A.Voir

Johnny Hallyday en 5 films incontournables

Idole des jeunes, icône planétaire et symbole français. Johnny Hallyday s’est éteint à l’âge de 74 ans des suites d’un cancer du poumon. Il laisse derrière lui des titres cultes, figurant parmi les plus grandes chansons françaises. Titres qui lui ont permis d’enflammer le Stade de France comme personne à de nombreuses reprises. Mais pas que… Le rockeur, grâce à cette gueule et surtout cette voix reconnaissable entre mille, s’est également essayé, souvent avec réussite, au métier d’acteur. Pour lui rendre hommage, nous avons décidé de revenir sur cinq films à voir au moins une fois dans sa vie de cinéphile. Pour rire, pleurer et frissonner avec son chanteur préféré.

 

Terminus de Pierre-William Glenn (1987)

 

 

Attention pépite ! Dans cette série b rapidement devenue culte, un Johnny Hallyday peroxydé participe à des courses sanguinaires à bord de son gros camion customisé. Le tout dans un monde futuriste en papier mâché qui ferait passer les nanars avec Christophe Lambert pour des chefs-d’oeuvre du 7e Art. À noter le magnifique regard de dur à cuire et la bouche de travers de l’acteur, on fire à chacune de ses apparitions. Sûr, Tom Hardy lui a piqué une bonne partie de ses mimiques pour son rôle dans Mad Max : Fury Road.

 

Wanted de Brad Mirman (2003)

 

 

Vous ne le savez peut-être pas mais deux années après Steven Soderbergh, les Français ont aussi sorti leur Ocean’s Eleven. Le film se nomme Wanted et il possède un quatuor de vieilles canailles absolument jouissif : Renaud, Gérard Depardieu, Richard Bohringer et Johnny Hallyday. Ce beau petit monde se retrouve embarqué dans une histoire rocambolesque dans laquelle un Harvey Keitel plus colérique que jamais leur mène la vie dure. À moins que ce ne soit l’inverse…

 

Jean-Philippe de Laurent Tuel (2006)

 

 

Qui a dit que Johnny Hallyday n’avait pas d’humour ? Les mauvaises langues à l’origine de cette rumeur n’ont sans doute pas vu cette petite perle de la comédie française signée Laurent Tuel. Porté par un Fabrice Luchini détonnant, Jean-Philippe nous fait découvrir une idole des jeunes devenue patron de bowling dans un monde parallèle. S’en suit une longue, et hilarante, aventure pour le faire redevenir la star planétaire qu’il devrait en théorie être. Un film léger et plein d’émotions comme on les aime, dans lequel notre Jojo national s’en donne à coeur joie dans le second degré.

 

Vengeance de Johnnie To (2009)

 

 

Lorsque le grand Johnnie To choisit Johnny Hallyday comme premier rôle de son nouveau film de gangsters, on se demande qu’elle mouche l’a piqué. Et pourtant, à l’écran, le chanteur envoie du bois. Plongé dans une sombre histoire de vengeance, Jean-Philippe Smet prouve qu’il en a dans le slibard. Et que côté charisme, il n’a rien à envier à certains pontes du métier.

 

Salaud, on t’aime de Claude Lelouch (2014)

 

 

L’amour, la mort, la famille, les amis, les secrets… La comédie dramatique de Claude Lelouch brasse large. Trop large, peut-être ? Pas vraiment puisqu’elle offre une belle palette d’émotions aux spectateurs. Salaud, on t’aime est également l’occasion d’apercevoir Johnny Hallyday dans un de ses plus beaux rôles à l’écran. Celui de Jacques Kaminsky, photographe de guerre qui s’est plus occupé de ses clichés que de ses propres enfants. Un personnage haut en couleur que l’acteur incarne avec beaucoup de justesse. Il est fort ce Johnny, il est fort !

 

Bonus : Rock’n’roll de Guillaume Canet (2017)

 

 

Certes, le chanteur n’est pas présent plus de deux minutes dans cette comédie totalement barrée de Guillaume Canet. Mais sa galipette dans les marches de sa maison est si inattendue, et drôle, qu’elle mérite largement sa place dans cet article. Une cascade digne d’un Tom Cruise dans la franchise Mission Impossible. Comment ça Johnny a fait appel à une doublure pour cette séquence ? Balivernes !

Voilà, fin de cet article hommage à toi, grand monsieur de la chanson française. Penses à saluer les Elvis Presley, Lou Reed, Frank Sinatra et autres Serge Gainsbourg de notre part !