A la découverte du quartier de Bastille

Bastille est un quartier emblématique de l’Histoire de Paris et de la France. Notamment par la présence de la célèbre prison détruite par les révolutionnaires. Si le quartier est aujourd’hui un des plus animés de la capitale, il était avant tout un faubourg marqué par une longue histoire artisanale.

 

Les Faubourgs de Bastille

 

Faubourgs Bastille © La Tête en L'Air
© La Tête en L’Air

 

Du vieux français fors (en dehors) et bour (bourg), les faubourgs de la prison de la Bastille tirent leur succès de l’abbaye Saint-Antoine-des-Champs. Placée sous protection royale en 1229, l’abbaye fait prospérer le quartier. Puis au 15e siècle, le roi affranchit le quartier de tout impôt. Si on ajoute la proximité de la Seine pour l’acheminement du bois, tous les ingrédients sont réunis pour l’arrivée progressive et massive des ébénistes, tapissiers, doreurs et autres verriers. Le faubourg du meuble est né ! Quartier le plus peuplé et le plus populaire de la capitale, les faubourgs joueront un rôle essentiel dans la prise de la Bastille et le début de la Révolution Française.

Rue du Faubourg Saint-Antoine, 11e
M° Bastille

 

L’hôpital des Quinze-Vingts

 

Quinze Vingts © La Tête en l'Air
© La Tête en L’Air

 

Fondée en 1260 par Saint-Louis, la Maison des Pauvres Aveugles de Paris a pour vocation l’hébergement de quinze fois vingt membres, selon la méthode ancienne de compter par vingtaine. La légende dit que le roi aurait créé cette institution pour soigner les 300 chevaliers faits prisonniers par les Sarrasins durant la 7e croisade. Chevaliers qui eurent les yeux crevés avant d’être libérés. Dénommée congrégation des Quinze-Vingts dès le Moyen Age, l’institution installée entre le Palais Royal et le jardin des Tuileries est finalement déplacée, à la fin du 18e siècle, près de Bastille. Dans l’ancienne caserne des mousquetaires noirs. Depuis tout ce temps, l’hôpital traite les cas ophtalmologiques.

28, rue de Charenton, 12e
M° Bastille

 

La Colonne de Juillet

 

Colonne Juillet © La Tête en L'Air
© La Tête en L’Air

 

La Colonne est érigée en 1840 pour célébrer les Trois Glorieuses, ces trois journées qui ont provoqué la chute de Charles X et l’instauration de la Monarchie de Juillet, avec le règne de Louis-Philippe 1e. Surmonté du Génie de la Liberté, la Colonne porte le nom des révolutionnaires décédés lors de ces trois jours. On aménagea dans les fondations des caveaux funéraires destinés à abriter les ossements des 504 victimes de Juillet 1830. Véritable nécropole, l’édifice reçut plus tard les ossements des 200 émeutiers de la Révolution de 1848. Placée à l’endroit symbolique de l’ancienne prison de la Bastille, la Colonne sera ouverte au public en 2018.

Place Bastille, 11e
M° Bastille