A.Voir

Les sorties ciné de la semaine du 5 novembre

Quels sont les films à voir cette semaine ? Retrouvez notre sélection non-exhaustive des sorties cinéma à ne pas manquer.

Kursk : drame

Système de notation des films de la semaine

De Thomas Vinterberg, avec Matthias Schoenaerts, Léa Seydoux et Colin Firth. Durée : 1 h 57.

Août 2000, le Koursk, un sous-marin russe en exercice, coule avec 118 membres d’équipage à bord, dont 23 survivants. Tandis que leurs familles sont rongées d’inquiétude, le silence de l’armée russe se fait de plus en plus pesant. Ce fait divers terrible qui a marqué les esprits, est conté ici avec intensité par Thomas Vinterberg qui s’attache évidemment à décrire le déroulé de la catastrophe, mais aussi la détresse humaine, la décrépitude du régime soviétique, et l’omerta de la Russie qui a condamné ses hommes en refusant l’aide internationale._
(Sauvez le Kursk ! l’enquête de référence de Robert Moore, disponible aux éditions de l’Archipel, 336 pages).

 

High Life : science-fiction

De Claire Denis, avec Robert Pattinson et Juliette Binoche. Durée : 1 h 51.

Vivant seul dans un vaisseau spatial à la dérive avec un bébé, Monte (Robert Pattinson) faisait en réalité partie d’un programme de détenus envoyés dans l’espace avec une doctoresse bizarre (Juliette Binoche) qui se livrait à des expériences sur la procréation artificielle. Une mission insolite durant laquelle la réalisatrice Claire Denis explore toute ses thématiques préférées que sont la chair, le sang et la sexualité, dans ce qui reste hélas un Interstellar du pauvre, provocateur et abscons._

 

Un homme pressé : comédie dramatique

Système de notation des films de la semaine

D’Hervé Mimran, avec Fabrice Luchini et Leïla Bekhti. Durée : 1 h 40.

Patron dans l’automobile, odieux, arrogant et hyperactif, Alain Wepler (Fabrice Luchini) est victime d’un AVC. Du jour au lendemain, celui qui maîtrise tout est incapable de s’exprimer correctement. Commence alors pour lui une nouvelle vie aidée par une orthophoniste (Leïla Bekhti), et une rééducation propice à des situations pas toujours très subtiles, mais qui donnent tout de même un film assez touchant, notamment grâce à un Luchini qu’on n’est pas habitué à voir perdre ces mots._

 

Un amour impossible : drame

Système de notation des films de la semaine

De Catherine Corsini, avec Virginie Efira et Niels Schneider. Durée : 2 h 15.

Dans les années 50, Rachel (Virginie Efira), une femme célibataire, tombe enceinte sur le tard d’un homme qui ne reconnaît pas sa fille, Chantal, aujourd’hui connue sous le nom de Christine Angot, et dont le roman autobiographique est adapté ici. Cette transposition formelle, qui retranscrit la “gênance” qu’on peut avoir parfois devant l’impudeur des textes de l’écrivaine, offre aussi une bonne dose d’empathie pour ces femmes victimes d’un mari/père pervers narcissique, et donne ainsi un éclairage différent sur le personnage médiatique qu’est Angot._

 

Heureux comme Lazzaro : drame

Système de notation des films de la semaine

D’Alice Rohrwacher, avec Adriano Tardiolo et Alba Rohrwacher. Durée : 2 h 07. Drame.

Dans un hameau italien, un groupe de paysans vit comme au Moyen-Âge, isolé du monde et inféodé à une marquise. Simplet du village, Lazzaro est lui-même exploité par les villageois qui abusent de sa bonté. Une conjoncture étrange donc, qui ira même jusqu’à propulser Lazzaro dans le futur. De quoi nous entraîner dans une fable surréaliste pas toujours convaincante malgré son Prix du scénario à Cannes, mais agréablement intrigante, et portée par un personnage lumineux._