Agenda des galeries : les expos à voir en janvier et février

Première bonne résolution : aller voir plus d’expos. Deuxième bonne résolution : se balader dans tout Paris. Troisième bonne résolution : ne pas dépenser un rond. Et pour s’y tenir, suivre religieusement l’agenda des galeries d’A Nous Paris

 

Une nouvelle-née : la galerie Etc

© Galerie Etc

 

C’est avant tout une histoire de famille. Un grand-père poète, un papa collectionneur d’art et un fils ambitieux, tout aussi féru d’esthétique. Ensemble, ils se sont décidés à donner corps à leur passion en ouvrant la galerie Etc dans le quartier du Marais. « Notre leitmotiv ? Remettre au centre la problématique de ce que nous appelons la « peinture-peinture », redonner de la lumière aux peintres que nous aimons, à la fois sensibles et minimalistes. » Premier rendez-vous pour découvrir cette aventure familiale : l’exposition De la peinture, à découvrir dès le 25 janvier et qui réunit les travaux de Martin Barré, Béatrice Casadesus, Claude Chaussard, Jean Degottex, Lars Fredrikson, Albert Hirsch et de Max Wechsler.

Galerie Etc
28 rue Saint-Claude, 3e

 

Olivier Masmonteil à la galerie Scène Ouverte

© Olivier Masmonteil

 

Alors que sort aux éditions Cercle d’Art une sublime monographie de son travail, le peintre Olivier Masmonteil est honoré d’une petite exposition au sein de la galerie Scène Ouverte du 16 janvier au 23 février 2019. Celle-ci occupe le premier étage du restaurant du Chef Yannick Alléno, dans le très chic Beau Passage inauguré en août dernier dans le 7e arrondissement. Ceci est donc en soi une bonne raison d’aller y faire un tour, Beau Passage étant un lieu d’un luxe parfait, notamment pour ses restaurants de grands noms de la gastronomie et les œuvres d’art qui ornent ses entrées. Olivier Masmonteil se fond parfaitement dans le décor, puisqu’il présente une série de peintures qui superposent les portraits et les paysages de toiles classiques (François Boucher, Ruysdael, Nicolas Poussin…) avec des motifs de papiers peints, collectés au fil de ses pérégrinations. C’est très beau, séduisant à souhait, évidemment décoratif mais étrangement hypnotique…

Galerie Scène Ouverte
53-57 rue de Grenelle, 7e

 

Mr. à la galerie Perrotin

© Mr.’s Melancholy Walk Around the Town. Galerie Perrotin

 

Explosion de couleurs fluorescentes, visages mangas aux grands yeux étonnés, décors de villes saturés de détails commerciaux… Les toiles de l’artiste japonais Mr. font mouche sur les murs de la galerie Perrotin ! Un regard attentif détectera rapidement un couac dans ce qui pourrait apparaître d’emblée comme une immersion pop dans la ville moderne : les personnages, représentés de face, sont isolés de l’environnement ultra-stimulant qui les entoure. Exemple parmi d’autres, les deux jeunes filles représentées dans un supermarché, entourées d’un chat et d’un chien kawaï à souhait. Charmantes au premier regard, elles révèlent finalement un sentiment d’étrangeté, et de non-appartenance au monde, paraissent seules, quasi-désabusées face à toutes les émoticônes qui flottent dans l’espace. Un travail bien plus profond qu’il n’y paraît. À voir du 19 janvier au 9 mars.

Galerie Perrotin
76 rue de Turenne, 3e

 

Les soirées de Paris à la galerie Crèvecoeur

© Galerie Crèvecoeur

 

Voici une exposition collective qui devrait en inspirer plus d’un. Empruntant son titre à la revue lancée en 1912 par Guillaume Apollinaire et quatre amis poètes et écrivains, Les Soirées de Paris réunit cinq artistes aux parcours très différents entre les murs de la belle galerie Crèvecoeur, du 10 janvier au 2 mars. L’idée ? S’inspirer de la liberté de ton, de l’hétérogénéité totale de la revue d’Apollinaire pour proposer « une forme de capture du temps présent, dans toutes ses ambivalences ». Photographies, sculptures et installations ébauchent ainsi un paysage actuel, aux indices magiques.

Galerie Crèvecoeur
9 rue des Cascades, 20e

 

Hippolyte Hentgen à la Semiose Galerie

© Hippolyte Hentgen

 

Voilà deux jeunes femmes qui travaillent en duo et qui adorent faire des collages. A commencer par celui de leurs noms (Lina Hentgen et Gaëlle Hippolyte), contractés pour n’en faire qu’un, Hippolyte Hentgen. En sculptures ou en images, elles collectent des figures de la culture populaire et créent un répertoire de formes bien à elles, un langage déconstruit, fait de pointes d’humour et de tendresse. Leur dernière exposition, à voir au sein de la Semiose Galerie du 12 janvier au 9 février, se savoure comme une boîte de chocolat : à chaque œuvre son goût. Toujours délicieux !

Semiose Galerie
54 rue Chapon, 3e