Découvrez les meilleurs spectacles de danse en juillet à Paris

C’est l’été ! Et ce ne sont pas les températures extraordinairement à la hausse affichées sur le thermomètre qui diront le contraire. Pour fêter cette période estivale tant attendue, quoi de mieux que de célébrer les danses à la découverte de spectacles originaux qui enchanteront tout le monde. Et petit plus non négligeable : les salles de nos théâtres parisiens sont souvent bien climatisées. Voilà une belle façon d’allier culture et fraîcheur !

5es Hurlants de Raphaëlle Boitel- Cie L’Oublié(e)

du 4 au 20 juillet 2019 à la Scala Paris

danse en juillet
5es Hurlants. Cie L’Oubliée. Photo : Georges Ridel

 

Chorégraphie aérienne ou nouveau cirque. Appelez ça comme vous voulez. Peu importe finalement car la grâce est à son comble dans cette très belle proposition artistique signée Raphaëlle Boitel, soutenue par sept incroyables interprètes acrobates. Sept fois à terre, huit fois debout. Vous connaissez le proverbe ? En voici l’illustration parfaite dans une très belle mise en scène à la Scala Paris. Tomber n’est pas synonyme d’échec. L’essentiel est de se relever. Et à force de persévérance on se relève toujours un peu plus fort encore. Une belle métaphore de la fragilité de tous ces artistes, et nous tous finalement, dont la vie et les rêves ne tiennent parfois qu’à un fil.

La Scala
13 Boulevard de Strasbourg, 10e
Tarifs de 10 à 36 euros

Nouvelle pièce 1 de la Cie Tanztheater Wuppertal Pina Bausch et Dimitris Papaioannou

du 8 au 11 juillet 2019 à la Villette

danse en juillet
Nouvelle pièce 1 de Dimitris Papaioannou. Photo : Julian Mommert

 

Le chorégraphe grec Dimitris Papaioannou a toujours affirmé sa grande admiration pour l’oeuvre de la grande dame de la danse théâtre : Pina Bausch, disparue il y a déjà 10 ans. Les danseurs de Pina qui composent la troupe Tanztheater Wuppertal ont certainement été sensibles à l’esthétique du nouveau prodige du théâtre dansé qui s’est illustré notamment l’hiver dernier à la Villette dans une pièce remarquable avec un décor labyrinthique intitulée The Great Tamer. Les danseurs de la Cie Pina Bausch ont donc décidé de lui confier la création d’une pièce, ce qui est un immense signe de confiance car depuis la mort de Pina en 2009, la compagnie tourne avec le répertoire uniquement sans oser proposer de nouvelle création. Un second souffle pour la compagnie, une renaissance sous la direction artistique de Papaioannou.

La Villette
211 avenue Jean-Jaurès, 19e
Plein tarif : 40 euros, abonnés : 30 euros et jeunes 20 euros
Spectacle à 20h
Grande Halle Espace Charlie Parker

Carmen de Johan Inger

au Théâtre Mogador du 8 au 17 juillet 2019 dans le cadre du Festival Les étés de la Danse

danse en juillet
Carmen de Johen Inger et direction artistique José Martinez. Photo Carlos Quesada

 

La 15e édition du Festival Les Etés de la Danse revisite un grand ballet classique avec Carmen : une version dansée par la Compagnie Nationale de Danse Espagnole sous la direction artistique de José Martinez (danseur étoile de l’Opéra de Paris) depuis 2011, et chorégraphiée par le suédois Johan Inger. Sur la musique originelle de Georges Bizet, dont le compositeur Marc Alvarez nous offre une plaisante réinterprétation, la fougue et les crimes passionnels sont toujours au rendez-vous, comme des thématiques intemporelles, et les décors et les costumes participent à une relecture contemporaine de Carmen. Une pièce qui ne pourra pas vous faire ni chaud ni froid.

Théâtre Mogador
25 rue de Mogador, 9e
Tarifs de 25 à 98 euros (carré or) selon les catégories

Le Boléro de Mats Ek

à l’Opéra Garnier jusqu’au 14 juillet 2019

danse en juillet
Boléro de Mats Ek: Antonin Monie et Caroline Osmont (©) Ann Ray-Opéra National de Paris

 

Le chorégraphe suédois Mats Ek propose une nouvelle interprétation du très célèbre Boléro de Maurice Ravel. Le Boléro est incontestablement le ballet le plus connu. Il y en a déjà eu d’innombrables versions. Une des plus remarquées, et dont on se souvient encore tant elle a marqué les esprits, fût celle de Maurice Béjart. Mais contrairement à Béjart, qui mettait en avant le soliste perché sur sa table circulaire rouge, c’est ici le groupe qui vibre à l’unisson dans une transe musicale sur la scène de l’Opéra Garnier. Et dire que le chorégraphe âgé de 75 ans avait annoncé son départ à la retraite ! On le remercie de nous avoir offert ce magnifique spectacle avant de prendre peut-être enfin un peu de repos après une magnifique carrière. Ou bien n’a-t-il pas encore dit son dernier mot…

Opéra Garnier
Place de l’Opéra, 9e
Tarifs de 50 à 110 euros selon les catégories

Un break à la Mozart 1.1 de Kader Attou

les 12,13 et 14 juillet 2019 dans le cadre du Festival Paris L’été sous la Pyramide du Louvre

danse en juillet
Spectacle « Un break a Mozart 1.1 » Kader Attou, compagnie Accrorap et orchestre des Champs Elysées.  Photo Pierre Meunié

 

Pour célébrer les 30 ans de la Pyramide du Louvre et à l’occasion du Festival Paris l’été, 10 danseurs de la Compagnie Accrorap, accompagnés par 10 musiciens de l’Orchestre des Champs-Elysées, explorent les liens entre deux univers artistiques que tout oppose a priori : le hip hop et la musique classique. Mais dès les premiers mouvements et les acrobaties des danseurs, on est séduits par le choc des cultures. Virtuoses du breakdance et du violoncelle s’affrontent dans une battle rythmée par la folle partition de Mozart, dont le grand gagnant est la beauté qui naît du métissage des styles.

Le Louvre
Gratuit sur inscription, dans la limite des places disponibles
Spectacle à 22h30


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !