Adam Driver en 5 films incontournables

De retour au cinéma avec le très attendu Star Wars – Les Derniers Jedi, Adam Driver a su s’imposer au fil des années comme un touche-à-tout talentueux. Un artiste capable de jongler entre blockbusters ébouriffants et productions indépendantes émouvantes. La preuve avec ces 5 longs métrages incontournables de la filmographie de l’interprète de Kylo Ren.

 

Et (beaucoup) plus si affinités de Michael Dowse (2014)

Après deux saisons dans la série Girls et des apparitions dans Frances Ha et Inside Llewyn Davis, le géant à la voix si particulière commence peu à peu à se faire un nom. Son ascension vers le mont Hollywood continue sur sa lancée avec sa participation à la comédie dramatique Et (beaucoup) plus si affinités. Il y incarne Allan, meilleur ami farfelu de Daniel Radcliffe auquel il parvient à subtiliser la vedette grâce à un charisme et une décontraction qui crèvent l’écran.

 

Hungry Hearts de Saverio Costanzo (2015)

Changement de registre pour Adam Driver avec ce drame à la puissance émotionnelle déstabilisante. Hungry Hearts est une plongée vertigineuse dans le monde des jeunes parents dans laquelle l’acteur dévoile un jeu tout en délicates nuances. Une prestation impeccable qui lui valut la prestigieuse Coupe Volpi de la meilleure interprétation masculine à la Mostra de Venise.

 

Paterson de Jim Jarmusch (2016)

L’année suivante, le futur Kylo Ren de la saga Star Wars entre dans la cours des grands avec Paterson, une réalisation pleine de poésie signée Jim Jarmusch. Dans cette fable contemplative, il interprète avec beaucoup de finesse ce monsieur tout le monde, conducteur de bus qui a troqué ses rêves de grandeur contre un quotidien plus terre-à-terre. À ses côtés, la magnétique Golshifteh Farahani détone dans ce paysage morne où la vie suit posément son cours.

 

Silence de Martin Scorsese (2017)

Vous faites partie de ceux qui ont quitté la salle ou se sont endormis au bout de 20 minutes de film ? Vous n’avez pas pu, hélas, apprécier la superbe mise en scène du grand Martin Scorsese. Ou la maestria du solide casting. Andrew Garfield, Liam Neeson et, en l’occurence, Adam Driver, épatant en prêtre jésuite envoyé au Japon pour retrouver son mentor.

 

Logan Lucky de Steven Soderbergh (2017)

Dans cette comédie délirante proche du cinéma des frères Coen, l’acteur de 33 ans campe Clyde Logan, manchot pragmatique qui va se lancer dans un braquage à la Ocean’s eleven. Le rejoignent dans cette folle aventure son frère boiteux (Channing Tatum) et un prisonnier complètement allumé du bocal (Daniel Craig). Un trio démoniaque pour un des films les plus décalés et hilarants de cette fin d’année 2017.