Hugh Jackman en 5 films incontournables

The Greatest Showman de Michael Gracey sort le 24 janvier 2018 dans les salles. Une comédie musicale féérique et loufoque menée par l’australien Hugh Jackman, nommé une fois de plus aux Golden Globes pour sa fantastique performance. Retour sur l’extraordinaire carrière de l’acteur en cinq films essentiels.

 

X-Men de Bryan Singer (2000)

Après avoir tourné dans quelques séries et téléfilms mineurs, Hugh Jackman décroche son premier grand rôle au cinéma à l’âge de 32 ans. Il interprète alors l’hirsute et cynique Wolverine dans le blockbuster de super-héros, X-Men. Un rôle acclamé par le public qui va le propulser sur le devant de la scène hollywoodienne. Il restera lié à la franchise pendant 17 ans, apparaissant dans 6 volets de la saga et 3 épisodes consacrés à son personnage. L’histoire prendra fin en 2017 avec la sortie de l’ultime chapitre, Logan, dans lequel le héros fait ses adieux.

 

Le Prestige de Christopher Nolan (2006)

Changement de registre radical avec ce sombre thriller enchanté de prestidigitation. Hugh Jackman y fait ses premiers pas dans l’univers du spectacle et de la magie. Il incarne un personnage audacieux, vulnérable et corrompu par la jalousie. Son interprétation de Robert Angier face à l’excellent Christian Bale séduit un nouveau public et lui permet de se faire remarquer par la critique. Un rôle bien éloigné de ses précédents films qui lui ouvre de nouvelles portes dans le monde du septième art.

 

Australia de Baz Luhrmann (2008)

Avec Australia, Hugh Jackman renoue à la fois avec ses origines et avec la comédie romantique. S’il s’était déjà essayé au genre avec Kate et Leopold de James Mangold, il retrouve ici la douceur de la romance dans les bras de sa compatriote Nicole Kidman. Sur fond de seconde guerre mondiale, tous les deux vivent un amour intense, poétique et dramatique au cœur d’une terre rouge mise à feu et à sang par les conflits.

 

Les Misérables de Tom Hooper (2012)

Il sait se battre, il sait aimer, il sait ensorceler, mais Hugh Jackman sait aussi chanter. Dans les Misérables, l’acteur dévoile pour la première fois sa voix grave et puissante dans l’adaptation musicale de l’oeuvre de Victor Hugo. Le film connaît alors un triomphe aux Etats-Unis, où il remporte pas moins de 3 statuettes dorées lors de la cérémonie des Oscars. Il reçoit cependant un accueil extrêmement froid en France où la critique lui reproche d’avoir dénaturé le travail de l’écrivain.

 

Prisoners de Denis Villeneuve (2013)

Après avoir poussé la chansonnette, Hugh Jackman change totalement de cap avec Prisoners. Il y campe un père désespéré, parti à la recherche de sa fille disparue. Il affiche ici un visage d’une intensité et d’une tristesse sans égales. Une performance déchirante et touchante saluée à nouveau par les spectateurs du monde entier. Il s’impose désormais comme un grand acteur capable d’apprivoiser n’importe quelle émotion. Et se détache petit à petit de son rôle de super-héros bodybuildé qui tend à lui coller à la peau