5 expos à voir en juillet dans le cadre de Japonismes 2018

L’exposition numérique TeamLab à la Villette a lancé le bal de cette saison culturelle franco-nippone le 15 mai dernier. D’autres événements vont s’ajouter progressivement au calendrier de Japonismes 2018 : des concerts, des spectacles, des films… Pour notre part, nous vous avons concocté une sélection d’expositions à voir au mois de juillet. Suivez le guide made in Japan in Paris !

 

Installation Throne de Kohei Nawa

sous la pyramide du Musée du Louvre du 13 juillet 2018 au 19 janvier 2019

Installation Throne de Kohei Nawa dans le cadre de Japonismes 2018
KOHEI NAWA : THRONE © Kohei Nawa | SANDWICH INC.

 

Entièrement dorée à la feuille d’or, et signée par l’artiste japonais Kohei Nawa, voici une sculpture monumentale de plus de 10 mètres de haut nichée sous la pyramide du Musée du Louvre. Les milliers de visiteurs quotidiens et autres touristes en masse apprécieront le spectacle vertigineux.

Intitulée le Trône flottant, cette oeuvre aux proportions gigantesques donne paradoxalement une apparente impression de légèreté. Cette sculpture est une métaphore du pouvoir qui, semblable à un château de cartes dont l’équilibre est toujours fragile, peut s’écrouler à n’importe quel moment.

Le Trône flottant restera sous la pyramide du Louvre pendant six mois, le temps de l’observer sous tous les angles et de contempler par la même occasion les saisons qui passent et la lumière qui change.

 

Le Louvre

 

Expo Fukami : une plongée dans l’esthétique japonaise

à l’hôtel Salomon de Rothschild du 14 juillet au 18 août 2018

Installation foam dans le cadre de Japonismes 2018
Foam, 2017, Installation view, « ESPUMA », JAPAN HOUSE São Paulo

 

Conçue sous le commissariat de Yuko Hasegawa, directrice artistique au Musée d’art contemporain de Tokyo, cette exposition marque le coup d’envoi de Japonismes 2018.

Intitulée « Fukami« , qui signifie profondeur en langue nippone, elle réunit en son sein tous les paradoxes du Japon : la tradition et la modernité, l’éternel et l’éphémère. Des notions que tout semble opposer mais qui font la beauté et la force de l’art japonais.

Un très beau parcours dans l’écrin de l’hôtel de Rothschild au fil des siècles, des vases Jômon datant de milliers d’années avant J-C aux créations des stylistes contemporains les plus en vue comme Anrealage.

Un aller-retour permanent entre inspirations esthétiques traditionnelles et contemporaines.

Hôtel Salomon de Rothschild
11 rue Berryer, 8e

 

Expo Yu-chi Inoue 1916-1985 : La calligraphie libérée

à la Maison de la Culture du Japon du 14 juillet au 15 septembre 2018

Oeuvre de Yu-chi Inoue présentée dans le cadre de Japonismes 2018
Yu-ichi Inoue, Muga, 1956, the National Museum of Modern Art, Kyoto © UNAC TOKYO

 

Impossible et impensable de parler d’art et d’esthétisme japonais en faisant l’impasse sur la calligraphie. En matière d’art de l’écriture, le calligraphe japonais Yu-ichi Inoue (1916-1985) excelle par sa créativité. Il transcende la technique traditionnelle du papier et de l’encre de Chine pour faire de ses compositions de véritables chefs-d’oeuvre d’art contemporain.

Exposition itinérante, elle sera également visible à partir du 29 septembre 2018 au Musée Toulouse Lautrec à Albi.

 

Maison de la Culture du Japon à Paris

 

Expo Continuum de Ryôji Ikeda

au Centre Pompidou jusqu’au 27 août 2018

Oeuvre de Ryôji Ikeda présentée à Beaubourg dans le cadre de Japonismes 2018
Courtesy Ryoji Ikeda Studio

 

Artiste plasticien et compositeur musicien, Ryôji Ikeda est une star de la scène électronique au Japon. Ses oeuvres immersives, très souvent en noir et blanc, sont des installations sonores et graphiques qui invitent à repenser l’espace.

Ne manquez pas les quatre concerts exceptionnels à l’occasion de cette exposition au Centre Pompidou, tout aussi exceptionnelle.

 

Centre Pompidou

 

Expo Encore un jour banane pour le poisson-rêve

au Palais de Tokyo jusqu’au 09 septembre 2018

Installation Vocabulary of Solitude de Ugo Rondinone, présentée dans le cadre de Japonismes 2018
Ugo Rondinone, Vocabulary of Solitude, 2016 Crédit : Stefan Altenburger

 

Quoi de plus normal pour le Palais de Tokyo que de se mettre à l’heure japonaise ? Dès l’entrée du musée d’art contemporain, une grande installation de l’artiste Amabouz Taturo (alias Tatzu Nishi) investit la façade et accueille les visiteurs.

Conçue par la commissaire d’exposition japonaise Kodama Konazawa, et en collaboration avec la Fondation du Japon, six artistes japonais sont au programme de cette exposition collective qui se propose de vous faire replonger en enfance. Parmi eux, rien de moins que la star du manga Yuichi Yokoyama.

On ne vous en dit pas plus, de peur de dévoiler toutes les surprises qui vous attendent…

 

Palais de Tokyo

 

Pour aller plus loin : regardez une vidéo présentant les liens entre les impressionnistes et le Japon