A la découverte du quartier d’Oberkampf

Impossible de ne pas connaître Oberkampf, lieu très apprécié des Parisiens. Mais la rue et ses environs regorgent de petites cours et de passages souvent inconnus et qui tirent leurs origines du passé artisanal et industriel du quartier.

La Rue Oberkampf

 

Quartier d'Oberkampf © La Tête en L'Air
© La Tête en L’Air

 

La rue Oberkampf est aujourd’hui synonyme de nuit parisienne avec ses nombreux bars, restaurants et salles de concerts. Les habitants d’origine sont pourtant des commerçants, des artisans et des ouvriers. Alors que le faubourg Saint-Antoine est spécialisé dans le meuble, le quartier Oberkampf se distingue par le commerce de détail, les métaux et le travail des peaux et cuirs. La rue est située au cœur des anciens quartiers industriels de Paris et profite de son emplacement pour développer une vie commerciale prospère. Appelé chemin de Ménilmontant pendant plus de 300 ans, le lieu est rebaptisé du nom du créateur de la Manufacture Royale des toiles de Jouy en 1864.

Rue Oberkampf, 11e
M° Oberkampf, Parmentier ou Ménilmontant

 

Le Passage Saint-Maur

 

(c) La Tête en L'Air
© La Tête en L’Air

 

Témoignage du passé industriel et artisanal du quartier, le passage Saint-Maur possède encore de rares pavés de bois utilisés dès les années 1880. Très roulants et peu bruyants, ils étouffaient le bruit des sabots des chevaux et réduisaient les cahots. Malheureusement, ce revêtement s’avéra très dangereux en temps de pluie et dégageait de mauvaises odeurs en pourrissant. Les pavés de bois furent remplacés progressivement par ceux en pierre. Ils disparurent définitivement en 1938. Les anciens ateliers qui animaient le passage ont laissé place depuis longtemps à d’autres commerces.

81, rue Saint-Maur, 11e
M° Parmentier ou Saint-Maur.

 

La Cité du Figuier

 

quartier Oberkampf (c) La Tête en L'Air
© La Tête en L’Air

 

Pour éviter le tumulte de la rue principale, les artisans s’installent dans des passages et impasses plus calmes. Les constructions typiques des cités ouvrières avec maisons d’un ou deux étages et ateliers au rez-de-chaussée prolifèrent. La Cité du Figuier est le fruit d’un projet de réhabilitation orchestré par les habitants dans les années 1990, refusant que ce patrimoine disparaisse. Elle prend des airs de village paisible avec sa végétation et ses maisons colorées? Notamment la devanture turquoise dont les arcades proviennent de pavillons de l’Exposition Universelle de 1900. L’impasse surprend par son calme et ses petites maisons pittoresques.

104-106, rue Oberkampf, 11e
M° Ménilmontant