A.Voir

Danse : duelles au sommet

C’est l’un des événements de cette fin d’année. L’incontournable Blanca Li remonte enfin sur scène et pour son retour, la chorégraphe contemporaine s’adjoint les talents d’une Etoile du Bolchoï, Maria Alexandrova. Un pas de deux détonant qui préfigure d’emblée son « Déesses & Démones », un spectacle tout en contrastes et en oppositions.

On n’en a pas fini de rappeler le CV impressionnant de Blanca Li, qui, quand elle ne chorégraphie pas ses propres spectacles, collabore avec les réalisateurs les plus divers (Almodovar bien sûr, mais également Michel Gondry ou Konchalovsky), la crème de la mode (Gaultier, Alaïa, Stella McCartney…) ou les stars de la musique (On ne tente même pas de dresser une liste à laquelle Beyoncé s’est récemment ajoutée). Mais on se languissait de revoir sur scène l’exceptionnelle et atypique danseuse qu’elle est aussi.

C’est sur la scène du Théâtre des Champs-Elysées, où il y a deux ans on l’avait vue enrôler de petits robots dans sa compagnie, qu’elle fera enfin son retour, pour quelques jours en cette fin d’année. Derrière un titre aux accents mystiques, son projet Déesses & Démones aura tout pour enchanter la période, en ce qu’il y sera bien sûr question de divinités, de muses, de sorcières… Dans cette évocation de la mythologie grecque primitive où les femmes régnaient en maîtres, Bianca Li ne sera pas seule à endosser les costumes (couture, sublimes œuvres drapées de Jean Paul ou Azzedine, des copains créateurs) qui auront, comme souvent influencé la mise en scène. Car le spectacle a été pensé comme un duo, avant même que n’apparaisse la partenaire idéale, Maria Alexandrova, Etoile du Bolchoï, a priori aussi différente de la chorégraphe espagnole qu’elle n’en est complémentaire au final.

Car au vu des diverses répétitions déjà montrées, c’est l’alchimie parfaite qui ressort de cet affrontement dansé où avec des gestes puissants et de vraies postures de théâtre, deux forces s’affrontent, se calment et se rejoignent. D’ailleurs, toute la magie de l’affaire réside ici dans les contrastes, quand les pointes du classique rencontrent le contemporain, quand des drames antiques se rejouent dans un cube de lumière ultra-moderne, quand du chaos naît l’harmonie. Où l’on évoque le fantastique, dans tous les sens du terme.