expo : l’air des géant à la Villette

Les expositions démarrant fin août sont suffisamment rares pour être soulignées, qui plus est quand l’une d’elles se déroule en plein air, alors allez faire un tour à la Villette où de drôles de créatures géantes vont élire domicile à partir du 27 août. Une installation ludique et gonflée à l’air créatif comme on aimerait en voir plus souvent et où le monumental prend soudain vie.

Il va bientôt vous accueillir pendant deux semaines devant la célèbre fontaine de la halle de la Villette, le postérieur plutôt imposant posé sur le bassin, avec son air faussement méchant, du genre, faudrait pas trop l’embêter. Preuve que le « gonflable » est un médium artistique qui monte dans l’art contemporain, toutes les œuvres que vous allez découvrir dans le parc de la Villette prennent vie grâce à l’air qu’on leur a insufflé et surtout, elles sont extraordinaires par leur taille XXL. Comme ce drôle de personnage qui ressemble curieusement au robot infirmier et bien encombrant baptisé Baymax (pour ceux qui ont vu le film d’animation signé Disney Les Nouveaux Héros) et qui est en réalité une création de l’artiste autrichien Stefan Sagmeister, trublion reconnu dans le monde du design et du graphisme.  Pour vous faire une idée, son monstre gonflé mesure assis dix mètres de hauteur.

Plus poétique, l’œuvre du coréen Choi Jeong Hwa représente une fleur de Lotus blanche de huit mètres de diamètre qui se gonfle et se dégonfle en permanence grâce à un système de ventilateur, comme si cette dernière était vivante et respirait. En continuant le parcours, vous allez tomber nez à nez avec un humanoïde noir qui aurait emprunté l’allure de Goldorak. Couché sur le dos, il a la faculté de se mouvoir, tentant ainsi de se lever en poussant avec une seule main.

Dans la case insolite, le poulpe géant de huit mètres de hauteur et dont les tentacules s’étendent sur dix mètres de chaque côté ne devrait pas passer inaperçu. Imaginé par Les Plasticiens volants, compagnie de théâtre de rue qui s’est fait connaître en investissant les villes du monde entier avec leurs créatures loufoques.

Au total, dix gentils monstres sont à voir le temps d’une balade arty et c’est un bon programme pour démarrer en douceur la rentrée culturelle.