Gwyneth Paltrow et les champignons hallucinogènes débarquent sur Netflix

On a snifé les six épisodes de la série documentaire de Gwyneth Paltrow sur Netflix pour que vous n’ayez pas à le faire. Bien sûr, si vous êtes allergiques aux spoilers, passez votre chemin et rendez-vous quand vous serez redescendus. 

Goop Lab / Netflix

 

Gwyneth Paltrow c’est Seven et Iron man, mais pas que. C’est aussi, surtout aux États-Unis, une prêtresse du bien-être. Fan de développement personnel et de spiruline, elle lance en parallèle de sa carrière d’actrice, Goop. Une newsletter (2008) qui devient rapidement un site puis une vitrine d’e-commerce. Aujourd’hui sur Goop, on peut acheter du répulsif pour vampire pour 31 euros, des sachets de vitamine C, des fringues de créateurs ou encore un guide pour trouver son « animal spirit ». Un catalogue pléthorique accompagné de nombreux conseils divulgués par des  « supposés » professionnels de santé. Goop est surtout célèbre outre-Atlantique pour ses conseils controversés. Elle a notamment été jugé coupable de publicité mensongère pour avoir sous-entendus guérir dépressions et fuites urinaires avec des œuf de jade.

Woodstock à l’ère d’Instagram

The Goop Lab / Netflix

 

Bref, vous l’aurez compris la star et business woman aime les expérimentations. C’est d’ailleurs la pierre angulaire de sa nouvelle « série » documentaire : The Goop Lab, disponible sur Netflix en ce début 2020. Six épisodes de 30 minutes où elle invite son équipe (son assistant, sa rédactrice en cheffe) à tester des choses : des infusions de champignons en Jamaïque et de l’aérobic sur la neige pieds nus… On libère ses énergies, on se réconcilie avec son clitoris, on se soigne au MDMA . En un mot, on explore. C’est d’ailleurs le charme de l’émission : filmer des personnes en train de repousser leurs limites, les interviewer, puis obtenir le sous-texte scientifique, le tout sur un plateau peuplé de meubles rose pastel.

Goop Lab / Netflix

 

Un cadre aseptisé dans lequel on aborde des questions pourtant très sérieuses comme le stress post-traumatique, le suicide, le manque de confiance en soi ou encore la maladie. Si l’idée de faire confiance à d’autres chemins est séduisante, l’aspect un peu voyeur de la chose (observer dans son canapé des personnes s’effondrer après une prise de psychotropes, par exemple) et le côté pseudo scientifique rend la série documentaire parfois dérangeante. On s’amuse ainsi beaucoup plus quand Gwyneth s’intéresse au plaisir féminin que quand elle part en croisée, seringue à la main, contre ses trois rides d’expression. Alors qu’il était question jusqu’ici d’émancipation, en un 35 minutes tout s’étiole.

« Le résultat est tout simplement incroyable »

The Goop Lab / Netflix

 

L’épisode « La Vie saine » raconte comment Gwyneth, Wendy et Elise vont tester leur âge biologique et suivre un régime approprié pour… rajeunir. Et pour perdre quelques années au compteur, on se lance dans une restriction calorique, on s’enfile de la soupe lyophilisée, on s’injecte son plasma et on va jusqu’à s’insérer des fils pour tirer la peau du visage. Derrière son écran, on assiste à chaque étape, sans anesthésie.

« Le résultat est tout simplement incroyable » s’émeut-on derrière la caméra. « On m’a dit que je faisais cinq ans de moins » lâche l’actrice dans un éclat de rire immaculé. À ce moment-là, un peu comme lorsqu’on surfe sur Goop, on a le sentiment d’être pris.e pour un jambon et on aimerait bien que les adolescent.es mal dans leur peau ne tombent jamais sur cet épisode qui prône le jeûne comme modèle de bien-être. Danser sur la neige et découvrir sa vulve avec un miroir, ça a l’air quand même beaucoup moins problématique.

Si tout n’est pas à jeter dans The Goop Lab, tout est en revanche à regarder avec recul et esprit critique. Car comme il est mentionné au début de chaque épisode, Goop n’est pas un magazine médical ou scientifique, et ceci même si son enrobage essaye de nous le faire croire. Rien est à prendre au pied de la lettre et certaines expériences ne doivent pas être réalisées sans avis et suivi médical.

Une fois votre scepticisme enclenché, laissez-vous embarquer par ces aventures de l’extrême, certains passages vraiment drôles et intéressants valent le binge watching.