Kyan Khojandi : l’after bref

Après Bref, sa série humoristique sur Canal+ qui l’a révélé, Kyan Khojandi fait dans le long. Après Lou ! Journal infime, le voici à l’affiche des Nouveaux Héros, le Disney du moment dans lequel il prête sa voix à Baymax le robot médical. L’occasion de débriefer l’auteur de Bref !

Comment avez-vous réagi quand Disney vous a contacté pour être la voix phare de leur nouveau film d’animation ?

Kyan Khojandi : J’ai voulu créer une machine dans le temps. Pour retourner dans le passé, me voir moi quand j’avais dix ans, et me dire : « Touche à rien, continue, et tu vas faire une voix pour Disney dans 20 ans ». J’étais tellement heureux. C’est un rêve de gosse pour moi.

Vous avez hésité avant d’accepter ?

Ah non, pas du tout ! Voilà comment ça s’est passé. En fait, depuis 5 ans j’ai un agent… parce que maintenant je suis un acteur (rires). Il m’a fait rencontrer Bérénice Béjo pour qu’on écrive le discours du Festival de Cannes, et Bérénice enregistrait Rebelle à l’époque. Donc elle a parlé de moi en bien chez Disney. On a cherché un projet ensemble, Baymax est arrivé, et on a fait des essais. Vous êtes connu pour parler vite.

Ils sont fous chez Disney de vous faire jouer un robot plutôt nonchalant ?

J’ai du ralentir mon débit, oui. J’ai dû aussi alléger un petit peu ma voix. Pour garder une voix humaine, mais moi je ne l’ai pas vu comme un robot avec une voix humaine, je l’ai plutôt vu comme un humain avec une voix de robot. Baymax est un robot gonflable.

Pensiez-vous un jour être habillé en vinyle de la tête aux pieds ?

(Rires) Pour moi, c’est une première. Peut-être pour d’autres non, mais pour moi si.

Vous dites que maintenant vous êtes comédien. Ça veut dire qu’avant vous ne l’étiez pas ?

C’est une plaisanterie, mais c’est-à-dire que pendant des années on dit : « Mais si, je suis acteur. Mais si ! ». On fait des démos et tout, et les gens te disent : « Oui, mais tu as joué dans quoi ? ». « Je ne sais pas, mais je suis acteur ! ». Et c’est vrai que depuis Bref, j’ai un vrai accueil en tant qu’acteur. Je suis très heureux de ça. Il y a un avant et un après.

Qu’est-ce que les gens vous disent lorsqu’ils vous reconnaissent dans la rue ?

Déjà, ils ont le sourire. Ça c’est le plus important. Même dans le métro à 20 m sous le sol, ils rigolent. Et ça, c’est plutôt agréable. Et sinon, de plus en plus, les gens m’appellent Kyan. Sauf à 2h du matin quand je croise un mec un peu bourré, lui il me dit : « Ah…T’es Bref ! ».

Vous serez prochainement à l’affiche de Nos futurs de Rémi Bezançon et Nous trois ou rien de Kheiron, mais où en êtes-vous du projet Bref, le film ?

Avec mon co-auteur, on a toujours eu envie de faire du cinéma, après il faut une belle histoire. Ce n’est pas une opportunité qui va nous donner une idée. Donc on la cherche, et on essaie de faire ça bien. Et je vous jure que dès qu’on est sûrs d’avoir trouvé quelque chose, je vous appelle.

Pour terminer, qu’auriez-vous fait si vous n’aviez pas pu devenir comédien ?

J’avais le choix. J’étais en Master de droit pénal, donc j’ai failli devenir avocat comme ma mère. Et avec mon père, je serais devenu commerçant, car depuis que je suis gamin, je vendais des tapis avec lui. Je n’ai jamais été un garçon qui se posait trop de questions. On m’a dit : « Voilà, faut faire 5 ans là, et 3 ans là ». « C’est quoi ? ». « Un lycée ». « Faut le faire ? Ok ». Et un moment, j’ai un ami qui faisait un cours de théâtre à Paris. Tu y vas, et là, pour le coup, tu te dis : « C’est ça que je veux faire tous les matins ».

Découvrew l’interview Bref

Est-ce que vous en avez marre qu’on vous parle de Bref ?

Non, je n’en ai pas marre. C’est mon boulot. Je suis reconnu pour quelque chose que j’ai fait, d’hyper sincère en plus. C’était des bouts de ma vie. Et c’est cette sincérité qui a touché les gens. Et quand vous pouvez faire rire quelqu’un dans le métro, franchement c’est un cadeau. À 8h du matin sur la ligne 13 à Paris. Imaginez, on est dans un wagon, on est tous un peu serrés, et il y a mec qui se marre. C’est un vrai cadeau de vivre ça.

Les gens l’ont dit encore plus du coup.

Non, je ne pense pas. Ou alors c’est peut-être parce que quand je suis dans la pièce on hésite. Du genre : « Bref ! Oh pardon, je suis désolé ».

Combien de fois on vous a demandé de faire une messagerie de téléphone ?

Quelques fois. Mais le plus qu’on m’ait demandé, c’est de faire des messages vidéos. Tu peux dire ça à mon petit-frère, à mon grand-frère, à ma petite-sœur ? Par contre, jamais on ne m’a demandé le grand-père !

Est-ce que vous pensez Bref ?

Non, c’est une écriture. C’est nous qui l’avons créée. Ce côté rapide : « Je l’ai regardée. Elle m’a regardée. Je l’ai regardée ! ».

Est-ce que vous parlez Bref ?

Ça ferait de moi quelqu’un de très étrange quand même. Non, mais par contre, je parle très très vite. Une fois à un casting le réalisateur m’avait dit : « C’est bien, mais tu parles beaucoup trop vite. Les gens ne comprendront jamais ».

Les Nouveaux Héros, de Don Hall et Chris Williams, avec la voix de Kyan Khojandi en VF. Animation. Sortie le 11 février.