La FIAC en 4 lieux emblématiques

La FIAC, foire d’art contemporain parmi les plus prestigieuse du monde, dévoilera sa 44e édition cette semaine à Paris au Grand Palais, où l’on verra bien sûr une incroyable représentation d’artistes sélectionnés par des galeries venues du monde entier. Mais comme à son habitude, l’événement essaimera aussi plus loin, avec des performances au Petit Palais et des œuvres monumentales ou insolites posées ou créées in situ dans des lieux emblématiques. Programme non-exhaustif des festivités.

 

Au Grand Palais, le royaume des galeries


© DR

Elles seront cette année pas moins de 193, spécialisées dans l’art contemporain et l’art moderne, mais aussi dans le design (la FIAC ayant été la première à intégrer la discipline en 2004), à venir du monde entier pour exposer leurs artistes. Le Grand Palais, haut-lieu de l’événement, sera cependant comme l’an passé accompagné dans sa tâche, dans le plus pur hommage à l’Exposition Universelle, par le Palais de la découverte, le Petit Palais, et dans la foulée par l’avenue Winston Churchill.

Les deux derniers accueilleront ainsi l’espace On Site inauguré l’an dernier et voué à montrer des pièces étonnantes ou détonantes, voire impressionnantes, parfois imaginées in situ comme celles de Matt Mullican (pour la façade du Petit Palais) et Richard Nonas. Soit une déambulation pleine de surprises en intérieur, comme sur l’esplanade, piétonnisée pour l’occasion (qui accueillera aussi des projections éphémères) et dans le périmètre des musées.

 

Au Palais de la Découverte, les performances


© DR

L’endroit, contigu au Grand Palais, sera quant à lui le quartier général de Parades for FIAC, événement dans l’événement consacré aux performances mêlant danse, musique, poésie et arts visuels.

Les spectacles et autres happenings n’y seront cependant bien sûr pas cantonnés, puisque l’un des plus attendus d’entre eux, soit l’hommage à la chorégraphe Trisha Brown tiendra place le vendredi au Petit Palais, tandis que d’autres se dérouleront au Centre Pompidou, au musée de la Chasse et de la Nature ou dans l’auditorium du musée du Louvre. De quoi montrer en même temps que ses ambitions les belles envies de décloisonnement de la FIAC.

 

Dans le Jardin des Tuileries, le fief du Hors les Murs


Jardin des Tuileries

Avec le soutien du musée du Louvre, le Jardin des Tuileries se transformera en jardin des surprises avec des sculptures monumentales ou insolites, et même en village iconoclaste, avec entre autres une maison en kit de Jean Prouvé.

Au musée Eugène Delacroix, l’artiste Katinka Bock explorera le temps et l’espace, tandis que Place Vendôme, site désormais incontournable de l’événement, les visiteurs seront invités par l’Américain Oscar Tuazon à évoluer dans un (large) tuyau incrusté de troncs d’arbres pour réfléchir au problème de la pénurie d’eau. De quoi montrer, de manière plus flagrante encore, les rôles multiples de l’art et l’importance de son message quand il fédère, comme ici, un public nombreux et à l’écoute.

Du 19 au 22 octobre, au Grand Palais (de 12h à 20h – 19h le week-end) au Petit Palais (de 10h à 20h le jeudi, 21h le vendredi, 19h le week-end) et au Palais de la découverte, mais aussi au Domaine national du Louvre et des Tuileries, au musée Delacroix et Place Vendôme. Pour le Grand Palais, entrée 37 € (TR 20 €, – 12 ans gratuit). www.fiac.com

 

Intermède poétique au Parvis du Palais de Tokyo


Palais de Tokyo

À l’occasion de la FIAC, la maison Cartier inaugure une série d’expériences mêlant l’olfaction à l’art et à la technologie. Avec OSNI 1- Le Nuage Parfumé, inspiré par sa dernière fragrance L’Envol, et imaginé avec l’agence allemande Transsolar, elle invite ainsi le public à un voyage presque immatériel. Dans un cube où on l’invitera
à gravir un escalier pour se retrouver entre ciel et terre, le visiteur se verra entouré d’un nuage aux doux effluves, le premier Objet Sentant Non Identifié.

Du 20 au 23 octobre, Parvis du Palais Tokyo. Entrée libre sur inscription. www.cartier.frhttp://www.cartier.fr