César 2020 : trois films à ne pas manquer

La cérémonie des César 2020 a rendu son verdict vendredi, dans une salle Pleyel glaciale. Sous une tension inédite, les Césars 2020 ont récompensé l’ancien monde en sacrant Roman Polanski meilleur réalisateur, avec toutes les questions que cela pose, mais ont aussi célébré Ladj Ly qui voit son brûlot Les Misérables couronné du meilleur film et « prix du public », récompensant ainsi un succès populaire. Que retient-on des lauréats ? Voilà trois films à ne pas manquer selon nous. 

Papicha, de Mounia Meddour. 

Papicha, de Mounia Mouddir
© Jour2fête

La grosse surprise de cette cérémonie, c’est le doublé réussi par la réalisatrice algérienne : prix du Meilleur premier film et Meilleur espoir féminin pour son actrice Lyna Khoudri. L’histoire de Nedjma, tout juste 18 ans dans l’Algérie explosive des années 1990 qui, contre les normes et diktats sociaux et familiaux, décide d’organiser un défilé de mode de ses créations. Papicha – surnom donné aux jeunes algéroises – raconte un vent de liberté, celle des corps de ces femmes et de leur vie, cadenassées malgré elles à une société qui ne les comprend pas.

Où le voir ? Sorti en octobre dernier, le film est disponible sur les plateformes de VOD. 

M, de Yolande Zauberman.

M, de Yolanda Zauberman
© New Story

Autre surprise : le César du Meilleur documentaire a été attribué à M de Yolande Zauberman. Le récit brut et intense oscille entre noirceur et espoirs. On découvre l’histoire de Menahem Lang, qui revient dans la ville où il a grandi puis quitté précipitamment. Cette ville, c’est Bneï Brak, capitale mondiale des haredim, les ultra-orthodoxes juifs. Menahem, élevé dans la religion, y a subit des sévices – violé pendant des années par des membres de la communauté dont il faisait partie, et qu’il adorait. Ce retour sur les lieux de son enfance, ceux du crime comme ceux qu’il a aimé, est filmé nerveusement sous forme de road trip cathartique. Un voyage pour comprendre, pardonner et espérer, comme une réconciliation.

Où le voir ? M est encore projeté dans quelques salles parisiennes, et est disponible en VOD. 

J’ai perdu mon corps, de Jérémy Clapin. 

J'ai perdu mon corps, de Jérémy Clapin
© Rezo Films

Primé dans la catégorie Meilleur film d’animation, ce long métrage d’une rare poésie suit les aventures d’une main, échappée de son corps sur une table d’opération. Bien décidée à retrouver son corps, elle parcourt la ville et se remémore sa vie commune avec son propriétaire. Des souvenirs d’amours et de rencontres se mêlent au cours de ce chemin onirique et sensible.

Où le voir ? Encore projeté au cinéma le Saint-André des Arts, dans le Vième, ce bijou d’animation mérite vraiment d’être vu.