5 expositions cool à voir en ce moment à Londres

L’une des chances de Paris est d’être à un saut de puce de Londres, capitale palpitante où les expositions sont très variées. Et si on y passait quelques jours à courir les musées ?

 

Un peu de photo au Barbican Centre

Photographie : Mère migrante, de Dorotha Lange
Mère Migrante © Dorothea Lange

 

Le Barbican Estate, situé à deux pas du quartier d’affaires de la City, est un grand quartier résidentiel dont l’architecture brutaliste, remarquable, date des années 70. Ville dans la ville, ce place-to-be des branchés est surtout célèbre pour ses nombreuses salles de théâtre, ses restaurants et son excellent centre d’art. La double exposition du moment vaut tous les détours : consacrée aux photographes Dorothea Lange et Vanessa Winship, elle constitue une première pour les deux artistes. En effet, il s’agit tout à la fois de la première rétrospective sur le sol anglais pour l’américaine Dorothea Lange (1895-1965), célèbre pour avoir photographié les marginaux de l’Amérique, et de la première expo solo majeure pour Vanessa Winship (née en 1960), photographe contemporaine ayant remporté le prix Henri Cartier-Bresson (2011), devenue célèbre pour ses paysages et ses vues urbaines. Immanquable !

Dorothea Lange / Vanessa Winship
Jusqu’au 2 septembre 2018
Au Barbican Centre, Silk Street

 

Un peu de peinture à la Tate Modern

Peinture The Dream, de Pablo Picasso
The Dream © Pablo Picasso

 

Vous serez peut-être un peu étonné de l’apprendre mais… Ceci est la toute première exposition de la Tate Modern entièrement consacrée à Pablo Picasso (1881-1973) ! Deux géants qui se rencontrent, belle promesse. Au programme : une centaine de peintures, de dessins et de sculptures, le tout confronté à des photographies intimes et des archives personnelles. En somme, la Tate Modern propose une radiographie complète de l’homme et de l’artiste le plus fascinant du XXème siècle. Intitulée Love, fame, tragedy (Amour, célébrité, tragédie), l’exposition voit les choses en grand. Encore une fois, au risque de nous répéter, un immanquable.

Pablo Picasso, Love, fame, tragedy
Jusqu’au 9 septembre 2018 
À la Tate Modern, Bankside

 

Un peu d’art contemporain à la Serpentine Gallery

© Tomma Abts

 

Empruntons un chemin un peu plus confidentiel pour nous rendre à la Serpentine Sackler Gallery, lieu emblématique du monde de l’art contemporain situé dans Hyde Park. Cette fois-ci, pas d’artiste mondialement connu, mais une belle découverte : celle de Tomma Abts, né en 1967 en Allemagne. Prix Turner de l’année 2006, cette artiste adepte de la peinture abstraite déploie dans l’espace blanc de la Serpentine des dizaines de petits formats magnétiques. Entêtantes visions dans lesquelles on se plonge comme dans un rêve halluciné… Superbe. On en profite pour boire un thé dans l’extension conçue par l’architecte Zaha Hadid, merveille de courbes blanches et de verrières avec vue sur le parc.

Tomma Abts
Jusqu’au 9 septembre 2018
À la Serpentine Sackler Gallery, W Carriage Dr.

 

Un peu de design au Victoria & Albert Museum

Dédié aux arts plastiques et décoratifs, le V&A Museum est LE lieu préféré des amateurs de mode et de design. Pour son exposition du moment, le musée a sélectionné une centaine de projets qui vont façonner « le monde de demain« . Avec plusieurs questions à la clé : a-t-on vraiment envie de devenir immortel ? Le design peut-il enrayer le dérèglement climatique ? Est-on prêt à emprunter des voitures qui n’ont pas besoin de chauffeur ? Car, à travers ces objets révolutionnaires (et souvent assez dingues), c’est toute une philosophie de vie qui s’interroge. Palpitant !

The future starts here
Jusqu’au 4 novembre 2018
Au V&A Museum, Cromwell Rd, Knightsbridge

 

Un peu de musique à la National Portrait Gallery

C’est, selon certains, « l’exposition de l’année« . La National Portrait Gallery interroge le mythe Michael Jackson (1958-2009) via son influence sur l’art contemporain. Selon Nicholas Cullinan, directeur du musée et commissaire de l’exposition, l’importance de sa figure au sein de la création plastique (tout comme pour la culture musicale, chorégraphique et vidéo) est immense. Michael Jackson se trouve en effet être la figure la plus représentée de l’histoire de la modernité. C’est Andy Warhol qui utilisa le premier son image en 1982. Depuis, les artistes se sont appropriés Michael Jackson au point d’en faire une icône. Le 29 août, l’artiste aurait eu 60 ans ; l’occasion de se replonger, le temps d’une exposition, dans la fascination d’une légende.

Michael Jackson, on the wall 
Jusqu’au 21 octobre 2018 
À la National Portrait Gallery, St. Martin’s Pl.