Les sorties cinéma du mercredi 19 septembre 2018

Notre sélection non-exhaustive de films à ne pas manquer cette semaine :

Les Frères Sisters : western

Système de notation des films de la semaine

De Jacques Audiard, avec Joaquin Phoenix, John C. Reilly et Jake Gyllenhaal. Durée : 2h01.

Oregon, 1851, les sanguinaires frères Sisters doivent mettre la main sur le détenteur d’une formule pour trouver de l’or et le tuer. Une traque qui s’avérera forcément initiatique, puisque filmée par Jacques Audiard, qui, pour son premier film américain a choisi le western, et à travers lui l’histoire de l’Amérique. Sans oublier, comme à son habitude, l’exploration subtile de l’intime. Ici c’est une belle relation entre un homme ultraviolent (Joaquin Phoenix) et son frère plus sensible (John C. Reilly), symbole d’un Far West en transition, qu’il met en scène de main de maître, avec une empathie communicative pour ses héros cabossés._

 

L’amour est une fête : comédie

Système de notation 2/5

De Cédric Anger, avec Guillaume Canet, Gilles Lellouche et Michel Fau. Durée : 1 h 58.

1982, deux patrons de peep show en faillite Franck (Guillaume Canet) et Serge (Gilles Lellouche) se lancent dans les films X. Problème, Franck et Serge sont en fait deux agents de la brigade financière chargés d’infiltrer le milieu du porno. Une mission en couverture qui va forcément avoir des conséquences sur leur vie privée et une immersion qui part hélas dans tous les sens sans nous accrocher, à part quelques clins d’œil croustillants et un Xavier Beauvois impayable en réalisateur X des eighties._

 

Climax : drame

Système de notation des films de la semaine

De Gaspar Noé, avec Sofia Boutella et Romain Guillermic. Durée : 1 h 35.

Dans les années 90, un groupe de jeunes danseurs hip hop répète son spectacle dans une ambiance bon enfant. Jusqu’au moment où, suite à l’absorption d’une sangria droguée, la situation dégénère. Normal, on est dans un film de Gaspard Noé qui passe ici de la fête aux chorégraphies électrisantes à la transe quasi diabolique avec un sens du sensationnel toujours aussi hallucinant. Alors qu’on aime ou pas le réalisateur, force est de constater que son cinéma est toujours une expérience. Et en plus, là, on aime._

 

Leave No Trace : drame

Système de notation des films de la semaine

De Debra Granik, avec Thomasin McKenzie et Ben Foster. Durée : 1 h 49.

Will, vétéran désociabilisé (Ben Foster) vit en autarcie avec sa fille de 15 ans, Tom, dans la forêt. Une existence qui leur plaît, surtout à lui. Le prix de la liberté, une relation père-fille complexe et la critique de la société américaine consumériste demeurent les thèmes chers à Debra Granik, la réalisatrice de Winter’s Bone qui avait révélé Jennifer Lawrence. Elle les pousse ici à leur paroxysme dans cette fable naturaliste touchante sur l’amour filial et et l’abandon._

 

Fortuna : drame

Système de notation des films de la semaine

De Germinal Roaux, avec Kidist Siyum Beza et Bruno Ganz. Durée : 1 h 46.

Migrante éthiopienne de 14 ans, Fortuna trouve refuge dans une communauté religieuse des montagnes suisses qui voit d’un mauvais œil son rapprochement avec un jeune Africain. Une épreuve divine qui est aussi une épreuve cinématographique mais qui donne un film avec une certaine grâce, dans un style épuré en noir et blanc. Grand Prix du jury international à Berlin, pour amateurs de cinéma pointu._