Les plus belles expos gratuites de juillet à Paris

Fauchés, mais passionnés d’art ? Pas de souci ! Cet été, nombreuses sont les expositions qui ouvrent gratuitement leurs portes… Alors on oublie les 15 euros d’entrée du Musée du Louvre et consorts, et on ponctue nos balades d’escales esthétiques libres d’entrée !

Coup de Foudre à la Fondation EDF

expos gratuites de juillet à Paris
© Fondation EDF

 

Il fallait bien deux artistes pour explorer le thème du « coup de foudre » à la Fondation EDF (située dans le 6ème arrondissement). Chargée d’électricité amoureuse, cette exposition-œuvre pensée par Fabrice Hyber et Nathalie Talec a tout pour surprendre : en premier lieu, le visiteur est invité à passer un costume, type combinaison colorée pour exploration lunaire. Puis, en levant le nez, il aperçoit un grand bouquet de fleurs suspendu au plafond, avant de passer devant des dessins muraux énigmatiques, des sculptures fantasques et des sièges pour deux. On aime cette proposition poétique, drôle et profondément sensuelle : à voir !

Coup de foudre
Jusqu’au 20 octobre 2019 
À la Fondation EDF, 6 rue Récamier, 75007 Paris

 

Les Prix Médiatine au Centre Wallonie-Bruxelles

expos gratuites de juillet à Paris
The Pathfinders © Olivia Hernaiz

 

Pour son exposition estivale, le Centre Wallonie-Bruxelles (situé dans le 4e arrondissement) réunit une quinzaine de jeunes plasticiens belges (ou résidant en Belgique) récompensés par le Prix Médiatine. L’idée de ce prix existant depuis 1983 ? Témoigner de la vivacité de Bruxelles, ville d’artistes, et de la diversité des pratiques et des réflexions qui se développent en son sein. Photographies, installations, vidéos, peintures, dessins… En deux salles et demie, on est saisit par l’esprit piquant et irrévérencieux des jeunes pousses exposées : on retiendra notamment l’installation d’Olivia Hernaiz, qui reprend de minuscules figures de dirigeants plantant des arbres, et la vidéo très amusante et décalée de Younes Baba-Ali, qui a invité un célèbre présentateur de télévision italien, habitué des émissions de télé-achat, à parler d’art sous son objectif. Fascinant !

Prix Médiatine
Jusqu’au 1er septembre 2019
Au Centre Wallonie-Bruxelles, 127-129 rue Saint-Martin, 75004 Paris

 

Simon Starling au FRAC Île-de-France

expos gratuites de juillet à Paris
Simon Starling, Talking, Computing (détail), 2018-19 © Simon Starling / ADAGP, Paris, 2019

 

Nous sommes entourés d’outils, de technologies et de techniques qui nous échappent. Circonspect, l’artiste britannique Simon Starling s’intéresse depuis le début des années 90 au contexte de production des objets. Il se place ainsi en lisière du monde, observateur, et interroge. Pour sa nouvelle exposition au FRAC Île-de-France (situé dans le 19e arrondissement), il réunit des travaux anciens et récents, et explore les rapports entre les débuts de l’informatique et le développement du monde contemporain, à travers l’exploration du tout premier ordinateur entièrement programmable de l’Histoire (le Z1, conçu en 1936 par l’ingénieur allemand Konrad Zuse). Passionnant.

Simon Starling 
Jusqu’au 21 juillet 2019
Au FRAC Île-de-France, 22 rue des Alouettes 75019 Paris

 

Et dans les galeries ?

expos gratuites de juillet à Paris
© Courtesy Perrotin & Bernard Frize

 

Si le prix d’entrée prohibitif du Centre Pompidou vous empêche d’aller voir les peintures de Bernard Frize (et c’est un tort !), foncez à la galerie Perrotin qui expose l’artiste en parallèle. Suivant des protocoles précis, jouant avec des contraintes poétiques et humoristiques, Bernard Frize émeut par son approche attentive des couleurs et des matières, souvenirs de singuliers moments de création.

 

expos gratuites de juillet à Paris
Un dix juillet comme un autre © Célia Coëtte

 

Non loin de là, la galerie Laure Roynette réunit pour l’été trois jeunes artistes prometteuses : Julia Gault, Célia Coëtte et Léa Dumayet. Toutes trois interrogent la pratique de la sculpture et la poussent jusque dans ses extrémités. La première, Julia Gault, travaille autour de la notion d’effondrement, éminemment écologique et contemporaine, qu’elle met en scène dans des installations menaçant de s’auto-détruire à chaque instant. On aime la façon dont elle laisse à ses travaux la possibilité de s’activer d’eux-mêmes, réservant aux visiteurs la surprise de se fissurer sous le poids des choses. À ses côtés, Célia Coëtte provoque des assemblages et des rencontres infiniment poétiques entre des éléments organiques et manufacturés ; pour finir (en beauté), on aime les sculptures élégantes de Léa Dumayet, qui joue avec le métal jusqu’à en éprouver les potentialités les plus inattendues. À voir, vraiment.

 

expos gratuites de juillet à Paris
© Elliott Erwitt

 

Enfin, ne manquez pas cet été la belle exposition que la galerie Polka consacre au photographe américain Elliott Erwitt, qui a baladé son œil tendre de New York à Paris avec la même humanité.

 

Bernard Frize, jusqu’au 14 août à la galerie Perrotin, 76 rue de Turenne, 3e
Pororoca, à la galerie Laure Roynette, 20 rue de Thorigny, 3e
Elliott Erwitt, jusqu’au 27 juillet à la galerie Polka, 12-14 rue Saint-Gilles, 3e


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !