A.Voir

Idée sortie 31 octobre : la house sud-africaine investit le Hasard Ludique

En cette veille de jour férié, oubliez les soirées Halloween. Et préférez plutôt danser au rythme de l’électro sud-africaine au Hasard Ludique, dans le cadre du festival Nyokobop.

Son nom ne vous dit peut-être pas grand-chose, et pourtant DJ Lag, 26 ans, est l’un des pionniers du gqom : courant électro né dans les townships de Durban, en Afrique du Sud. Bricolée sur le logiciel Fruityloop, cette house minimaliste et percussive ambiance la jeunesse locale depuis la première moitié des années 2000. Si le mouvement a vu le jour grâce aux taxis bariolés aux sound systems calibrés pour les dancefloors, c’est bien dans les clubs, notamment à Uhuru, situé dans le quartier de Clermont où a grandi Lag, que le genre a fini par exploser.

Un son plébiscité par Diplo

Aujourd’hui, le son s’exporte en dehors des frontières du continent africain. Et s’invite, sous l’impulsion de Lwazi Asanda Gwala, de son vrai nom, dans tous les festivals internationaux. Le producteur sud-africain a partagé l’affiche avec des poids lourds de la pop comme M.I.A, au festival Sakifo, à la Réunion. Il s’est également offert une tournée américaine en passant  par Portland où il a mixé devant des milliers de personnes. Sa techno inspirée du son métallique des toits en tôle ondulée qui dominent le paysage urbain de Durban, a également su attirer queen Beyoncé, pour qui il a signé deux tracks pour la bande originale de la compilation The Lion King : The Gift. Sans oublier celui qui donne le la aux tendances des dancefloors, Diplo, qui l’a fait signer sur son label Good Enuff.  Preuve du potentiel mainstream et fédérateur de ce genre initialement alternatif.

Une soirée jusqu’à l’aube

Le Hasard Ludique donne carte blanche à ce petit prodige des machines pour le lancement de la troisième édition du festival Nyokobop dédié aux musiques hybrides et métissées, et à la scène urbaine et électronique venue des autres continents. Après l’Afrique, ce sera au tour de l’Amérique latine ou encore de l’Asie d’être à l’honneur de la programmation (jusqu’au 7 décembre), autour de concerts, dj sets, projections et talks.

La soirée d’ouverture accueillera également la Britannique Tash LC et le Français Sébastien Forrester, initiateur du mouvement Gqomunion, qui électriseront l’ancienne gare de Saint-Ouen jusqu’à 4h du matin. Save the date !

Plus d’infos sur le site du Hasard Ludique ici.