Florian On Air, l’itinérant du goût sur YouTube

Avec près de 500 000 abonnés sur sa chaîne YouTube, il est LE vlogueur-food de France. Cela fait trois ans que Florian glisse d’un snack parisien ou francilien à l’autre, de Boulogne à Bastille, d’un quatre étoiles à un kebab. Son ode aux cuisines du monde et au vivre-ensemble redonne des couleurs à la capitale. Portrait et recos food de l’intéressé.

 

« Le mec des fast-foods »

Difficile de passer à côté de son rire inénarrable (« hin-hin-hin-hin« ), sa bonhomie naturelle et son appétit sans fin. Depuis le 1e janvier 2016, Florian On Air parcourt la capitale, caméra en pognes, afin de chroniquer les meilleurs restos, cantines et snacks. Alors que ses vidéos pourraient se noyer dans la masse des vlogs-food qui pullulent sur YouTube, elles se démarquent par leur recette : de la concision (une vingtaine de minutes grand max par escale), du cool (rires, entrain et musique groovy) et de la curiosité (tous les types de restauration y passent). Résultat, il a suffi de quatre petits mois pour que ses vlogs quotidiens passent de cent à mille vues par jour. Lui appelle ça « la magie de YouTube ».

Nulle sorcellerie pourtant mais beaucoup de bagout – le fruit de 20 ans d’animation radio – et une régularité athlétique. Le vidéaste s’envisage en « ambianceur » qui réjouit nos mirettes à grands coups de #foodporn : maxi crêpes, barbecues, tacos gratinés, bubble waffles, burgers en série, hot dog frit…« Il y a plein de belles choses dans la street food, et c’est ce qui marche le mieux sur ma chaîne » remarque celui qui le confesse : « je suis souvent catalogué comme : le mec des fast-foods ! ». Pourtant, le gourmet ne se limite pas à la restauration rapide de qualité et expérimente tout, « du fast-food parisien à la gastronomie du terroir de Clermont-Ferrand » s’amuse-t-il.  C’est cet éclectisme qui attire tous les publics, des 18-30 (son cœur de cible) aux 13-14 ans (qui viennent exploser les stats à la moindre review-kebab). Cette diversité, c’est celle d’une ville, des sandwichs subtilement bobos du onzième arrondissement aux établissements chaleureux d’Aubervilliers. D’une vidéo à l’autre, on s’amuse à repérer les bons coins de Paname, les snacks, quartiers et couloirs de métros arpentés par Florian.

 

« Je suis un enfant du 94 »

Mais Florian ne se contente pas d’avaler tout ce qui lui passe devant le nez. Il n’oublie jamais qui se trouve derrière la fourchette. Le format-vlog lui permet d’instaurer une sensation bienveillante de proximité entre lui, son public et les restaurateurs, qu’il interroge sur leurs principes, leur cuisine et leur parcours. On est loin du challenge-bouffe sans âme. Pas d’esprit de compétition mais une constante interaction. « C’est YouTube, on n’est pas à la télé ! » aime-t-il dire quand on met le doigt sur cette spécificité. Son sens du relationnel, le diplômé en ressources humaines le promène dans toute la France, et au-delà, quand il ne le porte pas au micro de Radio Latina, antenne feel good pour qui il oeuvre cinq jours sur sept de 16h à 20h.

Cet habitué du treizième arrondissement se définit comme « un enfant du 94 »  et rappelle volontiers que l’empathie qui transparaît dans ses créations n’a rien d’une mise en scène. « J’ai toujours vécu avec plein de monde différent et cela transparaît naturellement dans mes vidéos : on y trouve tous les âges, les origines, tout type de culture et de catégorie socioprofessionnelle » explique-t-il d’une voix enthousiaste. Ses rendez-vous culinaires parlent pour lui et font la part belle aux cuisines du monde : sandwiches antillais, couscous sénégalais, spécialités haïtiennes, fricassés tunisiens, sucreries libanaises. Les bons coins à champignons du testeur ne se limitent pas au Grand Paris et nous font découvrir la richesse et la diversité des zones franciliennes. A bien y réfléchir, il y a comme un air de « vivre ensemble » particulièrement salvateur dans ces dégustations gourmandes et goinfres.

 

« Le kebab a une vraie valeur affective »

Celui qui, plus jeune, zonait aux alentours des Champs-Elysées voyage désormais en permanence. En bon guide gastronomique, il explore aussi bien les ruelles de Bordeaux que les restos de Lyon, et se dit « super étonné par l’architecture de Metz« . En bonne compagnie dès qu’il s’agit de planter sa fourchette, il lui arrive de se laisser tenter par le jeu du featuring – l’une de ses plus récentes vidéos le montre en compagnie de l’ancienne performeuse Clara Morgane. « J’aime faire découvrir ces invités sous un autre angle. Pour Clara Morgane, c’était en apparence un sujet un peu touchy à proposer sur YouTube, il y a eu des réactions misogynes malheureusement, mais finalement plus de bienveillance qu’autre chose » nous rassure-t-il.

En visionnant les péripéties du quadragénaire, on noircit sans cesse son carnet d’adresses en listant les kebabs immanquables – une restauration tout public que Florian chérit car elle conserve « une véritable valeur affective pour les gens » – et de restos-concepts plus alambiqués. Lui nous suggère au téléphone de pousser les portes « de Freddy’s BBQ, qui propose d’excellents barbecues à la texane, et de Mama Jackson, un excellent resto soul food« . A bon entendeur : vous savez désormais quoi faire de votre prochain week-end…