Paume en ce mois de juin : là où Bouchra Khalili revendique l’art comme espace civique, Gordon Matta-Clark souhaite s’emparer de l’espace public comme lieu d’expression de son art. L’architecte américain y est présenté sous un jour nouveau, comme un précurseur en rupture avec les codes du modernisme. Célèbre pour son travail sur les graffitis, le visionnaire l’est aussi pour sa série d’œuvres in situ qui consistent à découper les structures de bâtiments abandonnés – forme d’autopsie artistique – pour en dévoiler le squelette structurel. À ne pas manquer du 5 juin au 23 septembre.

Jeu de paume
1 place de la Concorde, Paris 8e
Ouvert le mardi de 11h à 21h, puis du mercredi au dimanche de 11h à 19h
Plein tarif : 10 €, tarif réduit : 7,50 €

 

Mutations / Création 2

Au Centre Pompidou

Mutations / Création 2 : expositions juin paris
© Casey Reas

 

Pour ce qui est des autres précurseurs en tout genre, ils se sont donné rendez-vous au Centre Pompidou, dans le cadre d’un temps fort consacré à la création et l’innovation numériques. Deux expositions et un forum seront le lieu d’un dialogue entre artistes, ingénieurs, scientifiques et entrepreneurs au service d’un croisement entre art, science et technologie.

Résolument immersive, l’expo collective « Coder le Monde » présentera les moments marquants d’une culture numérique dans laquelle nous baignons au quotidien. Ainsi que la manière dont les artistes se sont appropriés ce nouveau médium. La monographie consacrée à l’artiste japonais Ryoji Ikeda illustrera, à travers une installation inédite, son travail sur le son et la lumière convoquant une expérience sensorielle pour le spectateur. Le forum « Vertigo » mis en place par l’Ircam sera l’occasion de rendre perméables les frontières entre les disciplines autour de rencontres, tables-rondes et témoignages artistiques. Rendez-vous du 13 juin au 27 août.

Centre Pompidou
Place Georges-Pompidou, Paris 4e – Gallerie 3
Ouvert tous les jours de 11h à 21h
Plein tarif : 14 €, tarif réduit : 11 €