A.Voir

Exposition Hassan Hajjaj à la MEP : pop the casbah !

Pour sa première rétrospective dans la capitale, Hassan Hajjaj  a transformé l’espace d’exposition parisien de la MEP en Maison marocaine de  la photographie. Dépaysement jusqu’au 17 novembre.

Dès les premiers dédales, le ton est donné. Les banquettes de la Maison européenne de la photographie ont été pimpées de coussins contrefaits siglés Louis Vuitton ou de sacs de couscous upcyclés. Plus loin, celui que l’on surnomme le Warhol marocain a.k.a Andy Wahloo – « je n’ai rien » en arabe dialectal – invite le visiteur à découvrir son salon de thé tradi-pop ponctué de caisses rouges de la célèbre marque de soda. De quoi oublier la grisaille parisienne. On se croirait presque dans son riad Yima, bien caché au cœur de la médina de Marrakech.

C’est qu’Hassan Hajjaj, 58 ans, photographe autodidacte bien coté sur le marché de l’art (19 800 dollars de chiffres d’affaires aux enchères en 2015), offre avant tout un langage plastique global. Mode, design d’intérieur, portraits, installations… Le Londonien de cœur se gausse des frontières entre art et produit de consommation. N’est-ce pas d’ailleurs le propre du pop art ? Au sous-sol, l’espace boutique du centre d’exposition fait ainsi quasi partie intégrante de la rétrospective. Outre les évidents catalogues et cartes postales, une ligne de prêt-à-porter aux imprimés azimutés, de la vaisselle ornée de calligraphie, des poufs… Bref, Hassan Hajjaj s’est approprié tout l’espace pour mieux immerger le visiteur dans son univers.

 

Culture kitsch, bling et explosion chromatique

hassan hajjaj
M., De la série « Kesh Angels » © Hassan Hajjaj, 2010/1431

 

Mais ce qui nous intéresse, c’est bien l’œuvre photographique de l’artiste. Au total, huit séries développées depuis les années 1990 sont exposées dans les deux vastes galeries de la Maison. Une halte s’impose d’abord dans l’espace studio où Hassan Hajjaj a invité la photographe italo-marocaine Zahrin Kalho à présenter sa  « Chronique d’une jeune arabe ». On y retrouve l’un des thèmes chers au pop artiste : la représentation de la femme arabe libre et fière de sa féminité, loin des stéréotypes de soumission que  l’Occident veut bien lui prêter.

Preuve avec la séance de mode réalisée dans la médina de Marrakech, « The Arab Issue » – certainement la plus connue du grand public. La série « Hijab » dévoile quant à elle des femmes voilées modernes et provocantes. Tandis que la séquence dédiée aux « Kesh Angels » représente des tatoueuses de henné chevauchant fièrement des motos, vêtues d’un voile noir et de lunettes acidulées en forme de cœur.  Ces séries résument à elles seules l’œuvre du photographe entre culture kitsch, bling… et explosion chromatique. L’œuvre se veut 3D et dépasse souvent le cadre, lequel est recyclé de matériaux comme le pneu ou le miroir, et orné de boîte de conserves locales ou bien de Lego.

 

Hassan Hajjaj, de l’extravagance à l’intimité

Hassan hajjaj mep
Hassan Hajjaj, untitled de la série « Handprints » © Hassan Hajjaj 2007/1428 – Hassan Hajjaj, untitled de la série « Handprints » © Hassan Hajjaj 2000/1421

 

C’est en milieu de parcours que l’exposition crée la surprise. On quitte peu à peu le style ludique et les couleurs criardes qui font la signature de l’artiste pour une palette plus proche du réel. Ainsi, des scènes de la vie quotidienne shootées dans la vieille ville, plus intimistes, s’invitent au milieu des tirages exubérants pour révéler un travail proche du documentaire. Et c’est sur un étonnant récit en noir et blanc que le photographe nous quitte progressivement, dévoilant sans fanfaronnade sa maîtrise des lignes graphiques à grand renfort de mélange d’imprimés.

Mais celui qui a immortalisé Madonna en voile griffé ne serait pas la star qu’il est sans son entourage cinq étoiles. L’exposition se referme ainsi sur une série VIP truffée de portraits de personnalités – et d’amis – issues des industries créatives comme Hindi (Kahlo) Zahra, Keziah Jones ou encore Rachid Taha, évidemment !


Maison marocaine de la Photographie
Carte blanche à Hassan Hajjaj
Jusqu’au 17 novembre à la MEP
5/7 Rue de Fourcy, 4e


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !